Soupir (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soupir.
Soupir
La mairie de Soupir
La mairie de Soupir
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Soissons
Canton Vailly-sur-Aisne
Intercommunalité Communauté de communes du Val de l'Aisne
Maire
Mandat
Évelyne Libregs
2014-2020
Code postal 02160
Code commune 02730
Démographie
Population
municipale
288 hab. (2012)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 25″ N 3° 35′ 50″ E / 49.4069444444, 3.5972222222249° 24′ 25″ Nord 3° 35′ 50″ Est / 49.4069444444, 3.59722222222  
Altitude 65 m (min. : 42 m) (max. : 190 m)
Superficie 10,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Soupir

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Soupir

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soupir

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soupir

Soupir est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Soupir est situé sur la rive droite de l'Aisne, entre Bourg-et-Comin (en amont et à l'Est) et Vailly-sur-Aisne (en aval et à l'ouest). Il est accessible par la RD 925.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ruines de l'église, au sortir de la Première Guerre mondiale

Au bord de l'Aisne et au sud du Chemin des Dames, le village fut anéanti lors de la Première Guerre mondiale[1], puis reconstruit entièrement.

Cette guerre a laissé à Soupir de grands cimetières militaires.

En 1940, la commune est à nouveau un haut lieu de la bataille de l'Ailette.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 mai 2007[2] Jean-Jacques Libregs   Imprimeur
Décédé en fonction
juillet 2007[3] mars 2008 Pierre Leroy    
mars 2008[4] en cours
(au 12 mai 2014)
Evelyne Libregs   Réélue pour le mandat 2014-2020[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Soupir, cela correspond à 2007, 2012, etc[6]. Les autres dates de « recensements » (2008, etc.) sont des estimations.

En 2012, la commune comptait 288 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
411 444 462 360 445 483 476 484 490
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
440 444 407 377 428 414 441 408 420
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
334 330 379 134 286 442 365 330 350
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
348 307 283 289 287 282 303 306 288
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cimetières militaires de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Nécropole nationale de Soupir[modifier | modifier le code]

Avec deux sections majeures françaises :

  • Nécropole nationale n° 1 : créée en 1920, rassemble 7 808 corps dont 3 080 en trois ossuaires et 266 corps provenant d'autres cimetières dans quatre fosses communes, une tombe belge et une russe;
  • Nécropole nationale n° 2 : créée en 1934, rassemble 2 829 corps dont 250 en un ossuaire, 27 tombes russes, 5 belges et deux britanniques. En 1954, ont été inhumés dans cette nécropole 545 corps de soldats français tués pendant la campagne de France de 1940 ainsi que 33 civils belges en 1988.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Cimetière militaire allemand de Soupir[modifier | modifier le code]

Il rassemble 11 089 corps dont 5 134 dans des tombes individuelles dont 19 non identifiés, 5 955 dans un ossuaire (dont seulement 794 sont identifiés).

Cimetière militaire italien de Soupir[modifier | modifier le code]

Il regroupe 592 tombes et un monument commémoratif de Fernand Cian, réalisé en 1921, à la mémoire des soldats italiens tombés sur le sol de France.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • M. Chauchard, propriétaire qui reconstruit le château de Soupir de 1873 a 1876.
  • Gaston Calmette, directeur du Figaro et propriétaire du château de Soupir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chanoine Lebergue, « Les batailles de Soupir (1914-1918) », Mon village, Monographie de la commune de Soupir (Aisne),‎ 2 février 1931 (consulté le 2 juin 2013)
  2. « SOUPIR Le maire Jean-Jacques Libregs est décédé », L'Union,‎ 24 mai 2007 (lire en ligne)
  3. Noël Jacmin, « M. Leroy est élu maire », L'Union,‎ 11 juillet 2007 (lire en ligne)
  4. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  5. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 17 août 2014)
  6. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 4 janvier 2012)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012
  9. « Le Château de Soupir », base Mérimée, ministère français de la Culture

Ouvrages[modifier | modifier le code]