Livre des Lamentations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

Le livre des Lamentations (ou Lamentations de Jérémie, איכה ʾēḫā(h), Eikha) est un livre du Tanakh et de l'Ancien Testament. L'auteur est anonyme. La rédaction correspond à une période entre 598 av. J-C, date de la première déportation, et la prise de Babylone par Cyrus en 538 av. J-C[1]. Il s'agit de poèmes de lamentations causées par la destruction de Jérusalem, probablement composées en Palestine.

Auteur[modifier | modifier le code]

La Bible hébraïque range ce petit livre avec les Hagiographes et le compte parmi les cinq megillôt, les "rouleaux" qu'on lit aux grandes fêtes. La Bible grecque et la Vulgate le placent à la suite de Jérémie, avec un titre qui en attribue la composition à ce prophète. La tradition se fondait sur le livre 2 Chroniques 35,25 et était appuyée par le contenu des poèmes, qui convient en effet à l'époque de Jérémie. Mais cette attribution ne peut être maintenue. Jérémie, tel que nous le connaissons par ses oracles authentiques, n'a pas pu dire que l'inspiration prophétique était tarie (2,9), ni louer Sédécias (4,20 contraire à Jérémie 24,8 et 23,6), ni espérer dans le secours des Égyptiens (4,17 contraire à Jérémie 37,5-7). De plus, la doctrine de rétribution exprimée en 5,7 est combattue par Jérémie (Jérémie 31,29-30)[2]. Certains exégètes pensent que Les Lamentations auraient même été écrites "contre" Jérémie et le parti pro-babylonien qui pouvait passer pour être l'ennemi intérieur alors que l'envahisseur approchait[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Ce livre est composé de cinq poèmes lyriques. Les quatre premiers sont acrostiches (chaque vers commence successivement par l’une des 22 lettres de l’alphabet hébreu), exception faite du troisième chapitre. Il décrit la grande douleur causée par le siège, la prise et la destruction de Jérusalem par Nabuchodonosor II, roi de Babylone. Vigoureux et pathétique, ce livre exprime la peine profonde à la vue de la désolation, de la misère de la confusion, de la famine, l’épée et d’autres fléaux étant l’expression du châtiment divin pour les péchés du peuple, des prophètes et des prêtres. Le livre se termine néanmoins avec une note d'espoir.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le premier poème décrit Jérusalem comme une princesse abandonnée, punie à cause de l’abondance de ses transgressions.

Le second poème parle des conséquences de la famine : des enfants défaillent, des femmes mangent leurs propres enfants, les cadavres jonchent les rues.

Le troisième poème annonce l’espoir de Sion en la miséricorde divine.

Le quatrième poème déplore la gloire passée du temple de Jérusalem, maintenant détruit.

Le dernier poème débute par une supplique demandant à Dieu de se souvenir de son peuple.

Les Lamentations en musique[modifier | modifier le code]

Le texte a servi de base à de nombreux motets ou autres pièces religieuses par plusieurs centaines de compositeurs. Parmi ces derniers on peut citer :


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le livre des Lamentations, J.M.Droin, Genève, 1995
  • (de) Die Klagelieder. Forschungsgeschichte und Auslegung, C.WESTERMAN, Neukirchen-Vluyn, 1990

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Introduction au livre des Lamentations, Traduction Œcuménique de la Bible (TOB), Éditions du Cerf
  2. Introduction aux Prophètes, Bible de Jérusalem, Éditions du Cerf

Articles connexes[modifier | modifier le code]