Osée (prophète)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Osée.

Osée

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le prophète Osée peint par Alessandro Bonvicino (1521-24)

הושע

Naissance VIIIe siècle av. J.-C.
Activité principale
Premier des douze petits prophètes
Autres activités
Auteur du Livre d'Osée
Ascendants
Beéri (père)
Conjoint
Gomer, fille de Diblaïm
Descendants
Jizreel (fils)
Lo-Ruchama (fille)
Lo-Ammi (fils)

Compléments

Contemporain d'Ozias, de Jotham, Achaz, Ézéchias, rois de Juda, et de Jéroboam II, roi d'Israël

Osée est le premier des douze petits prophètes du Tanakh ou Ancien Testament, auteur présumé du Livre d'Osée.

C'est un saint chrétien, honoré le 4 juillet en Occident[1] et le 17 octobre en Orient[2]. Il ne doit pas être confondu avec son homonyme Osée, dernier roi d'Israël.

Présentation[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot vient de l’hébreu : הוֹשֵׁעַ - hôšea` c'est-à-dire sauve !. Sa racine étymologique se retrouve dans les noms hébraïques de Hochéâ, Josué et Jésus, ainsi que dans la formule hosanna. Les étymologistes chrétiens comme saint Jérôme et Isidore de Séville pensaient que le mot signifiait « sauveur ».

Sa vie[modifier | modifier le code]

Osée fut un prophète d’Israël (royaume du Nord) vivant à la fin du règne de Jéroboam II (782-753 env.) connu grâce à des oracles le concernant, mis par écrit par des disciples dans les premières décennies du VIIIe siècle avant J.-C. La vie conjugale d’Osée, simple berger, est le thème dominant du livre qui porte son nom. Il y est présenté comme un homme auquel Dieu demande de s'unir dans le désert avec une prostituée pour en avoir des enfants. Union, procréation et noms des enfants sont occasion des oracles prophétiques du livre. Amour humain, union et progéniture sont mis en scène pour signifier les rapports tumultueux d'Israël avec Dieu. Le peuple est comparé à une épouse infidèle parce qu'il s’est voué au culte des idoles. Dieu en revanche est l’époux, fidèle et surtout « unique », qui « parle au cœur » du peuple (Os 2, 14) et s'emploie, en l'éprouvant, à le reconquérir, prêt à pardonner au moindre signe de repentir.

Livre d'Osée[modifier | modifier le code]

Le livre d’Osée est une relecture de l'histoire d’Israël à la lumière de cette symbolique nuptiale. Il est classé parmi les livres prophétiques du canon de la Bible hébraïque et de la Septante (« derniers prophètes »), et situé en tête du groupe des « douze petits prophètes » de la Bible chrétienne. Saint Paul le cite dans son Épître aux Romains (Rm 9, 25). Son langage annonce la façon dont les évangiles parleront de l’amour de Dieu à la fin du Ier siècle après J.-C. Il est aussi souvent cité dans la littérature monastique et érémitique en raison de son attachement à la thématique du séjour et de l’alliance avec Dieu au «désert», lieu symbolique de la vie monastique et du combat ascétique.

Prophétie[modifier | modifier le code]

Les auteurs ecclésiastiques chrétiens lui attribuent une prophétie juive, non biblique, selon laquelle la venue du Messie surviendra lorsque le chêne de Mambré se divisera spontanément pour donner naissance à douze nouveaux chênes. Il fut enterré sur ses terres (Isidore, Comestor). Mais la tradition juive rapporte qu'il a terminé ses jours à Babylone, et que son corps, transporté sur un chameau, a été inhumé en Galilée.

Dans l'art[modifier | modifier le code]

Les artistes du Moyen Âge le représentent en train de donner la main à la prostituée qu'il épousa (cathédrale Notre-Dame d'Amiens). Il n'est pas évoqué dans la Légende dorée.

Sources et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Osée¸ dans La Bible, t. 2 : L’Ancien Testament, Paris, La Pléiade, 1959, p. 689-722 ;
  • Isidore de Séville, De ortu et obitu Patrum, c. 41, PL 83, col. 144A.
  • Pierre Comestor, Historia scolastica, IV Reg. 21, PL 198, 1402D.
  • Vincent de Beauvais, Speculum Historiale, 3, 99.
  • A. Caquot, L’apport religieux d’Osée, dans Histoire des religions, dir. H.-Ch. Puech, Paris, t. 1/1, Paris 1970, p. 440-442.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :