Bethsabée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bethsabée (homonymie).
Willem Drost, Bethsabée recevant la lettre de David
Paolo Veronese, Bethsabée au bain

Bethsabée (en hébreu : בת שבע, ce qui peut se traduire comme « septième fille » ou « fille du serment ») est l'épouse d'Urie le Hittite puis du roi David. Elle est la mère de Salomon. Son personnage apparait dans le deuxième livre de Samuel, au chapitre 11, et dans le premier chapitre du livre des Rois.

Récit biblique[modifier | modifier le code]

Le roi David, se promenant sur la terrasse de son palais, aperçoit Bethsabée en train de se baigner. Bien qu'il ait appris qu'elle était mariée à Urie, l'un de ses soldats parti assiéger une ville, il a une relation avec cette femme qui tombe enceinte et le lui fait savoir. David rappelle le mari de Bethsabée de la guerre pour qu'il dorme avec sa femme, mais celui-ci refuse. Le roi pousse alors le commandant de son armée, Joab, à lancer une attaque hasardeuse dans le but de faire périr Urie au combat : c'est ce qui arriva.

Après la période de deuil, David épouse Bethsabée et l'enfant de leur union naît. Le prophète Nathan apprend alors à David que cette façon de faire a déplu à Dieu et qu'en châtiment, ce n'est pas ce fils aîné de David qui héritera du trône, mais un autre fruit de la semence que David a plantée en Bethsabée, au terme de luttes qui décimeront la famille royale. David implore le pardon de Dieu, l'enfant de Bethsabée tombe malade et David jeûne plusieurs jours, jusqu'au décès de l'enfant, le septième jour, ce que David interprète comme sa punition. David réconforte Bethsabée.

Un nouvel enfant naîtra, appelé par David Salomon (pacifique). À la fin de la vie de David, Bethsabée alliée au prophète Nathan obtiendront du roi qu'il reconnaisse Salomon comme son héritier légitime et le fasse monter sur le trône d'Israël.

Le personnage de Bethsabée dans l'art[modifier | modifier le code]

  • Le récit biblique est illustré par l'exceptionnelle tapisserie David et Bethsabée exposée au Musée national de la Renaissance d'Ecouen, sans doute la tapisserie la plus connue de l'époque Renaissance. Cette œuvre massive fut tissée à Bruxelles entre 1510 et 1515. Constituée d'une suite de 10 pièces, la tapisserie de David et Bethsabée est longue de 75 mètres et haute de 4,5 mètres (totalisant donc 340m²). Le nom de ses auteurs demeure inconnu. C'est l'une des principales œuvres d'art exposées au Musée national de la Renaissance.
  • Dans d'autres tableaux, c'est une servante qui lui annonce l'amour que lui porte David, comme Bethsabée au bain, de Jacob van Loo. Enfin, dans David et Bethsabée, de Jan Metsys, David envoie à Bethsabée un de ses serviteurs pour lui déclarer son amour; on remarque que le serviteur pointe son maître du doigt. Ce dernier se trouve sur la terrasse au second plan.

Dans la version de Jean-François de Troy de 1727 exposée au Musée des beaux-arts d'Angers, David est représenté à l'arrière-plan, alors que Bethsabée s'occupe de sa toilette. L'histoire de Bethsabée a également inspiré à Gustave Moreau une aquarelle (Cabinet des arts graphiques, Musée du Louvre).

  • Bethsabée (ou l'éloge de l'adultère) est un roman de Marek Halter.

Sur les autres projets Wikimedia :