Deutéronome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deutéronome
Image illustrative de l'article Deutéronome
Moïse explique la Loi du Seigneur à Israël (illustration des Figures de la Bible)

Titre dans le Tanakh Devarim (Paroles)
Auteur traditionnel Moïse
Auteur(s) selon l'exégèse Plusieurs auteurs anonymes
Datation traditionnelle XVIe-XIIe siècle av. J.-C.
Datation historique VIIIe-VIe siècle av. J.-C.
Plus ancien manuscrit Qumrân 1, 2, 4, 5, 6 et 11
Nombre de chapitres 34
Classification
Tanakh Torah
Canon chrétien Pentateuque
Précédent Nombres Deutéronome Josué Suivant
Précédent Nombres Deutéronome Josué Suivant

Le Deutéronome (du grec τὸ Δευτερονόμιον, tò Deuteronómion, la seconde loi, en hébreu דְּבָרִים Devarim, paroles) peut être lu comme le cinquième livre de la Bible hébraïque ou Ancien Testament et dernier de la Torah (le Pentateuque chrétien) ou comme le premier livre de l'historiographie deutéronomiste. Il contient le récit des derniers discours de Moïse aux Israélites et le récit de sa mort, avant qu'ils n'entrent au pays de Canaan, sur l'autre rive du Jourdain.

Il est intitulé en hébreu Devarim (prononcer /dva.ʁim/), c'est-à-dire Paroles, qui sont les premiers mots du texte ou Michné Torah, la répétition de la Torah.

Contenu[modifier | modifier le code]

Il forme un second code de lois, après celui de l'Exode, d'où son titre de Deutéronome (seconde loi). Il retrace d'autre part différents événements vécus par les Israélites depuis leur sortie d'Égypte et déjà relatés dans les trois livres précédents du Pentateuque, (Exode, Lévitique et Nombres), dont les plus marquants sont :

Comme passages spécifiques au livre, on retient :

  • le Chéma Israël, la profession de foi fondamentale du judaïsme ;
  • l'investiture de Josué qui conduira la conquête du pays de Canaan par les Israélites.

Le livre se clôt par la mort de Moïse et son enterrement sans qu'il ait pu lui-même entrer en terre de Canaan.

Composition[modifier | modifier le code]

La tradition biblique (juive et chrétienne) attribue la rédaction de ce livre à Moïse. 2 Rois 14.6 cite Deutéronome 24.16 en parlant du « livre de la loi de Moïse ». Néhémie 13.1 cite de la même manière Deutéronome 23.4. Voir aussi Daniel 9.11 (Dt 28.15ss) ; Matthieu 19.7-8 (Dt 24.1-4) ; Actes 3.22-23 (Dt 18.18-19) ; Romains 10.19 (Dt 32.21). La mise par écrit des discours de Moïse de sa propre main est mentionnée dans Deutéronome 17.18 ; 28.58,61 ; 29.19-20 ; 31.9,24. On trouve en outre de nombreuses références bibliques parlant de « la loi de Moïse » sans préciser de quel livre il s’agit.

Toutefois, de nombreux arguments exégétiques vinrent mettre cette tradition en question - l'un des plus évidents étant que Moïse ne peut pas raconter sa propre mort (Dt 34). Cet argument était évoqué dès le XIe siècle par Rabbi Salomon. Lorenzo Valla y aurait ensuite fait une allusion masquée[1].

Aujourd’hui, les exégètes supposent que la rédaction du Deutéronome commence sous le règne d'Ezéchias ou peu après, c'est-à-dire vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C. ou au début du VIIe siècle av. J.-C.[2], et se termine vraisemblablement au retour d'exil, vers la fin du VIe siècle av. J.-C.[3]. Les auteurs responsables de l'écriture du livre sont regroupés sous le nom d' « école deutéronomique », et les livres qui suivent le Deutéronome (Josué, Juges, 1-2 Samuel et 1-2 Rois) sont considérés comme faisant partie de l' « historiographie deutéronomiste ». Une relecture plus récente de cette historiographie donne ensuite l' « historiographie yahwiste », comprenant les livres de la Genèse au Rois[4].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le Deutéronome contient les trois derniers discours de Moïse, prononcés dans les plaines de Moab juste avant son enlèvement. Le premier discours (chapitres 1 à 4) sert d'introduction. Le deuxième discours (chapitres 5 à 26) se compose de deux parties : (1) chapitres 5 à 11 : les dix commandements et leur explication pratique; (2) chapitres 12 à 26 : code de lois constituant le noyau du livre. Le troisième discours (chapitres 27 à 30) contient le renouvellement solennel de l'alliance entre Israël et Dieu, l'annonce des bénédictions qui suivent l'obéissance et celle des malédictions qui suivent la désobéissance. Les chapitres 31 à 34 décrivent la transmission de la loi aux Lévites, le cantique de Moïse, sa dernière bénédiction et son départ.

Forme littéraire[modifier | modifier le code]

On attribue la rédaction de ce livre en majeure partie à la tradition Deutéronome autour du VIIIe et du VIIe siècle avant notre ère. Le récit se présente comme une réplique de la propagande anti-assyrienne. Ce détail a emmené les exégètes à dater la rédaction au déclin de l'Empire Assyrien au VIIe siècle. Le livre du Deutéronome est clairement construit sur le modèle d'un traité de vassalité Assyrien en cinq parties:

  1. Prologue historique (Dt 1-11)
  2. Clauses générales de base (Dt 12-26)
  3. Document du pacte (Dt 27,8;31,9-13)
  4. Prise à témoin (Dt 31,24.28)
  5. Bénédictions et malédictions (Dt 27-28)

Ce genre littéraire est typique de l'époque assyrienne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ginzburg, Carlo, « La Lettre tue. Sur quelques implications de la deuxième épître aux Corinthiens, 2, 3.6 », dans Critique, no 769-770, 2011
  2. Martin Rose dans Thomas Römer (éd.), Jean-Daniel Macchi (éd.) et Christophe Nihan (éd.), Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, 2009, p=301
  3. Martin Rose dans Thomas Römer (éd.), Jean-Daniel Macchi (éd.) et Christophe Nihan (éd.), Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, 2009, p=303-304
  4. Martin Rose dans Thomas Römer (éd.), Jean-Daniel Macchi (éd.) et Christophe Nihan (éd.), Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, 2009, p=299

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • R. H. Kennett, « The Date of Deuteronomy », Journal of Theological Studies, The Clarendon Press, vol. VII,‎ 1906, p. 481–500 (lire en ligne)
  • Thomas Römer, La première histoire d'Israël: l'école deutéronomiste à l'œuvre, Labor et Fides, 2007, ISBN 978-2830912272

Sur les autres projets Wikimedia :