Le Cavalier bleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cavalier bleu .
Croquis figurant de quatre chevaux
La tour de chevaux bleus (Turm der blauen Pferde), Franz Marc, 1913

Der Blaue Reiter (le cavalier bleu) est un groupe d'artistes d’inspiration expressionniste, qui s'est formé à Munich. Ce groupe organise deux expositions (en 1911 et en 1912) et publie un almanach en 1912. Ses acteurs principaux sont Vassily Kandinsky, Franz Marc et August Macke. D'autres artistes comme Gabriele Münter, Heinrich Campendonk, David Burljuk, Alexej von Jawlensky, Paul Klee y ont également participé.

Ce groupe est, de peu, postérieur à l'autre grand groupe expressionniste allemand, né à Dresde en 1905 : Die Brücke (le pont).

Historique[modifier | modifier le code]

La Nouvelle association des artistes munichois (Neue Künstlervereinigung München, abrégé couramment en NKVM) est fondée en janvier 1909, avec Kandinsky comme président[1]. L'association regroupe des artistes modernes d’écoles diverses, allant du néo-impressionnisme à l'Art nouveau. Les plus célèbres représentants en sont Kandinsky, Münter, Alexej von Jawlensky. Le NKVM organise ses deux premières expositions en décembre 1909, puis en septembre 1910 à la Moderne galerie Thannhauser[1]. Suite à ces expositions, Franz Marc et August Macke se joignent à la NKVM[1]. Rapidement, des divisions apparaissent au sein du groupe, entre peintres plus radicaux dans leur désir de nouveauté (en tête Kandinsky et Marc qui se lient d’amitié) et ceux plus modérés. Kandinsky démissionne de la présidence en janvier 1911.

Pendant l'été 1911, Kandinsky a l'idée de constituer un recueil de textes sur l'art moderne rédigé par des artistes[2]. Il mène tout d'abord ce projet en secret avec Marc avec qui il choisit le titre : Der blaue Reiter, qui apparait pour la première fois dans une lettre à Piper, le futur éditeur de l'Almanach[2]. Kandinsky relate en 1930 que ce titre a été choisi parce que « nous aimions tous les deux le bleu, Marc aimait les chevaux, moi les cavaliers »[2].

En 1911, au cours de l‘organisation de la troisième exposition, le comité organisateur rejette une peinture de Kandinsky (Composition V [1911]). La rupture apparait ! Kandinsky et Marc suivis par d’autres créent alors leur propre mouvement. Leur première exposition se fait, dans la précipitation, en parallèle à celle du NKVM, au même endroit – la galerie Thannhauser – et au même moment – en décembre 1911.

Leurs expositions s’appellent « Exposition du comité éditorial du Cavalier bleu ». La première, ouverte à Munich, tourna en Allemagne et ailleurs en Europe de 1912 à 1914 (Venues a Cologne, Berlin, Bremen, Hagen, Frankfurt, Hamburg, Budapest, Oslo, Helsinki, Trondheim et Göteborg). Une seconde exposition est organisée à la galerie de Hans Goltz à Munich en février 1912 réunissant 315 œuvres graphiques d'artistes allemands, russes et français, ainsi que des œuvres du groupe Die Brücke (même si Kandinsky a prononcé un jugement très critique sur leur production).

Ces expositions sont des moments importants pour la percée de l'art moderne en Allemagne. La première guerre mondiale met malheureusement fin aux activités du groupe – notamment a la création d’un second Almanach. Marc et Macke sont rapidement tués dans les combats tandis que Kandinsky et Jawlensky sont forcés de rentrer en Russie.

Idées[modifier | modifier le code]

Ballet russe (August Macke)
(Russisches Ballett)
1912
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Ce qui ressort de la lecture de l'Almanach, c'est l'absence de toute division traditionnelle entre les différentes techniques artistiques : on y trouve à la fois une homogénéité de pensée, une commune croyance en la vie intérieure de l'artiste, dans la forme comme extériorisation de l'intuition créatrice du peintre ou du musicien, dans les liens qui unissent les arts nouveaux aux arts anciens, les arts européens aux arts africains ou asiatiques, savants ou populaires, liens situés au tréfonds de l'homme, en ce qu'il a de plus archétypal. L'Almanach comprend un ensemble d'articles d'esthétique générale qui soulignent la volonté de leurs auteurs, de ne pas enfermer leur pensée dans un système immuable, mais de se révéler capables d'étendre et ramifier leur champ d'action autant que possible. La notion de vibration, de résonance intérieure, seule capable d'instaurer un authentique vocabulaire de correspondances entre couleurs, sons et mots, apparaît comme un thème qui sous-tend l'Almanach tout entier. La pensée musicale a incontestablement constitué une source de réflexion privilégiée pour des artistes comme Kandinsky, Kupka ou Delaunay, qui ont précisément recherché les structures d'organisation de l'espace plastique, susceptibles de s'éloigner, voire d'échapper aux lois de la représentation. L'avènement de l'art abstrait coïncide assez justement avec un intérêt accru pour les formes musicales. C'est en ce sens que Kandinsky déclarait la musique supérieure à la peinture en ce qu'elle n'avait pas besoin de créer des « images » pour générer des sensations, des émotions, affirmant ainsi que c'est en cela que notre oreille est bien supérieure à notre œil. De nombreux artistes et musiciens ont participé à sa réalisation, notamment Scriabine, dont les recherches sur la conjonction des arts du temps (musique) et de l'espace (peinture) génère une longue lignée, qui se poursuit encore de nos jours, de créateurs dont les recherches portent sur la notion de synesthésie. Cet almanach regroupe articles et chroniques d’art rédigées uniquement par des artistes. Schönberg y donne un article, sa partition de Herzgewächse op.20 et deux reproductions de ses tableaux.

Malgré sa brièveté, le Cavalier Bleu a véritablement marqué une époque : autour de ce mouvement se sont ralliés de grands créateurs unis par une même foi de renouveau spirituel de notre civilisation, imaginant un art qui ne connaîtrait « ni peuple, ni frontière, mais la seule humanité » (Kandinsky). Au-delà de différences formelles, cette vision spirituelle de l'art leur a permis d'établir une parenté fondamentale entre l'abstraction naissante et le réalisme d'un Douanier Rousseau, entre les arts de l'Afrique ou le folklore bavarois et les dernières productions de l'avant-garde européenne. Pour résumer, le Cavalier Bleu et plus particulièrement l'almanach ne se confondent pas avec les démarches artistiques des deux créateurs, dans le sens où le parallèle entre atonalité et abstraction ne se trouve pas au centre de leurs contributions. Ainsi, l'ouvrage se caractérise par l'extension du champ artistique qu'il propose : d'une part dans l'espace (arts primitifs, gothique, renaissance, venant d'Europe ou extra-européens, en l'occurrence africains, chinois…), d'autre part dans différents domaines (arts plastiques, musique, littérature, art des enfants…). Le mouvement du Cavalier bleu représente un exemple d'ouverture inhabituelle émanant d'un petit groupe d'avant-garde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dube 1996, p. 95-6
  2. a, b et c Vezin et Vezin 1991, p. 123-4

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annette Vezin et Luc Vezin, Kandinsky et le cavalier bleu, Paris, Éditions Pierre Terrail,‎ 1991 (ISBN 2-87939-039-7)
  • Wolf-Dieter Dube (trad. Léna Rozenberg), Les expressionnistes [« The Expressionists »], Thames & Hudson,‎ 1996 (1re éd. 1976) (ISBN 2-87811-070-6)