Groupe des XX

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Groupe des 20.
Affiche de l'exposition de 1889.

Le Groupe des Vingt (ou Les XX) est un cercle artistique d'avant-garde fondé à Bruxelles en 1883 par Octave Maus, émanant d'une scission du cercle L'Essor et continué par La Libre Esthétique. Les membres du groupe des XX sont appelés « vingtistes ».

Les vingtistes[modifier | modifier le code]

Les fondateurs[modifier | modifier le code]

Le 28 octobre 1883, à la taverne Guillaume[1] à Bruxelles, Les XX, le secrétaire Octave Maus et le trésorier Victor Bernier posent les bases de cette association.

Liste des vingtistes fondateurs :

Vingtistes remplaçants[modifier | modifier le code]

Les artistes ayant rejoint Les XX au fil des années :

1885
1886
1887
1889
1890
1891

Les vingtistes se retrouveront pour la plupart au sein de la Libre Esthétique, le mouvement qui succèdera aux XX.

Quelques artistes invités aux Salons des XX[modifier | modifier le code]

Les invités seront choisis « parmi des artistes déjà consacrés, mais dont l’art demeure indépendant et combatif ».

Camille Pissarro (1887, 1889, 1891), Claude Monet (1886, 1889), Georges Seurat (1887, 1889, 1891, 1892), Paul Gauguin (1889, 1891), Paul Cézanne (1890), Vincent van Gogh (1890, 1891), Louis Artan, William Degouve de Nuncques, Xavier Mellery et bien d'autres ont été invités à au moins un Salon annuel des XX.

Historique[modifier | modifier le code]

La création du groupe des XX[modifier | modifier le code]

Contexte historique : en 1884, la Belgique est un tout jeune pays qui a acquis son indépendance pas même 60 ans plus tôt. C’est le début de l’industrialisation et avec elle le début des mouvements sociaux. Le Parti ouvrier belge est fondé un an plus tard, en 1885. La révolution artistique de 1884 démarra par une phrase lancée par un membre du jury officiel : « Qu’ils exposent chez eux ! » avait-il clamé, refusant les toiles de deux ou trois peintres ; c’est donc ce qu’ils firent. C’est dans ce contexte que vont naître Les XX en 1883.

Le sigle[modifier | modifier le code]

Fernand Khnopff dessine le sigle des XX qui figure sur les affiches et catalogues des expositions dans un style qui annonce l’art nouveau.

Le premier Salon annuel des XX (1884)[modifier | modifier le code]

La Tentation de saint Antoine, Félicien Rops, 1878
Bibliothèque royale de Belgique, cabinet des estampes.

Parmi les « vingtistes » du départ, on trouve déjà James Ensor, Fernand Khnopff, Dario de Regoyos et Théo Van Rysselberghe et, parmi les invités, de grands noms tels que Rops ou Rodin. Chaque « vingtiste » peut exposer six œuvres, les invités quant à eux ne peuvent en exposer qu’une. Le premier Salon des XX ouvre le 2 février 1884 dans le premier Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, l'actuel musée royal d’art ancien. Jan Toorop adhère au mouvement cette année mais n'expose que l'année suivante.

Les XX cherchent une évolution de la peinture. Dès cette première exposition, on remarque un très net intérêt porté à la lumière. Le premier tableau exposé par Théo Van Rysselberghe est En West Flandre. C’est déjà une peinture très lumineuse, comme le sera la suite de son œuvre. James Ensor présente entre autres Les Masques, La Dame en détresse, Le Lampiste et La Musique russe qui exprime bien l’esprit vingtiste. Dans cette dernière toile on retrouve le lien entre musique et peinture : on y voit Willy Finch écoutant Anna Boch jouer du piano ; « deux peintres communiant dans la musique alors qu’un troisième immortalise ce moment. » Dans son livre, Madeleine Maus dit qu’Ensor a exposé sa toile nommée Chinoiseries cette année-là, alors que selon d'autres recherches il semblerait qu’elle ait été réalisée en 1907.

Pour cette première exposition, une toile fait un gros scandale : La Tentation de saint Antoine de Félicien Rops. Son iconographie a vocation à chauffer les esprits conservateurs : en lieu et place du Christ sur la croix, on y voit une femme nue.

Vincent van Gogh invité chez Les XX[modifier | modifier le code]

Vincent van Gogh fut invité par deux fois au salon des XX.

Salon de 1890

Van Gogh y expose deux toiles de la série Les Tournesols ainsi que Le Lierre, Verger en fleurs (Arles), Champ de blé au soleil levant (Saint-Rémy) et La Vigne rouge, qu'il vendra à Anna Boch (c'est la seule toile qu'il ait jamais vendue). Le 16 janvier, avant-veille du vernissage, Henry de Groux décide de ne pas exposer au salon, ne désirant pas voir son envoi côtoyer « l'exécrable Pot de soleils de Monsieur Vincent », ce qui lui vaut son exclusion du Cercle des XX.

Salon de 1891

Van Gogh étant mort le 29 juillet 1890, Les XX organisent une exposition rétrospective de ses œuvres consistant en huit toiles et sept dessins.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La taverne Guillaume n'existe plus ; à quelques pas du domicile d'Octave Maus, elle se trouvait dans les caves voûtées datant du XVIe siècle d'une maison sise au n° 6 de la rue du Musée à Bruxelles. Cette maison est aujourd'hui une annexe du Palais des Congrès de Bruxelles.