Alfred Kubin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alfred Kubin

Description de l'image  Nicola Perscheid - Alfred Kubin 1904b.jpg.
Naissance 10 avril 1877
Litoměřice (Autriche-Hongrie)
Décès 20 août 1959 (à 82 ans)
Wernstein am Inn, Haute-Autriche (Autriche)
Nationalité Drapeau de l'Autriche-Hongrie Austro-hongrois
Profession écrivain, dessinateur, graveur, illustrateur

Alfred Leopold Isidor Kubin, né à Litoměřice le 10 avril 1877 et mort à Wernstein am Inn (district de Schärding) le 20 août 1959, est un écrivain, dessinateur, graveur et illustrateur de livres autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît d'une mère pianiste et d'un père géomètre. Timide et de faible constitution, Kubin a du mal à se faire des amis parmi les enfants de son âge, les déménagements successifs de sa famille dus au travail du père ne lui rendant pas la vie plus facile, et il passe de longs moments seul à dessiner.

En 1887, Kubin fait une première rencontre avec la mort : sa mère, malade de phtisie, meurt brutalement. La vision de son père, fou de chagrin, arpentant en tous sens la maison le cadavre de sa mère entre les bras, le marqua à jamais. Dans Le Meilleur Médecin, Kubin représente la Mort comme une femme vêtue de noir, une médaille autour du cou. Son visage ne comporte aucun trait.

Son père, se remarie la même année avec la sœur de sa dernière épouse, qui mourut à son tour un an plus tard en donnant naissance à Rosalie, sa deuxième sœur. Son père devient hargneux et violent ; Alfred se replie encore un peu plus sur lui-même. Ses dessins se font un peu plus morbides, terrifiants, incarnation de la haine qu'il porte au monde extérieur. Il est pris de visions fantastiques qu'il s'empresse de mettre en dessin.

À la suite de nombreux échecs scolaires, son père décide en 1891 de l'envoyer à l'École des arts appliqués de Salzbourg, mais malgré un début plutôt prometteur, Kubin est renvoyé l'année suivante en raison de ses mauvais résultats. Le frère de la troisième femme de son père (Irene Kühnel, avec qui il s'est remarié l'année précédente), photographe, finit par l'accepter auprès de lui en tant qu'apprenti. Mais il se brouille avec tout le monde, passe des soirées à boire, néglige son travail ; en 1896, il part se suicider devant la tombe de sa mère. Mais sa tentative échoue et il est renvoyé de nouveau. Il décide alors de s'engager dans l'armée, mais il fait une crise après trois semaines et passe trois mois à l'hôpital militaire de Graz.

La Tombe d'Alfred Kubin au cimetière du Wernstein am Inn.

Durant l'année de 1899, Kubin entre à l'Akademie der Bildenden Künste München, dans la classe de Nikolaos Gysis mais il ne vient pas souvent en cours et est forcé d'abandonner ses études. Il découvre également les travaux de Max Klinger, notamment son cycle de gravures Un gant, qui le marquent profondément et provoquent chez lui une sorte de « frénésie créative ». Il réalise durant cette période de très nombreux dessins et commence peu à peu à se faire connaître, en grande partie grâce à Hans von Weber qui lui voue une grande admiration. En 1902, Kubin réalise sa première exposition à Berlin. Il rencontre l'année suivante Emma Myer, dont il tombe aussitôt amoureux, mais qui meurt presque immédiatement du typhus. Il se remarie deux ans après avec Hedwig Gründler, sœur de l'écrivain Oscar A. H. Schmitz et s'installe avec elle à Zwickledt.

En 1908, il écrit en espace d'un mois et demi L'Autre Côté, qu'il publie l'année suivante. Hermann Hesse déclarera plus tard qu'il s'agit là d'un livre majeur ; il influencera Franz Kafka, H. P. Lovecraft, Jünger et les surréalistes.

Kubin entre à la Nouvelle Association des artistes munichois (Neue Künstlervereinigung München) en 1910, qu'il quitte la même année pour fonder avec Vassily Kandinsky, Franz Marc et Gabriele Münter l'association du Cavalier bleu (Der Blaue Reiter, d'après le nom d'un tableau de Franz Marc). Il rencontre également Paul Klee, avec qui il échange beaucoup jusqu'à l'arrivée de la Première Guerre mondiale. Jusqu'en 1914, la renommée de Kubin augmente rapidement, grâce à Paul Klee qui expose ses dessins et au journal Simplicissimus.

En 1915, Kubin approfondit sa connaissance des travaux de Nietzsche et Schopenhauer. La découverte des doctrines des deux philosophes jouèrent un rôle déterminant sur son art. De 1920 à 1930, de nombreuses expositions lui sont consacrées, retraçant son travail depuis ses débuts. La venue de la guerre perturbe assez peu ses activités.

En 1948, son épouse, Hedwig Gründler, décède. Il meurt à son tour le 20 août 1959 dans son château de Zwickledt, situé à Wernstein am Inn d'une maladie de la vessie, après avoir fait don de l'ensemble de son œuvre à l'Autriche.

Œuvre picturale[modifier | modifier le code]

Les dessins de Kubin donnent à voir une humanité soumise, dépassée par des forces obscures et oppressantes mises en scène au travers d'une symbolique récurrente du monstre et du difforme, l'artiste se faisant par là « l'organisateur de l'incertain, du tremblant, de la pénombre, de l'onirique »; ils lient sexe, pulsions de mort et renferment une certaine folie[réf. nécessaire].

Analyse[modifier | modifier le code]

Les œuvres littéraire et picturale se complètent et se répondent. De ce fait elles offrent une grande cohérence à l´esthétique du clair-obscur de Kubin qui se plaît à juxtaposer les oppositions afin de faire ressortir tout le paradoxe de la vie et de la mort. Chaque image possède un « pouvoir nécessaire de narration »[1] et chaque passage suggère des images. Daniel S. Larangé attire l´attention sur le bestiaire qui peuple cet univers onirique et qui fonctionne comme un « système » de signes: « Chacune de ses visions oniriques possède un contenu narratif latent qui s'intègre à un ensemble d'images selon les règles du non-sens – complémentarité des oppositions, analogie par assonance ou allitération, équivoque et homonymie, quiproquo et malentendu dialogiques, etc. Le style fondamentalement fragmentaire d'Alfred Kubin fait que la réalité se trouve contaminée, de façon intermittente, par la fiction onirique[2]. »

En effet, Kubin laisse deviner le monstre qui sommeille en nous, ce qui le conduit à rapprocher sexualité débridée et morbidité absolue. La folie reste la seule issue d´échapper à cette grande mascarade qu´est le monde. Ce pessimisme trouve son origine dans sa lecture du bouddhisme et l'influence que les religions indiennes et les arts chinois et japonais exercent sur lui.

Érotisme et onirisme finissent par se confondre afin du fuir un monde en train de se déshumaniser à force d´adopter les positions des plus universalistes qui nient ses propres particularismes. Pour Kubin, cette fuite se fait par la mystique: « Le désir caractérise l´homme et la frustration en découlant est devenue le centre de gravité de sa modernité. L´homo occidentalis tend à se réfugier dans le rêve pour combler le manque de présence qui le mine dans un monde mercantile censé lui assurer la surabondance. Il lui faut donc se mettre en quête de la vacuité intérieure pour se libérer de ses démons et abolir la douloureuse tension entre l'être et l'avoir[3]. »

Œuvre traduite en français[modifier | modifier le code]

  • L'Autre Côté (Die Andere Seite), publié en 1909, trad. Robert Valençay, Eric Losfeld, Paris, 1962.
  • Le Cabinet de curiosités (Der Guckkasten), publié en 1925, recueil de nouvelles, éd. et trad. Christophe David, Paris, Allia, 1998.
  • Le Travail du dessinateur, recueil d'essais écrits entre 1921 et 1933, éd. et trad. Christophe David, Paris, Allia, 1999.
  • Ma Vie (Aus meinem leben), publié en 1970, autobiographie 1911-1952, éd. et trad. Christophe David, Paris, Allia, 2000.
  • Histoires burlesques et grotesques, recueil de nouvelles, éd. et trad. Christophe David, Paris, Phébus, 2006.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Kubin. Souvenirs d'un pays à moitié oublié, catalogue de l'exposition éponyme, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, 20 octobre 2007-13 janvier 2008, Paris-Musées, 2007 (contributions de Peter Assmann, Christophe David, Dominique Gagneux, Fabrice Hergott, Annegret Hoberg et Gérard-Georges Lemaire)
  • Hélène Martinelli, « Représenter l'auteur dans le livre auto-illustré au début du XXe siècle : Jean Bruller, Josef Váchal, Bruno Schulz et Alfred Kubin », Comicalités. Études de culture gaphique, septembre 2013.
  • Dossier Alfred Kubin in Europe, n°1021/ mai 2014 (contributions de Christophe David, Josef Winkler, Franz Rottensteiner, Michel Meurger, Andreas Geyer, Hanns Sachs, Lama Anagarika Govinda, Bruno Mantovani, Clemens Brunn, Sigrid Hauff, Ernst Bloch, Annegret Hoberg, Peter Assmann, et Jean-Michel Nicollet).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Peter Assman, « Alfred Kubin, l'« autre côté » de l'art », in : Alfred Kubin. Souvenirs d'un pays à moitié oublié, Paris, Musée d'art moderne de la Ville de Paris, 2007, p. 16
  2. Daniel S. Larangé, L'animal, l'homme et le monstre dans l'univers onirique d'Alfred Kubin: Du bestiaire à la tératologie humaine, Annie Duprat (éd.), Sociétés & Représentations 27/1 (2009), pp. 141-154
  3. Daniel S. Larangé, De la destruction du réel à la réalité de la destruction: érotisme et onirisme dans l´imaginaire d´Alfred Kubin, Petr Sláma (ed.), Communio Viatorum (LII) 2, 2010, p. 178.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :