Die Brücke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Die Brücke (homonymie).
Manifeste du mouvement saxon Brücke, bois gravé d’Ernst Ludwig Kirchner (1906).

Die Brücke (Le Pont) est un groupe d'artistes allemands expressionnistes formé à Dresde le 7 juin 1905.

Les premiers membres, quatre étudiants en architecture issus du Jugendstil, influencés par Hermann Obrist étaient :


Emil Nolde (1867-1956) et Max Pechstein (1881-1955) s'y sont associés en 1906, et Otto Mueller (1874-1930) en 1910. Le fauve Kees van Dongen se rapprocha également du groupe et fut ainsi l'intermédiaire entre le groupe et ses amis français.

Die Brücke fut l'un des deux groupes fondamentaux de peintres expressionnistes allemands, l'autre étant Der Blaue Reiter (Le Cavalier bleu) formé à Munich en 1911.

Le groupe[modifier | modifier le code]

Die Brücke veut détruire les vieilles conventions comme cela est en train de se produire en France. Selon Kirchner il ne faut pas s'imposer de règles. L'inspiration doit couler librement afin de donner l'immédiateté de l'expression selon les émotions et la conscience subjective de l'artiste, encourageant ainsi un dessin rapide, des couleurs vives, pures ou peu mélangées. Le groupe se préoccupe moins des aspects formels, le séparant ainsi du fauvisme de Matisse ou Braque. Pour ces Allemands, le contenu est plus important que la forme. La charge de critique sociale qu'ils ajoutèrent à leurs œuvres leur valurent des attaques de la critique conservatrice qui les accusa d'être un danger pour la jeunesse allemande.

Les membres de Die Brücke s'isolèrent d'eux-mêmes dans un quartier ouvrier de Dresde et développèrent un style basé sur les couleurs vives, violemment opposées, les formes tourmentées, les images violentes et une influence du primitivisme. Le nu, symbole de l'état paradisiaque initial, est leur motif préféré. Mais ils peignent tous les sujets classiques comme les paysages, natures mortes ou portraits, surtout des décors urbains. Ils ont une certaine attirance pour l'art primitif. Les contrastes spectaculaires des blancs et noirs de leurs gravures sur bois, une technique qu'ils remirent au goût du jour, sont particulièrement saisissant, le groupe se dissout, conséquence des divergences claires entre ses membres. Un autre groupe lui succède en 1919, die Dresdner Sezession, avec entre autres le peintre Conrad Felixmüller.

Les peintres[modifier | modifier le code]

Kirchner fut considéré comme le peintre représentant le mieux Die Brücke. Il fut un artiste hypersensible qui retraça les rues et la vie urbaine de Berlin dans des formes nouvelles et originales. Ses formes sèches et aiguës ainsi que ses couleurs acides sont caractéristiques de sa peinture comme dans L'École de danse (1914).

Emil Nolde, bien qu'il quitte le groupe en 1911 est également considéré comme un des plus grands représentants du groupe. Influencé par le belge James Ensor et par Vincent van Gogh, il se sent fortement attiré par le primitivisme noir et le mythe du sauvage. Sa recherche du paradis s'orienta plus vers une concrétion du primordial plutôt que vers des attitudes rêveuses, faisant ainsi de son sentiment tragique de la nature et de son inspiration, de caractère psychologique et instinctive, les éléments qui firent de lui le peintre expressioniste par excellence. Vers 1909, et après une grave maladie, il commence à peindre des tableaux de thèmes religieux dans lesquels il exprime son inspiration mystique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]