Gabriele Münter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gabriele Münter (1877 - 1962) est une peintre allemande du mouvement expressionniste. Elle fut l'une des représentantes majeures de l'avant-garde munichoise au début du XXe siècle en tant que membre du mouvement artistique du Blaue Reiter (mouvement du Cavalier bleu).

Portrait de Gabriele Münter

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et adolescence[modifier | modifier le code]

Gabriele Münter est née à Berlin de parents bourgeois qui ont soutenu sa vocation de peintre avant de mourir prématurément. Elle s'intéressa très tôt à l'art et suivit des cours particulier de dessin avant de fréquenter l'École d'art pour femmes de Düsseldorf à partir de 1897, son sexe lui interdisant d'entrer dans une académie des beaux-arts. Après un voyage de deux ans aux États-Unis, Gabriele déménagea à Munich en 1901, où, ne pouvant toujours pas entrer à l'académie des Beaux-Arts, elle fréquenta une école de peinture pour femmes, tout en se rendant aux cours de peinture de l'école de Vassily Kandinsky, la Phalange.

Vie avant la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1911, le couple fonda le groupe expressionniste d'avant-garde appelé Der Blaue Reiter (Le Cavalier bleu). Elle est son élève pendant un an, avant qu'il ne ferme l'école. Bien qu'il soit déjà marié jusqu'en 1911, Gabriele Münter et Vassily Kandinsky affichent leur liaison et vivent ensemble, ce qui constitue en soi un acte de courage pour une jeune fille du début du XXe siècle. Les deux artistes forment un couple jusqu'en 1917, et entreprennent de nombreux voyages en Tunisie, aux Pays-Bas, en Italie et en France.

Maison Münter à Murnau

Lors de leur premier séjour à Paris en 1906/1907, Gabriele Münter découvre les œuvres de Henri Matisse et du fauvisme. Cette découverte va profondément bouleverser son style de peinture. Elle crée de nombreuses lithographies sur bois ou sur métal, au total un quart de son œuvre totale. À son retour à Munich, elle peint de petites peintures de style impressionniste. En 1909, elle achète une maison à Murnau am Staffelsee. Elle y passe ses étés avec Kandinsky, et y reçoit de nombreux artistes munichois d'avant-garde : Marianne von Werefkin, Alexej von Jawlensky et Adolf Erbslöh. Plus tard, Franz Marc, August Macke et le compositeur Arnold Schönberg séjourneront aussi dans la « maison des Russes ». Gabriele commence à prendre son indépendance artistique, en peignant de manière abstraite des formes aux couleurs lumineuses et pures, qu'elle cerne de traits foncés. Elle participe à la création de la nouvelle fondation des artistes munichois, qu'elle quitte en 1911 avec Vassily Kandinsky, Franz Marc et Alfred Kubin. Ensemble, ils forment le noyau dur du groupe du Blaue Reiter ou Cavalier bleu. C'est lors d'une de leurs expositions communes que Gabriele Münter connaît son premier vrai succès artistique. Pendant la Première Guerre mondiale, Vassily Kandinsky, devenu ennemi de la Patrie, quitte l'Allemagne et retourne en Russie. Gabriele Münter vit quant à elle en Scandinavie de 1915 à 1920, et rencontre Kandinsky une dernière fois à Stockholm avant que celui-ci ne rompe définitivement le contact en 1917. Un an plus tard, Gabriele Münter apprend que celui-ci vient de se marier.

Vie dans l'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

À partir de 1920, Gabriele Münter vit entre Cologne, Munich et Murnau. Les dépressions chroniques dont elle souffre l'éloignent de la peinture. Ce n'est qu'après son emménagement à Berlin en 1925 qu'elle se remet à créer et que voient le jour ses petits portraits de femme au crayon. Sa créativité connaît une nouvelle impulsion lors d'un séjour prolongé à Paris en 1929/1930. En 1931, elle déménage à Murnau avec son deuxième compagnon, l'historien d'art Johannes Eichner. Là-bas, elle peint des natures mortes fleuries, mais aussi de nombreuses études abstraites à la peinture à l'huile.

Vie pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1937, les nazis lui interdisent d'exposer, ce qui l'oblige à se retirer de la vie publique. De même, les œuvres de Vassily Kandinsky et des autres membres du Cavalier Bleu sont qualifiées d'art dégénéré par les nazis. Ce n'est que grâce à Gabriele Münter, qui cacha leurs œuvres dans le sous-sol de la maison de Murnau, que la plupart des œuvres de la période d'avant-guerre, si décisive et productive pour Kandinsky, survécurent.

Vie après-guerre[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, Gabriele Münter est chargée d'une rétrospective sur les œuvres du Cavalier Bleu pour la Maison des Arts de Munich. À partir de 1950, une exposition de ses œuvres complètes est montrée dans de nombreux musées allemands. Pour son quatre-vingtième anniversaire, elle offre à la ville de Munich l'intégralité de sa collection, beaucoup de ses propres œuvres mais aussi plus de quatre-vingt œuvres de Wassily Kandinsky et d'autres membres du Cavalier Bleu, offrant subitement une renommée internationale à la Galerie du Lenbachhaus de Munich. Cette galerie abrite aujourd'hui la plus importante collection des œuvres du groupe du Cavalier Bleu. La « maison des Russes » de Murnau a aujourd'hui été transformée en musée, où des œuvres personnelles de Gabriele Münter et de Wassily Kandinsky sont montrées, comme des meubles ou des murs peints, et une collection d'objets folkloriques. Un prix Gabriele Münter a été créé.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le motif de ses œuvres est celui de la mort de ses parents qui l'ont poussé à être peintre, et la couleur est le noir le plus souvent.

Sources[modifier | modifier le code]

Dans sa version originale, cet article reprenait tout ou partie de la matière contenue dans l'article Gabriele Münter sur la Wikipédia en allemand.

1936 "Olympiastraße bei Murnau", Schlossmuseum Murnau Missing from the pictures

Liens internet[modifier | modifier le code]