La Balme-les-Grottes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balme.
La Balme-les-Grottes
Ruisseau, promenade et lavoir du village
Ruisseau, promenade et lavoir du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Canton de Crémieu
Intercommunalité Communauté de communes de l'Isle-Crémieu
Maire
Mandat
Martine Gabeure
2014-2020
Code postal 38390
Code commune 38026
Démographie
Population
municipale
921 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 12″ N 5° 20′ 13″ E / 45.8533333333, 5.3369444444445° 51′ 12″ Nord 5° 20′ 13″ Est / 45.8533333333, 5.33694444444  
Altitude 210 m (min. : 192 m) (max. : 383 m)
Superficie 14,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Balme-les-Grottes

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
La Balme-les-Grottes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Balme-les-Grottes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Balme-les-Grottes
Liens
Site web www.labalmelesgrottes.com/

La Balme-les-Grottes est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Les habitants sont les Balmolans.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à l'extrême nord de l'Isère, la Balme-les-Grottes est située à 45 km de Lyon ou de Bourg-en-Bresse, et à 98 km de Grenoble.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'homme de Néandertal a laissé des outils de silex et des restes de repas dans la grotte de la Balme au Paléolithique moyen. Vers 15000/13000 av. J.-C., à la fin du Paléolithique supérieur, les chasseurs de Cro-Magnon ont fait de même sous l'abri de la grotte : on a retrouvé des silex et des os de rennes, bouquetins, aurochs et chevaux.

À partir de 4000 env. av. J.-C., les agriculteurs du Néolithique colonisent la région laissant leurs haches polies, leurs silex et leurs vases à la Louvaresse et à Travers. On retrouve aussi dans la grotte des sépultures collectives et des vases de cette époque. Mais c'est surtout à fin de l'âge du bronze (1250-950 av. J.-C.), qu'ils ont laissé de très importants vestiges : de nombreuses tombes avec urnes cinéraires et offrandes animales découvertes dans des anfractuosités et sous des blocs rocheux, dans une grande partie de la grotte. C'est une nécropole souterraine de la civilisation des Champs d'Urnes, maintenant bien connu des spécialistes européens pour sa richesse en vases de céramique par une publication scientifique complète[1].

Une partie du matériel archéologique de toutes les époques est exposé à la Maison du Patrimoine à Hières-sur-Amby où il a été déposé en 1985 par les fouilleurs.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Balme-les-Grottes (La) Blason Taillé ondé :au 1er d’argent au dauphin d’azur, au 2nd de sinople à l’entrée de grotte d’argent chargé d’une église de trois nivaux au naturel, mouvant de la paroi senestre, ajourée aussi d’argent et ouverte sur un chemin en barre cousu d’azur mouvant de la pointe, flanquée à dextre d’un autre chemin en barre au naturel mouvant de la pointe, au chef ondé cousu aussi d’azur ; à la cotice en barre ondée d’azur chargée de six filets ondée d’argent brochant sur la partition.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours M. Didier Chapit    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 921 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
514 558 568 654 644 741 850 892 912
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
869 863 819 759 649 608 588 602 510
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
461 452 446 405 384 345 310 330 408
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
426 393 438 531 588 675 814 921 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte 2 monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques, le château de Salette et les ruines du château d'Amblérieu[4], et 22 lieux et monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[5].

  • Château de Salette : les bâtiments subsistants de l'ancienne chartreuse de Salette, les façades et toitures du château du 19e siècle et l'escalier à l'intérieur, le parc, ses fabriques et les murs de clôture font l'objet d'une inscription partielle par arrêté du 21 juin 1996[6].
À la fin du XIIIe siècle, précisément en octobre 1299, Le dauphin Humbert Ier de Viennois fonde une chartreuse de femmes dont trois bâtiments subsistent. À la Révolution, la chartreuse est vendue et abrite un certain temps une fabrique de faïence. Le château est édifiée vers 1870-1880 et conserve quelques décors de cette époque.
  • Ruines du château d'Amblérieu font l'objet d'une inscription par arrêté du 29 juillet 1977[7]
  • Église romane
  • Lavoir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Entrée des grottes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :