Saint-Hilaire-de-Brens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Hilaire-de-Brens
Image illustrative de l'article Saint-Hilaire-de-Brens
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton de Crémieu
Intercommunalité Communauté de communes Les Balmes Dauphinoises
Maire
Mandat
Laurent Guillet
2014-2020
Code postal 38460
Code commune 38392
Démographie
Population
municipale
520 hab. (2011)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 22″ N 5° 17′ 30″ E / 45.6727777778, 5.29166666667 ()45° 40′ 22″ Nord 5° 17′ 30″ Est / 45.6727777778, 5.29166666667 ()  
Altitude Min. 218 m – Max. 387 m
Superficie 7,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-de-Brens

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-de-Brens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-de-Brens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-de-Brens

Saint Hilaire de Brens est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont des Santaleros (qui se prononce "santalérosse").

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le nom du village fut donné par son prêtre Hilaire.

La contrée située en diverses collines, était autrefois de vastes forêts et marécages, traversés par le Rhône dans les marais actuels. Vers le XIIème siècle se construit le château de Montplaisant. Ses habitants furent logés autour du château dans le quartier du cœur, il existe encore des vestiges de leurs habitations. Le château s'appelait alors la maison forte de Brens, sa chapelle est classée monument historique. Une autre chapelle attenante à l'église actuelle, la chapelle St Benoît, fut construite en 1478-1479 par un tailleur de pierre, Mr Pierre de Joya. En face se bâtit un autre bâtiment dont il reste encore le donjon, le couvent St Benoît.

Sous la Révolution, la commune prend le nom de Mont Belair.⁴

Les habitants de Saint-Hilaire-de-Brens travaillaient la terre, mais à partir de 1857 Fortuné Giraud développa des fours à chaux dans le village. Cette chaux permis de bâtir de nombreuses maisons, trottoirs et ponts à Lyon jusqu'en 1914. Elle fut transportée, au début, par des chevaux et voitures puis par le Chemin de fer de l'Est de Lyon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Hélène Poulain - -
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 520 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
256 333 306 288 362 384 383 436 468
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
490 460 411 397 413 405 454 426 422
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
453 440 450 376 408 383 325 316 301
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
319 300 280 321 392 413 487 495 516
2011 - - - - - - - -
520 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église
  • Château de Montplaisant, remaniée aux XIVe, XVe et XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

⁴ Archives départementales de l'Isère : Cote : 9NUM1/AC392/1 Saint-Hilaire-de-Brens. naissances,mariages,décès. Coll. communale 1793-An X

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011