L'Être et le Néant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Être et le Néant
Auteur Jean-Paul Sartre
Genre Essai philosophique
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Gallimard
Collection Bibliothèque des idées
Date de parution 1943
Nombre de pages 722
Chronologie
Précédent L'Imaginaire L'existentialisme est un humanisme Suivant

L'Être et le Néant est un essai d'ontologie phénoménologique de Jean-Paul Sartre publié en 1943. Le principal objectif de Sartre est d'affirmer que l'existence individuelle précède l'essence individuelle. Sa principale préoccupation en écrivant ce livre était de démontrer que le libre arbitre existe.

Importance[modifier | modifier le code]

L'importance du libre choix, conséquence de l'existentialisme athée, et cause de la responsabilité (« l'existence précède l'essence »).

Sartre fait la distinction entre l'« être pour soi » (l'homme conscient de son existence et de sa liberté), et l'« être en soi » (les animaux, la nature, les objets non conscients d'eux-mêmes) et l'« être pour autrui » (l'homme conscient qui se définit par rapport aux autres). Il appelle « mauvaise foi » l'attitude de celui qui se cache sa liberté. C'est un retour historique, et une prise de position, vers l'homme à la fois libre et maître de lui-même, qui se définit à travers le spectre de cette triplicité dans laquelle il fonde un principe de monde sur une ontologie qui se développe à partir d'une position première du « pour soi » comme liberté absolue à travers laquelle il appuie sa phénoménologie de l'être. C'est à l'intérieur de cette idée que s'inscrit toute la puissance et l'originalité de son texte, c'est-à-dire « l'homme est condamné à être libre » à choisir sans raison et avant toute raison et il conclut que « la vie est la passion inutile ».

Titre[modifier | modifier le code]

Le titre provient du monologue de Hamlet de Shakespeare, "to be or not to be", dans la traduction "non servile" de Voltaire (Lettres philosophiques, Lettre 18) :
« Demeure, il faut choisir
Et passer à l'instant
De la vie à la mort
Et de l'être au néant. »

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Une suite était promise, en l'espèce une Morale existentialiste, qui n'a jamais été écrite, si ce n'est par Simone de Beauvoir avec Pour une morale de l'ambiguïté, ou dans les Cahiers pour une morale, publiés après la mort de Sartre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]