Jean-Noël d’Estrehan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Noël
d'Estrehan de Tours

alt=Description de l'image Jean Noel Destrehan.jpg.
Naissance 12 décembre 1759
La Nouvelle-Orléans
Décès 9 octobre 1823 (à 63 ans)
Destréhan
Nationalité Française, américaine
Pays de résidence Nouvelle-France
Profession
Planteur, politicien, premier sénateur de Louisiane
Ascendants
Jean Baptiste Destrehan (ca 1672-1765),
Jeanne Catherine de Gauvrit (1729-1773)
Conjoint
Marie Claude Céleste Eléonore Robin de Logny (1770-1824)
Descendants
Antoinette Céleste (1787-1811),
Etienne,
Justine Marie Eléonore (1791-1815),
Nicolas Noël Théodule (1793-1848),
Marie Elisabeth Isabelle Eulalie (1795-1821),
Boniface (1798),
Eléonore Zélia (1800-1830),
Louise Odile (1802-1877),
René,
Léonie,
Nicolas Guy Noël,
Amélie,
René Noël Benjamin (1807-1836),
Marie Céleste (1808-1886
Famille
D'Estrehan de Tours

Jean Noël d'Estrehan de Tours ou Jean Noël Destréhan né le 12 décembre 1759 à La Nouvelle-Orléans et mort le 9 octobre 1823 à la paroisse de Saint Charles, Destréhan, est un homme politique créole de Louisiane et planteur, propriétaire de la plantation Destrehan

Biographie[modifier | modifier le code]

Éduqué en France, il était le troisième fils du trésorier général et contrôleur de la Louisiane, Jean-Baptiste Destrehan Honoré de Beaupré (1672-1765), et de Jeanne Catherine de Gauvrit (1729-1773). En 1771, il retourna en Louisiane avec son frère aîné Jean-Baptiste Honoré d'Estrehan de Beaupré (1749-1776), qui mourut peu après qu'ils eurent acheté une vaste plantation dans la paroisse Saint-Charles des Allemands[1].

Il épousa dix ans plus tard, en 1786, Marie Claude Céleste Eléonore Robin de Logny (1770-1824), fille de Robert Antoine Robine de Logny et Jeanne Dreux, qui lui donna 14 enfants, dont 9 survécurent. Le 16 décembre 1792, il acheta à son beau-père la plantation Destrehan, l'une des plus célèbres plantations de Louisiane, que sa veuve revendit en 1824 à son gendre Stephen Henderson (1775-1838), un homme d'affaire écossais haut en couleur ayant épousé sa fille Eléonore Zélia (1800-1830)[2].

La plantation Destrehan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : plantation Destrehan.

Avec l'aide de son beau-frère, Étienne de Boré, premier maire de La Nouvelle-Orléans en 1804, il perfectionna la technique de granulation du sucre et devint un des planteurs les plus riches du futur État de Louisiane, créé en 1812, dont il devint l'un des deux premiers sénateurs cette année-là. À son apogée, la plantation Destrehan utilisait les services de plus de 200 esclaves, qui dormaient dans des cabanes de bois à l'écart de l'habitation principale. Les grands chênes de la propriété ont entre 175 et 200 ans.

En 1804, il fut l'un des trois grands planteurs créoles à protester contre les nouvelles dispositions américaines réglementant l'esclavage. En janvier 1811, c'est sur sa plantation qu'un conseil de cinq juges rend les sentences contre les meneurs de la Révolte de La Nouvelle-Orléans.

La transition politique de la Louisiane[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Territoire d'Orléans.

Représentant élu puis président du Territoire d'Orléans en 1806 et 1811. Bien qu'opposé à la création de l'état de Louisiane, il fut un délégué au conseil constitutionnel d'Andrew Jackson, et le 30 avril 1812, le territoire d'Orléans devint le 18e État de l'Union sous le nom de Louisiane. Élu comme premier sénateur de Louisiane à Washington en 1812, il préféra siéger au sénat de Louisiane de 1812 à 1817, pendant la guerre anglo-américaine de 1812 qui voit une alliance entre Andrew Jackson, le corsaire Jean Lafitte et les plus grands planteurs créoles de Louisiane, tels que Hippolyte Chrétien et lui-même.

La révolte des esclaves de la côte des allemands[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolte de La Nouvelle-Orléans.

Face à la grande révolte d'esclaves de la "Côte des Allemands" du 8 au 10 janvier 1811, notamment dans sa propre plantation, il réagit avec une extrême sévérité. Lorsque l'insurrection fut matée, et le meneur Charles Deslondes exécuté sans procès, un tribunal condamna pour l'exemple 18 esclaves à mort et leurs tetes furent empalées sur la digue pour intimider les esclaves. Il utilisa par la suite une méthode nouvelle de travail des esclaves dans ses plantations. Il désigna des esclaves créoles pour diriger et commander d'autres esclaves. De plus, pendant la saison morte lorsque la récolte de sucre nécessité peu de travail, les esclaves pouvaient s'occuper de leurs propres affaires et petits commerces. En 1823, il meurt dans sa plantation. La ville de Destréhan est nommée en son honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.raymondjohnson.net/genealogy/showmedia.php?mediaID=557&medialinkID=1048
  2. http://www.raymondjohnson.net/genealogy/showmedia.php?mediaID=733&medialinkID=1628

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) The Saint-Domingue Refugees in Louisiana, 1792-1804 par Gabriel Debien et René Le Gardeur.
  • (en) John Lawrence, Destrehan: the man, the house, the legacy. River Road Historical Society, 2009.
  • (en) Hazel Taylor, A Concise History of Destrehan Plantation. Destrehan Plantation, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]