Jean Picard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Picard (homonymie).
L'une des deux pyramides marquant les extrémités de la base géodésique de Jean Picard à Juvisy-sur-Orge. L'autre est à Villejuif

Jean-Felix Picard, dit l'abbé Picard, né le 21 juillet 1620 à La Flèche et mort le 12 juillet 1682 à Paris, est un astronome et un géodésien français.

Il fut le premier à calculer le rayon de la Terre de façon précise.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1655, il est nommé professeur d'astronomie au Collège royal. Il est un des 21 premiers membres de l'Académie royale des Sciences lors de sa fondation à Paris en 1666.

En 1667-1668, il travaille avec Adrien Auzout. Il est l’inventeur de la lunette à visée qui permit de réaliser des nivellements avec précision de l’ordre d’1 cm par km.

En 1669-1670, l'Académie le charge de la mesure de l'arc de méridien entre Paris et Amiens. Ses mesures par triangulation l'ont conduit à un résultat de 111 à 112 km pour un degré de latitude, ce qui donne un rayon terrestre de 6 372 km, le rayon actuellement mesuré étant de 6 371 km.

En 1671, Picard part au Danemark faire le relèvement de l'observatoire de Tycho Brahe, sur l'île de Hven. Il invite l'astronome Rømer à l'accompagner lors de son retour à Paris.

Eaux de Versailles[modifier | modifier le code]

Spécialiste des relevés de nivellement, Colbert fait appel à lui car il a des doutes sur le projet d'un canal de la Loire à Versailles[1]. Ce projet proposé à Louis XIV par Riquet, le concepteur du canal du Midi, visait à alimenter les fontaines et bassins du parc du château de Versailles, des « Grandes eaux » très consommatrices. Picard démontrera que la prise d'eau envisagée sur la Loire est plus basse que le domaine de Versailles[1] et donc l'infaisabilité du projet.

Article détaillé : Canal de la Loire à Versailles.

Mais soucieux de trouver une solution au problème, en prospectant les environs de Versailles, il constate que les mares situées sur le plateau de Trappes et de Bois d'Arcy, au sud ouest de Versailles, sont plus hautes que les réservoirs de Versailles[1]. Il fait barrer les deux gorges qui laissent écouler leurs eaux vers la vallée de la Bièvre et aménage ainsi les étangs de Trappes Saint-Quentin, de Bois d'Arcy et de Bois Robert. Deux rigoles assurent l'écoulement des eaux de pluie vers Versailles. Un aqueduc souterrain amène les eaux de l'étang de Saint-Quentin aux réservoirs Gobert via le moulin de Launay, d'une part, et d'autre part, au bassin des Suisses, via les moulins et réservoir de Satory. Cet aqueduc présente une pente de 2,93 m. sur 11 km de longueur totale, soit moins de 0,3 mm/m, il s'agit d'un travail remarquable pour l'époque.

Jean Picard a laissé un Traité du nivellement, publié à titre posthume par Philippe de La Hire.

Hommages[modifier | modifier le code]

En 1740, l'Académie des sciences, dont il était devenu l'un des premiers membres en 1666, fit élever deux pyramides en bordure de la route de Paris à Juvisy-sur-Orge et à Villejuif en mémoire des travaux de Picard, ces deux points ayant servi de base à la triangulation utilisée pour sa mesure de la Terre.

Un cratère sur la Lune porte son nom.

Mesures du diamètre solaire[modifier | modifier le code]

Jean Picard effectua des mesures du diamètre solaire. Le satellite français d'observation du Soleil, Picard, est ainsi nommé en son honneur. Ses mesures, effectuées pendant le minimum de Maunder, sont encore utilisées pour évaluer l'influence de la constante solaire sur le réchauffement climatique.

Les instruments de Picard[modifier | modifier le code]

Picard conçoit lui-même ses instruments de mesure et il est le premier à utiliser une lunette munie d'un réticule.

Planches de l'Encyclopédie méthodique :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Philippe Testard-Vaillant, « Des grands travaux en cascade », Les Cahiers de Science & Vie, no hors-série Les Sciences au château de Versailles,‎ octobre 2010, p. 64-71

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Mesure de la terre de Jean Picard (1671) ouvrage disponible sur le site du Google Livres
  • Connaissance des Temps
  • Voyage à Uraniborg
  • Le Traité du nivellement de Jean Picard (1684) ouvrage disponible sur le site du Google Livres

Études[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Jean Picard et les débuts de l'astronomie de précision au XVIIe siècle, CNRS, 1999.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]