Observatoire de Nice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 43′ 33″ N 7° 18′ 03″ E / 43.72583, 7.30083 ()

Observatoire de Nice

Description de cette image, également commentée ci-après

Coupole Bischoffsheim

Caractéristiques
Organisation Observatoire de la Côte d'Azur
Lieu Mont Gros, Nice, Alpes-Maritimes, France
Coordonnées 43° 43′ 33″ N 7° 18′ 03″ E / 43.72583, 7.30083 ()
Altitude 372 m
Climat Méditerranéen
Création 1878
Site http://www.oca.eu/
Télescopes
lunette astronomique de 76 cm

L'Observatoire de Nice est situé à Nice, au sommet du mont Gros, à 370 mètres d'altitude et au cœur d'une forêt de trente-cinq hectares. Le coût de sa construction fut entièrement pris en charge par le banquier et philanthrope Raphaël-Louis Bischoffsheim. L'architecte Charles Garnier conçut les 15 bâtiments d'origine. Il réalisa la base de la grande coupole, l'ingénieur Gustave Eiffel réalisa la coupole abritant la lunette principale. L'Observatoire est actuellement dirigé par Farrokh Vakili.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de l'Observatoire de Nice

Les premières études pour la construction de l'observatoire commencèrent en 1878. Le banquier Raphaël Bischoffsheim, passionné de sciences et d'astronomie, avait acheté le sommet du Mont-Gros pour y installer un observatoire. Il fit appel à son ami Charles Garnier pour mener à bien le projet architectural, et celui-ci, se souvenant de sa formation de botaniste, aménagea un magnifique environnement paysager. Le site comprend 18 pavillons dont 13 portent la signature de Charles Garnier ; parmi ces bâtiments, on compte le grand équatorial, le petit équatorial abritant un instrument équatorial de 50 cm de diamètre qui a permis à l'astronome Auguste Charlois de découvrir cent-quarante petites planètes, l'équatorial coudé, la grande méridienne avec ses deux toits à pente mobile et à ouverture zénithale, et le pavillon central abritant une bibliothèque et les bureaux des chercheurs ; l'ensemble de ces bâtiments est implanté au milieu des sentiers botaniques du jardin et d'une oliveraie de deux cent cinquante arbres achetés par Charles Garnier.

En 1986, l'observatoire de Nice a fusionné avec le Centre de recherches en géodynamique et astrométrie (CERGA) pour former l'observatoire des Alpes-Maritimes, devenu en 1988 l'observatoire de la Côte d'Azur.

Le 6 juillet 1992 il est partiellement classé au titre de Monument historique (France), et le 24 octobre 1994, les bâtiments le sont en totalité, y compris les différentes lunettes. L'observatoire obtient par là même le label « Patrimoine XXe siècle » le 1er mars 2001[1].

Directeurs et personnalités[modifier | modifier le code]

L'Observatoire est dirigé par :

  • Henri Perrotin de 1881 à 1904 (à sa mort)
  • Léon Bassot de 1904 à 1917
  • Gaston Fayet de 1917 à 1962 (démission)
  • Philippe Delache de 1989 à 1994
  • José Pacheco de 1994 à 1999
  • Jacques Colin de 1999 à 2009
  • Farrokh Vakili de 2009 à ce jour

Sont également associées à son nom les personnalités suivantes :

Architecture[modifier | modifier le code]

Le bâtiment du Grand Équatorial avec sa Grande Coupole, réalisé en pierre de taille de La Turbie, est formé d'une base carrée dont les quatre façades, parfaitement symétriques, sont identiques et animées par la présence de quatre colonnes ioniques. La base du bâtiment est une pyramide à plan coupé rappelant la forme d'un mastaba égyptien. Au-dessus de cette base se trouve le mur circulaire qui supporte la coupole.

Celle-ci a un diamètre intérieur de 22,4 mètres et extérieur de 23,90 mètres, et elle pèse près de 100 tonnes. La particularité est qu'elle repose sur un flotteur annulaire (de l'eau additionnée de chlorure de magnésium qui forment une solution incongelable). Charles Garnier modifia le projet pour permettre un système parallèle de rotation de la coupole, grâce à des galets roulant sur des rails. À l'origine le déplacement de la coupole avait lieu grâce à un simple treuil manuel, jusqu'à ce qu'en 1888 un moteur électrique soit installé. Depuis la restauration du bâtiment en 1969, la coupole se déplace sur un chemin de roulement.

Principal instrument[modifier | modifier le code]

Grande lunette de l'Observatoire de Nice

L'instrument principal de l'observatoire de Nice est la lunette astronomique équipant le Grand Équatorial, longue de 18 mètres, avec une lentille de 76 cm de diamètre. Elle fut pour la première fois opérationnelle en 1888 et était, à l'époque, la plus grande lunette du monde. Elle fut détrônée par la lunette de l'observatoire Lick, disposant d'une lentille d'un diamètre de 91 centimètres.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

L'Observatoire de Nice a été utilisé comme décor dans plusieurs films, dont Simon Sez : Sauvetage explosif en 1999 et le film de Woody Allen Magic in the Moonlight qui sort en 2014[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Fulconis, Raphael Bischoffsheim, l'homme qui a offert à la France le plus grand observatoire du Monde, Éditions Regards du Monde, 2003
  • Jean-Lucien Bonillo, Les Riviera de Charles Garnier et Gustave Eiffel, Le rêve de la raison, Édition Imbernon, 2004 (ISBN : 9782951639614)
  • Raymond Michard, Le premier siècle de l'Observatoire de Nice, p. 33-35, Nice-Historique, année 1989, no 181 Texte

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]