Félix Trombe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Félix Trombe

Naissance 19 mars 1906
Nogent sur Marne (France)
Décès 1985 (à 79 ans)
Ganties (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Scientifique, Inventeur
Autres activités

Félix Trombe (19 mars 1906, Nogent-sur-Marne - 1985 Ganties, en Haute-Garonne) est un chimiste, physicien et spéléologue français. Il est l'un des pionniers de l'énergie solaire en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Félix Trombe passe son enfance à Ganties, petit village de la Haute-Garonne. Il est le fils de Louis Trombe et d'Odette Rogale ; Son père est directeur des thermes de Ganties et aussi maire de ce village jusqu'en 1944.

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il obtient le diplôme d'ingénieur-chimiste en 1928 à l'institut de chimie de Paris, sans avoir obtenu le baccalauréat. Pendant sa thèse en 1930, il étudie les propriétés des métaux de la série chimique des lanthanides.

Il dirige ensuite pendant 24 ans (1945-1969) le laboratoire Georges Urbain consacré à l'étude de ces métaux au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

L'énergie solaire[modifier | modifier le code]

Il est plus connu pour ses travaux sur les très hautes températures liées à l'énergie solaire.

Félix Trombe dirige en 1949 la création, à Mont-Louis, Pyrénées-Orientales, d'un prototype de four solaire d'une puissance de 50 kW, le four solaire de Mont-Louis puis du grand four de 1 000 kW d'Odeillo à Font-Romeu.

Le grand four solaire de 1 MW d'Odeillo

Dans le cadre des économies d'énergie ou de l'aide aux pays en voie de développement, Félix Trombe étudie d'autres formes d'exploitation de l'énergie solaire passive. Il crée avec l'architecte Jacques Michel le Mur Trombe. Ce mur est composé d'un bloc de béton qui accumule le rayonnement solaire du jour et le restitue pendant la nuit.

Même après sa retraite en 1976, il assure aide et conseils à tous les pays intéressés par l'exploitation de l'énergie solaire

L'Œuvre scientifique de Félix Trombe a fait l'objet d'environ 300 publications et de nombreux contrats et brevets. En outre, Félix Trombe organisa plusieurs colloques internationaux.

Exploitation des eaux thermales de Ganties[modifier | modifier le code]

De 1968 à 1971, Félix Trombe entreprend de grands travaux sur le captage en profondeur de la source thermale dont il est propriétaire, afin d'assurer une qualité optimale à cette eau minérale. Ces travaux seront contrôlés par le service des Mines de Toulouse[1].

Action dans le cadre de la spéléologie[modifier | modifier le code]

En 1934, Félix Trombe explore le Comminges souterrain.

En 1945, il fait partie de la commission de spéléologie dépendant du Centre national de la recherche scientifique (C.N.R.S.) et d'une autre commission du Comité National Français de Géodésie et de Géophysique. Il soutient Jeannel en 1948 lors de la création du Comité National de Spéléologie qui deviendra la Fédération française de spéléologie. Il fait également partie de ceux qui travaillent à la création, en 1948, du laboratoire souterrain de Moulis[2], unité du CNRS chargée d'étudier la faune cavernicole.

Du 6 au 12 août 1947, il participe aux explorations de la rivière souterraine de Padirac avec Guy de Lavaur et son fils Géraud, Jean Lesur et Louis Conduché. Trombe équipe la vire de Joly, puis ils atteignent le Grand Chaos. Trombe analyse par la suite l'eau colorée aux résurgences de la rivière et prouve le lien entre Padirac et les résergences sous Montvalent.

En 1947, il dirige les opérations d'exploration du gouffre de la Henne Morte (Réseau Félix Trombe) avec le soutien de militaires qui installent un câble électrique. Le 31 août, Norbert Casteret et Loubens réussissent à atteindre le fond du puits. Le record de France de profondeur est atteint : -446 mètres.

On donne son nom au réseau Félix Trombe qui est l'un des plus grands complexes souterrains en France avec trente-trois gouffres reliés entre eux sur une dénivellation totale de -1018 mètres.

Du 20 juillet au 10 août 1948, il explore à nouveau la rivière souterraine de Padirac avec l'aide de parachutistes pour acheminer 700 kg de plancher bouveté qui passait pour être indispensable au montage des tentes. Ces planchers, ralentirent lourdement l'expédition. L'année suivante, Robert de Joly démontrera en dormant tout habillé sur son canot retourné, qu'il n'y a même pas besoin de tente chauffée avec des bougies et encore moins de planches. Madame Trombe et Mademoiselle Charlotte Henry de la Blanchetais feront des mesures d'ionisation et de CO2. Trombe équipe le Grand Chaos amont et aval et pousse une pointe de 1000 m dans une galerie très belle avec de nombreux gours le plus souvent vides d'eau, de très belles concrétions et peu de difficultés, en compagnie de Clamagirand, du lieutenant de Courville et de Cioni: "arrêt sur rien".

En 1949, il participe à nouveau à une exploration au gouffre de Padirac sous la direction de Robert de Joly avec Guy de Lavaur, Jacques Ertaud, Jean Deudon, le docteur Clamagirand, Jonquières et Bernard Pierre. Ils atteignent la confluence avec l'affluent de Joly' et s'arrêtent en haut de la Cascade de l'Avenir'.

Félix Trombe a été pendant 6 ans Président du Spéléo-Club de Paris.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages spéléologiques[modifier | modifier le code]

  • Le mystère de la Henne Morte par Félix Trombe, Collection Voyages et Aventures, Paris, Susse, 127p ISBN 2-7348-0743-2 EAN 9782734807438
  • Traité de Spéléologie par Félix Trombe, Paris, Payot, 376 p., 1948
  • Que sais-je ? n° 455 : les eaux souterraines par Félix Trombe, Presses Universitaires de France (1969) ISBN B0000DR24K

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Célébrités, personnalités marquantes et personnes pittoresques du canton d'Aspet de Jules Dupin de Pujos. Préface de Norbert Casteret Imprimerie Saint Joseph Tarbes le 10/01/1974
  2. (fr) « Historique de la Station d'écologie expérimentale du CNRS à Moulis », sur le site du CNRS (consulté le 2 mai 2014)
  • http://www.outilssolaires.com/Glossaire/pop-Trombe.htm
  • Padirac 99, état des connaissances sur le réseau de Padirac au 31 décembre 1999 par Jean Lesur
  • Il était une fois Padirac par Jean Lesur, extrait de Padirac 1989 - Rapport d'expédition - Comité Départemental de Spéléologie du Lot.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]