Gabriel Auguste Daubrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gabriel Auguste Daubrée

Description de cette image, également commentée ci-après

Gabriel Auguste Daubrée

Nom de naissance Gabriel Auguste Daubrée
Naissance
Metz
Décès (à 81 ans)
Paris 7e
Nationalité française
Pays de résidence France
Profession Géologue
Autres activités

Compléments

  • Membre de l'Académie des sciences dans la section de minéralogie
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Dobrée.

Gabriel Auguste Daubrée, né le à Metz et mort le dans le 7e arrondissement de Paris est un géologue français.

Il étudie à l'École polytechnique (Promotion X 1832). À vingt ans, il obtient son diplôme d'ingénieur.

Activités géologiques[modifier | modifier le code]

En 1838, il est engagé pour diriger les mines du Bas-Rhin en Alsace, puis comme professeur de minéralogie et de géologie à la faculté des sciences de Strasbourg. En 1859, il devient ingénieur en chef des mines et en 1861 professeur de géologie au Muséum national d'histoire naturelle ainsi que membre de l'Académie des sciences pour la section minéralogie[1]. L'année suivante, il est nommé professeur de minéralogie à l'École des mines de Paris, dont il devient directeur en 1872.

Ses premières publications datent de 1841, alors que l'origine de certains minerais d'étain attire son attention. Il travaille ensuite sur la formation de minerais de fer et sur les détails de la géologie du Bas-Rhin en 1852. De 1857 à 1861, il effectue une série d'observations intéressantes sur les eaux thermales et leur influence sur la maçonnerie romaine à travers laquelle elles creusent leur chemin.

Il est surtout connu pour ses expériences nombreuses et souvent dangereuses sur la production artificielle de minéraux et de roches. Il contribue aussi à l'étude de la perméabilité des roches et l'effet des infiltrations dans la production de phénomènes volcaniques, du métamorphisme, des déformations de la croûte terrestre, des tremblements de terre ainsi que de la composition et classification des météorites.

Il s'est aussi beaucoup intéressé à l'énigme des murs ou forts vitrifiés.

Activités spéléologiques[modifier | modifier le code]

Les conceptions de Daubrée sous-tendent l'esquisse spéléogénétique de Édouard-Alfred Martel, selon le témoignage de ce dernier.

En 1892, Daubrée présente à la Société agricole de France une note de Martel sur Une cause de contamination des sources en terrains calcaires.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1880, la Geological Society of London lui décerne la médaille Wollaston. Il est fait membre étranger de la Royal Society en 1881.

Il est Grand officier de la Légion d'honneur.

Hommage[modifier | modifier le code]

En 1973, l'union astronomique internationale a donné le nom de Daubrée à un cratère lunaire.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Description géologique et minéralogique du département du Bas-Rhin, Strasbourg, E. Simon,‎ 1852 (lire en ligne)
  • Les eaux souterraines aux époques anciennes : rôle qui leur revient dans l'origine et les modifications de la substance de l'écorce terrestre, Paris, Veuve C. Dunod,‎ 1887 (lire en ligne)
  • Les eaux souterraines à l'époque actuelle : leur régime, leur température, leur composition, au point de vue du rôle qui leur revient dans l'économie de l'écorce terrestre. Tome 1, Paris, Veuve C. Dunod,‎ 1887 (lire en ligne)
  • Les eaux souterraines à l'époque actuelle : leur régime, leur température, leur composition, au point de vue du rôle qui leur revient dans l'économie de l'écorce terrestre. Tome 2, Paris, Veuve C. Dunod,‎ 1887 (lire en ligne)

Sources et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]