Font-Romeu-Odeillo-Via

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Font (homonymie).
Font-Romeu-Odeillo-Via
Vue générale de Font-Romeu
Vue générale de Font-Romeu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Saillagouse
Intercommunalité Communauté de communes Capcir Haut-Conflent
Maire
Mandat
Jean-Louis Demelin
2014-2020
Code postal 66120
Code commune 66124
Démographie
Gentilé Romeufontains
Population
municipale
1 839 hab. (2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 29′ 54″ N 2° 02′ 05″ E / 42.4983, 2.0347 ()42° 29′ 54″ Nord 2° 02′ 05″ Est / 42.4983, 2.0347 ()  
Altitude Min. 1 312 m – Max. 2 213 m
Superficie 29,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Font-Romeu-Odeillo-Via

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Font-Romeu-Odeillo-Via

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Font-Romeu-Odeillo-Via

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Font-Romeu-Odeillo-Via
Liens
Site web www.font-romeu.fr

Font-Romeu-Odeillo-Via est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Romeufontains et Romeufontaines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'ouest du département des Pyrénées-Orientales, au cœur des Pyrénées catalanes, en Cerdagne, entre Mont-Louis et Bourg-Madame.

Font-Romeu (mairie) est à 4 km au nord de Saillagouse, le chef-lieu de son canton, et 74 km à l'ouest de Perpignan, la préfecture. Elle est aussi à 7 km à l'ouest de Mont-Louis, 10 km au nord-est de Bourg-Madame et de Puigcerdà, 35 km à l'ouest de Prades sa sous-préfecture, 41 km à l'est d'Andorre-la-Vieille, 124 km au nord de Barcelone, 132 km au sud-est de Toulouse[1].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'agglomération romeufontaine est composée de trois villages. Du sud au nord, donc du plus bas au plus haut en altitude, on trouve :

  • Via, qui regroupe surtout des fermes
  • Odeillo, où est située la mairie
  • Font-Romeu, construit à partir de 1900 avec le Grand Hôtel

Plus à l'est de Font-Romeu, on trouve l'Ermitage, lieu de pèlerinage et origine de Font-Romeu.

En montant vers le nord, on trouve le lycée climatique et sportif, puis les Airelles avec la station de ski de Font-Romeu.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Font-Romeu-Odeillo-Via[2]
Targassonne Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes Bolquère
Égat Font-Romeu-Odeillo-Via[2]
Estavar Saillagouse Eyne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géologie des Pyrénées.

Le sol de la commune est composé principalement de granit (avec gneiss et diorite), qui occupe la zone axiale du massif pyrénéen. La partie méridionale de la commune, au sud de Via, est toutefois composée de schistes, qui occupe la bordure sud de cette zone axiale et de la Cerdagne[3],[4],[5].

La commune occupe un versant sud dominant la plaine cerdane qui s'étend vers l'ouest.

Les altitudes s'échelonnent entre 1 312 et 2 212 mètres[6]. Le point le plus bas est au sud-ouest dans le ravin de l'Angust[Note 1], au pied d'Odeillo et Via et à la limite de la commune d'Estavar, et le point culminant est au nord, au Roc de la Calme. Le centre de Font-Romeu est à une altitude de 1 750 m, Odeillo à 1 600 m et Via 1 500 m environ[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Toute la commune est sur le bassin versant de l'Èbre, par l'intermédiaire de son principal affluent le Sègre qui traverse d'est en ouest la Cerdagne.

La commune n'est traversée par aucun cours d'eau important. Le ruisseau d'Angoustrine qui descend du Pla de Bones Hores (commune d'Angoustrine-Villeneuve-des-Escaldes) arrose sa bordure septentrionale, et le ruisseau d'Eyne, qui prend le nom d'Angust avant d'atteindre Estavar car il s'enfonce dans un profond ravin, en traverse le sud d'est en ouest. Ces deux ruisseaux sont des affluents indirects du Sègre.

La commune est aussi sillonnée de nombreux ruisseaux secondaires qui descendent vers le sud. D'ouest en est, on trouve successivement le Rec de Ribals qui descend du plateau de la Calme, le Rec dels Clots, le Rec de la Collada qui devient le Rec d'Égat, le Rec dels Claus qui traverse le golf et qui devient le Rec de les Canaletes qui passe près du four solaire, le Rec de Via qui relie Font-Romeu, Odeillo et Via, et plus à l'est le Rec de Ricaut (ou ruisseau de l'Ermitage qui passe aussi au lycée climatique) et le Rec de les Carboneres[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Font-Romeu possède un climat montagnard relativement sec. Les étés sont souvent chauds (avec parfois des orages violents principalement en août) avec des températures allant de 10 à 32 degrés celsius. Les automnes et printemps sont plus humides. Les hivers quant à eux peuvent être glaciaux avec des températures allant de -10 à 10 degrés. La neige y tombe 13 jours en moyenne chaque année[réf. nécessaire].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée d'Odeillo

La commune est traversée d'est en ouest par la D.618 entre Mont-Louis, où elle rejoint la route nationale 116 vers Prades et Perpignan, et Ur où elle rejoint la route nationale 20 vers Foix et Toulouse.

La N.116 entre Mont-Louis et Bourg-Madame traverse l'extrémité sud-est de la commune.

La D.29 relie la N.116 à Odeillo, et la D.10 relie Odeillo à Bolquère en direction du col de la Perche.

Au nord de la commune, la D.10f dessert la station de ski depuis le rond-point du calvaire, et va jusqu'au col del Pam où elle se termine; une bifurcation va des Airelles au parking de la Calme[2].

Transports[modifier | modifier le code]

Le petit Train jaune, entre Villefranche-de-Conflent et Latour-de-Carol, dessert la commune qui possède une gare située entre Odeillo et Via.

Le « bus à 1 euro », qui passe à Font-Romeu (arrêts à la poste et devant l'office du tourisme), effectue aussi plusieurs rotations quotidiennes entre Latour-de-Carol et Perpignan[7].

À l'intérieur de la commune, un système de navette mini-bus existe entre Via et Font-Romeu, desservant la gare d'Odeillo-Via. En saison (été ou hiver), un télécabine relie aussi le centre-ville de Font-Romeu avec la station de ski aux Airelles.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Font-romeu, Odelló i Vià[8].

Les paroisses d'Odello et de Via sont citées dès 839 : parrochia Hodellone et parrochia Avizano[9].

Font-Romeu a pour signification « la fontaine du pèlerin »[9].

Lors du rattachement de Via à Odeillo en 1822, la commune conserve le nom d'Odeillo. Celui-ci devient Odeillo-Via en 1900, puis Font-Romeu-Odeillo-Via en 1957[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les paroisses d'Odeillo et de Via sont mentionnées en 839 comme payant toutes deux un cens à l'église d'Urgell. Toutefois, le territoire d'Odeillo dépend alors du comte de Cerdagne tandis que Via dépend de la famille d'Urg[9].

Le 15 juillet 1035, le comte Guifred II fait don de la seigneurie d'Odeillo au monastère de Saint-Martin du Canigou, avant de s'y retirer comme simple moine peu de temps avant sa mort. L'abbaye de Saint-Michel de Cuxa y possédait également quelques alleus, reconnus par la bulle du pape Serge IV en 1011[9].

La seigneurie de Via est la propriété de la famille d'Urg jusqu'au XIIIe siècle. Elle est ensuite achetée, avec le château, par Pierre Ier de Fenouillet, vicomte de Fenouillet (de 1264 à 1314) puis vicomte d'Ille (de 1314 à 1315)[9].

Font-Romeu est initialement un lieu situé sur le territoire d'Odeillo. Une chapelle y est attestée dès 1525. Une statue de Vierge assise à l'Enfant du XIIIe siècle y est vénérée et un ermitage y fut construit à partir de 1693 pour accueillir les pèlerins[9].

Le 10 juillet 1822, la commune de Via est supprimée et rattachée à celle d'Odeillo[11].

La vocation touristique et sanitaire de la commune commence au début des années 1900. Les premiers équipements touristiques  : chalets, hôtels, sanatorium se construisent (le Balcon de Cerdagne est inauguré en 1924). Les remontées mécaniques apparaissent en 1937[12].

En 1953 le village s'est déjà étendu : il est long de 1400 m et large de 500 m.[réf. nécessaire]

Le four solaire d'Odeillo, construit en 1962[13] s'est implanté près du village d'Odeillo. Le site olympique est inauguré en 1967, à un kilomètre au nord du centre du village, et devient le Centre national d'entraînement en altitude[14].

En 1980, Font-Romeu commence à atteindre Odeillo. Le village est long de 1600 m et large de 700 m.[réf. nécessaire]

Le village continue de s'étendre : en 2009, Font-Romeu et Odeillo forment une seule agglomération cohérente, la commune étant très peu affectée par le mitage pavillonnaire et le parcellaire agricole conservant sa structure.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville, à Odeillo

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats des scrutins français depuis 2000.
Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
2002 82,21 % Jacques Chirac RPR 17,79 % Jean-Marie Le Pen FN 79,71 % [15]
2007 56,31 % Nicolas Sarkozy UMP 43,69 % Ségolène Royal PS 86,51 % [16]
2012 45,86 % François Hollande PS 54,14 % Nicolas Sarkozy UMP 82,34 % [17]
Élections législatives, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
2002 62,84 % François Calvet UMP 37,16 % Christian Bourquin Socialiste 59,88 % [18]
2007 61,60 % François Calvet UMP 38,40 % Christian Bourquin Socialiste 60,20 % [19]
2012 51,50 % Ségolène Neuville PS 48,50 % Jean Castex UMP 55,81 % [20]
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
2004 25,36 % Abdelkader Arif PS 19,43 % Alain Lamassoure UMP 34,64 % [21]
2009 33,09 % Dominique Baudis UMP 16,42 % José Bové EE 36,15 % [22]
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
2004 41,89 % Georges Frêche PS 48,63 % Jacques Blanc UMP 61,62 % [23]
2010 47,86 % Georges Frêche DVG 41,36 % Raymond Couderc UMP 46,27 % [24]
Élections cantonales, résultats du second tour.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
Font-Romeu-Odeillo-Via est chef-lieu de plusieurs cantons, cf. les résultats de .
2001  %  %  % [25]
2004  %  %  % [26]
2008  %  %  % [27]
2011  %  %  % [28]
Élections municipales, résultats des deux meilleurs scores du second tour.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
2001  %  %  % [29]
2008  %  % 84,83 % [30]
Référendums.
Année Oui (national) Non (national) Participation
1992 46,59 % (51,04 %) 53,41 % (48,96 %) 62,33 % [31]
2000 79,50 % (73,21 %) 20,50 % (26,79 %) 22,33 % [32]
2005 46,81 % (45,33 %) 53,19 % (54,67 %) 69,12 % [33]


Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal comprend 19 membres, élus au scrutin majoritaire[34].

Budget municipal (en milliers d'euros)[35]
Budget municipal 2007 2008 2009 2010 2011
Recettes 7 999 7 536 6 742 7 711 8 156
Dépenses 6 439 7 413 6 235 6 956 7 144

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1884 1902 Dominique Grau    
1902 1913 Jacques Calvet    
1913 1919 Antoine Bolfa    
1919 1925 Antoine Soler    
1925 1929 Jean Goze    
1929 1941 Fernand Bouyonnet[36]   Directeur du Grand Hôtel
1941 1944 Georges Mitjaville    
1944 1945 Jean-Robert Parès    
1945 1946 Jean Gommy    
1946 1947 Augustin Puig    
1947 1959 Fernand Bouyonnet[36]    
1959 1965 Henri Touron    
1965 1971 René Chamayou    
1971 1973  ?    
1973 1989 François Caudine    
1989 2008 Pierre Bosselut    
2008 en cours Jean-Louis Démelin[37]'[38]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune est partenaire depuis 2011 de l'association Écolo & Co qui a pour but le ramassage des déchets abandonnés dans les espaces naturels ainsi que la sensibilisation des touristes à ce problème[39].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population d'Odeillo est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1515 1709 1720 1767 1774 1788 1789
25 f 10 f 8 f 38 f 38 f 166 H 45 f 272 H 48 f
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS,‎ 1986, 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Note :

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 839 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
265 241 279 254 480 501 510 485 515
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
505 490 461 468 476 469 468 448 430
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
441 465 451 405 490 927 1 019 1 350 1 575
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 371 1 857 2 098 2 150 1 857 2 003 2 007 1 995 1 841
2011 - - - - - - - -
1 839 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2004[41].)
Histogramme de l'évolution démographique


Note :

  • À partir de 1826, la population de Via est recensée avec celle d'Odeillo.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire de la Forêt, en 2008

La commune possède les équipements suivants :

  • Une crèche municipale à Font-Romeu[42]
  • L'école primaire de la Forêt, à Font-Romeu (sections maternelle et élémentaire)[43],[44]
  • Une école primaire à Odeillo, près de la mairie[43],[44]
  • Une école élémentaire privée Rosette-Blanc, à Via[43],[44]
  • Le collège privé de la Forêt, à Via[45]
  • Le collège et lycée climatique Pierre-de-Coubertin : situé à 1 850 mètres d'altitude, il accueille 800 élèves[46], dont plusieurs dizaines d'élèves en pôle espoir et France (natation, lutte, vol libre, ski de fond, biathlon, pentathlon moderne) et plusieurs dizaines en section sportive (athlétisme, foot, triathlon, lutte, ski alpin, natation, vol libre, pentathlon, équitation, patinage, ski de fond, hockey sur glace et plus récemment le short-track supervisé par des entraîneurs français et coréens…). Des sportifs de niveau international y sont passés (Simon Fourcade, Ferréol Cannard, Philippe Candeloro, Céline Couderc, Steeve Guenot, Kilian Jornet, Camille Lacourt…)
  • L'antenne universitaire de STAPS de l'université de Perpignan : 300 étudiants y sont inscrits pour 4 spécialités de licence[47].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

  • Clinique Val Pyrène : Centre de réhabilitation en addictologie
  • Les principales catégories de médecins généralistes et spécialistes sont représentées à Font-Romeu[50]

Sports[modifier | modifier le code]

Le CNEA et son stade
  • Site olympique : Un site olympique d’altitude destiné à la préparation en altitude des sportifs français a été créé à l’occasion des Jeux olympiques d'été de 1968 à Mexico. Il accueille encore le Centre national d’entraînement en altitude (CNEA) où viennent se préparer les plus grands athlètes de toutes disciplines.
  • Patinoire
  • Piste de luge

Le Team Altitude de Font-Romeu rassemble des sportifs au palmarès exceptionnel tels que Camille Lacourt, Martin Fourcade et Kilian Jornet.

Font-Romeu a été nommée Ville la plus sportive en 2009.

Le 5 mai 2013 a été donné à Font-Romeu le coup d'envoi du Raid Centrale Paris édition Pirineus.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 24 423 €[51].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

L'excellent ensoleillement de la commune et la pureté de son atmosphère (altitude élevée et faible humidité moyenne) l'a fait choisir pour l'établissement d'un centre de recherches sur l'énergie solaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Grand-Hôtel

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Ferrat (1930-2010), poète, chanteur et artiste qui passa deux années à Font-Romeu pendant l'Occupation.
  • Colette Besson (1946-2005), championne du 400 m aux Jeux olympiques de Mexico en 1968, elle a séjourné à Font-Romeu pour s'entraîner. L'Espace sportif porte son nom.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Qui signifie étroit en catalan.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mont-Louis », sur Infoterre (consulté le (document absent en 2013)).
  6. Répertoire géographique des communes de l'IGN, accessible par Géoportail
  7. Conseil général des Pyrénées-Orientales, « Bus départementaux »,‎ 2010 (consulté le 23 août 2013)
  8. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone,‎ 2007 (lire en ligne)
  9. a, b, c, d, e et f Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales,‎ 1985, 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  10. Notice Cassini
  11. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS,‎ 1986, 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  12. http://www.mairie-fontromeu.fr/index.php/vie-municipale/la-ville/historique
  13. http://www.foursolaire-fontromeu.fr
  14. http://www.font-romeu.fr/fr/page/l%E2%80%99-entrainement-en-altitude
  15. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  16. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  17. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  18. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  19. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  20. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  21. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  22. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  23. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  24. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  25. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  26. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  27. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  28. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  29. [xls] Résultats des élections municipales de 2001 sur le site du Ministère de l’Intérieur.
  30. Résultats de l’élection municipale de 2008 sur le site du Figaro.
  31. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  32. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  33. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  34. Ministère de l'Intérieur
  35. Alize2.finances.gouv, Font-Romeu-Odeillo-Via, section Chiffres clés
  36. a et b André Balent et Denis Corratger, « Bouyonnet (Fernand, Pierre, Louis, Marie) », dans Nouveau Dictionnaire de Biographies Roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier,‎ 2011, 699 p. (ISBN 9782908866414)
  37. [PDF] Préfecture des Pyrénées-Orientales, « Liste des maires élus en 2008 »,‎ septembre 2012 (consulté le 23 août 2013)
  38. [PDF]« Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2104 », sur http://la-clau.net.
  39. Site de la mairie
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  42. Site de la mairie, petite enfance
  43. a, b et c Site de la mairie, scolarité
  44. a, b et c [PDF] Académie de Montpellier, « Répertoire des écoles du premier degré »,‎ octobre 2012 (consulté le 20 juillet 2013)
  45. letudiant.fr, « Annuaire des collèges » (consulté le 20 juillet 2013)
  46. Site de la mairie
  47. Site de la mairie, enseignement secondaire et supérieur
  48. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France »,‎ 1990 (ISBN 2-7399-5066-7)
  49. Site de la mairie
  50. Office de tourisme de Font-Romeu
  51. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  52. « Notice no PA66000006 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  53. « Notice no PA00104056 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  54. « Notice no PA00104028 », base Mérimée, ministère français de la Culture