Cliométrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Clio, détail de L'Allégorie de la peinture, par Vermeer (1666)

La cliométrie ou new economic history est une école américaine d'historiens qui s'appuient sur les méthodes statistiques et économétriques et l'application de la théorie économique. Plus que de la Jeune école historique allemande[1] de Werner Sombart entachée d'idéologie, elle est le pendant de l'École des annales d'Ernest Labrousse, avec ses spécificités, principalement une démarche empiriste[2].

Le nom de cliométrie, inventé par de le statisticien et économiste Stanley Reiter (en) en 1960, lui a été donné en référence à Clio, la muse de l'Histoire[3].

Origines et développements[modifier | modifier le code]

Elle a pour origine les travaux de la New Economic History américaine de Robert Fogel et Stanley Engerman qui, les premiers, mettent en œuvre des modèles mathématiques et statistiques contrefactuels pour la recherche historique. Cette méthode est pour la première fois appliquée pour une étude quantitative de l'esclavage aux États-Unis. En 1974, dans l'ouvrage Time on the Cross, les auteurs montrent que les conditions de vie des esclaves noirs américains qui vivaient dans le Sud, étaient meilleures que celles des travailleurs libres dans l'agriculture du nord des États-Unis. Cet ouvrage, au ton provocateur et messianique, bénéficia d'un accueil sans précédent pour une monographie historique dans la presse grand public (de Newsweek au Nouvel Observateur), porté par une campagne promotionnelle agressive, par le conservatisme politique ambiant et par l'engouement du public pour la "révolution informationnelle" qui promettait de changer la façon dont on envisageait l'histoire, avant que la méthodologie et les conclusions de Fogel et Engerman soient méthodiquement et systématiquement démolies dans les années suivantes par la grande majorité des historiens américains[4].

L'attribution du « Prix Nobel » d'économie à Douglass North et Robert Fogel en 1993, « pour avoir renouvelé la recherche en histoire économique par l'application de la théorie économique et des méthodes quantitatives aux changements économiques et institutionnels », a consacré l'avènement de cette discipline. L'histoire économique, une fois modernisée par l'utilisation systématique de la théorie économique et des méthodes économétriques, devient une branche de la science économique.

En 2006, grâce au soutien de la Cliometric Society américaine et de l’Association Française de Cliométrie, les objectifs théoriques et méthodologiques initiaux sont enracinés avec la création d’une nouvelle revue internationale de cliométrie : Cliometrica – Journal of Historical Economics and Econometric History.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C. Diebolt, « Robert William Fogel (1926-2013) », Association française de cliométrie, Restinclières, juin 2013.
  2. C. Diebolt, « L'Association Française de Cliométrie », Association française de cliométrie, Restinclières, août 2001.
  3. C. Goldin, « Cliometrics and the Nobel », in The Journal of Economic Perspectives, vol. 9, n° 2, p. 191, juin 1995.
  4. Sur la réception de Time on the Cross par le public et les historiens américains, voir Charles Crowe, "Time on the Cross : the historical monograph as a pop event", The History Teacher, vol. 9, n° 4, 1976, p. 588-630 [1]