Histoire économique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le déroulement historique des faits économiques, voir Histoire de l'économie. Pour l'histoire de l'économie comme discipline, voir Histoire de la pensée économique.
Évolution du PIB de l'an 1 à l'année 2003, basé sur les données d'Angus Maddison

L'histoire économique est une spécialité de l'histoire qui étudie l'évolution de l'économie. Elle recense les faits économiques, les ordonne et en propose une interprétation au moyen des théories économiques.

Branche de l'histoire et/ou branche de l'économie[modifier | modifier le code]

Les praticiens et avocats de la première approche qui fut longtemps la principale, regardait généralement l'histoire économique comme étant une branche de l'histoire, ou peut-être une discipline à part entière. En France, elle fut comme la démographie historique regardée comme partie intégrante de l'histoire, traduction de la domination de l'école historique des Annales depuis les années 1930 et de Fernand Braudel après la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui encore les rares départements d'histoire économique des universités françaises font partie des UFR d'histoire.

Les adeptes de la seconde opinion qui est dominante aux États-Unis et en rapide expansion dans le monde la considère comme une partie de la discipline économique. En particulier, ainsi que le traduit le nouveau substantif de « Cliométrie » utilisé pour décrire l'application croissante des techniques statistiques et de l'économétrie aux recherches d'histoire économique.

L'histoire économique a longtemps été un sujet d'affrontements en Grande-Bretagne entre la London School of Economics (LSE) et les collèges d'Oxford et Cambridge. Ceux-ci soutenaient que l'économie incluait une part d'histoire économique et que les deux disciplines ne pouvaient être séparées. Plus récemment, la LSE mettait en avant avec succès un modèle dans lequel l'histoire économique était une discipline autonome. Jusqu'à la fin des années 1990, ce modèle sembla l'emporter avec l'érection de départements autonomes dans de nombreuses universités anglaises et américaines. Depuis quelque temps, il semble que le mouvement s'inverse et que l'histoire économique rejoigne le giron de l'économie.

En fait, si les deux sujets maîtres, économie et histoire restent uniques - réunis, ils forment la structure de la discipline. Dans les faits, on voit de plus en plus des historiens de l'économie de premier plan comme Nicholas Crafts (LSE), Bob Fogel ou Douglass North (deux récents prix Nobel d'économie) devenir les conseillers d'institutions économiques comme le FMI, l'OCDE ou l'OIT.

Les sources de l’histoire économique[modifier | modifier le code]

Les sources de l'histoire économique sont multiples et proches de celles de l'histoire en général :

  • les sources de la démographie historique, comme les registres paroissiaux, documents d'État-civil, registres notariats, hospitaliers... pour la connaissance des populations
  • les séries compilées de prix, données de douanes, mouvements de navires, production des sites de fabrication... pour constituer des séries statistiques de tous ordres
  • les documents publics ou privés, comme les chartes, traités, lois, règlements, accords, contrats...
  • les sources de l'activité bancaire et financière...
  • les biographies et toutes les sources écrites concernant l'évolution des structures sociales et politiques...

Les méthodes de l’histoire économique[modifier | modifier le code]

Comme toute branche de l'histoire, l'histoire économique recourt à toutes les méthodes traditionnelles de l'historien.

Article détaillé : Méthodologie historique.

L'histoire des faits économiques[modifier | modifier le code]

L’histoire quantitative[modifier | modifier le code]

La pénétration de la statistique et de l'analyse économétrique a progressé avec les possibilités croissantes offertes par l'exploitation informatique. Cette évolution a conduit jusqu'à la théorisation de cette pratique tel que le révèle le terme « Cliométrie » qui se réfère à l'utilisation systématique de la théorie économique et des techniques économétriques pour étudier l'histoire économique. Le substantif fut créé par deux chercheurs américains, Jonathan Hughes et Stanley Reiter en 1960 en se référant à Clio, muse grecque de l'histoire. La compilation de données ou la construction de séries statistiques longues, comme celles sur l'activité économique des pays depuis mille ans créées par Angus Maddison, chercheur à l'OCDE, sont de plus en plus systématiques. Elles relèvent néanmoins d'une tradition ancienne, comme en témoignent par exemple les travaux, dans les années 1930, du Comité international d'histoire des prix, dirigé par William Beveridge.

L’histoire des idées économiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la pensée économique.

Les grands courants de l'histoire économique[modifier | modifier le code]

Le courant des Annales[modifier | modifier le code]

  • Fernand Braudel : Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, 1967, rééd. 1979.
  • Emmanuel Le Roy Ladurie : Histoire humaine et comparée du climat depuis l'an Mil, 1967, rééd. 2004.
  • Immanuel Wallerstein : Le Système du monde, du XVe siècle à nos jours, 1974, rééd. 1980.

Les weberiens[modifier | modifier le code]

Les économistes du développement[modifier | modifier le code]

  • Karl Polanyi : La Grande Transformation : les origines politiques et économiques de notre temps, 1944.
  • Joseph Schumpeter : Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942.
  • Alexander Gerschenkron : Economic Backwardness in Historical Perspective: A Book of Essays, 1962.
  • Ester Boserup : The Conditions of Agricultural Growth: The Economics of Agrarian Change under Population Pressure, 1965.
  • Simon Kuznets : Modern Economic Growth: Rate, Structure and Spread, 1966.
  • Paul Bairoch : De Jéricho à Mexico. Villes et économie dans l’histoire, 1985.
  • Paul Bairoch : Victoires et déboires : histoire économique et sociale du monde du XVIe siècle à nos jours, en trois tomes, Gallimard, 1997.
  • Alfred Chandler : The Visible Hand: The Managerial Revolution in American Business, 1977.
  • Douglass North : Institutional Change and American Economic Growth, 1971.

Les marxistes et marxiens[modifier | modifier le code]

Les quantitativistes[modifier | modifier le code]

  • Robert Fogel : Railroads and American Economic Growth: Essays in Econometric History, 1964.
  • Phyllis Deane et W. A. Cole : British Economic Growth, 1688-1959: Trends and Structure, 1967.
  • Angus Maddison : L'Économie mondiale : une perspective millénaire, 2001.

Les monétaristes[modifier | modifier le code]

  • Milton Friedman : A Monetary History of the United States, 1867-1960, 1963.

Les disciplines apparentées[modifier | modifier le code]

Les deux branches principales de l'histoire économique sont :

  • L'histoire des faits économiques
  • L'histoire des idées (ou de la pensée) économiques

Mais, on recense aussi de nombreuses disciplines apparentées :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Deux grandes séries d'histoire économique ont été publiées en français depuis 50 ans :

Voir aussi :

Histoire des faits économiques[modifier | modifier le code]

Capitalisme, finance et mondialisation[modifier | modifier le code]

  • Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Flammarion, "Champs Histoire", 120 pages, 2008. ISBN 978-2081212961
  • Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle (trois tomes), Le Livre de Poche, "Références", 2513 pages au total, 1993. ISBN 978-2253064565, ISBN 978-2253064572 et ISBN 978-2253064558
  • Christian Grataloup, Géohistoire de la mondialisation: Le temps long du monde, Armand Colin, "U Géographie", 288 pages, 2010. ISBN 978-2200244507
  • Michel Beaud, Histoire du capitalisme : 1500-2010, Seuil, "Points Economie", 457 pages, 2010. ISBN 978-2757817865
  • Michel Freitag, L'impasse de la globalisation : Une histoire sociologique et philosophique du capitalisme, Les Éditions Ecosociété, "Théorie", 2008. ISBN 978-2923165417
  • Cécile Bastidon Gilles, Jacques Brasseul et Philippe Gilles, Histoire de la globalisation financière, Armand Colin, "U Histoire", 320 pages, 2010. ISBN 978-2200355388
  • Carmen M. Reinhart et Kenneth Rogoff, Cette fois, c'est différent : Huit siècles de folie financière, Pearson Education, "Les Temps Changent", 470 pages, 2010. ISBN 978-2744064517
  • Philippe Beaujard, Laurent Berger et Philippe Norel, Histoire globale, mondialisations et capitalisme, Editions La Découverte, "Recherches", 502 pages, 2009. ISBN 978-2707157928
  • Philippe Norel, L'histoire économique globale, Seuil, "Économie humaine", 260 pages, 2009. ISBN 978-2020975988
  • Philippe Norel, L'invention du marché : Une histoire économique de la mondialisation, Seuil, "Économie humaine", 592 pages, 2004. ISBN 978-2020410915
  • Charles-P Kindleberger, Histoire mondiale de la spéculation financière, Valor, 349 pages, 2005. ISBN 978-2909356228
  • Loïc Belze et Philippe Spieser, Histoire de la finance : Le temps, le calcul et les promesses, Vuibert, 553 pages, 2007. ISBN 978-2711769438
  • Agnès d' Artigues et Hélène Rey-Valette, Histoire économique du capitalisme industriel, Vuibert, "Dyna'sup", 300 pages, 2003. ISBN 978-2711774159
  • Jean-Marie Albertini, Capitalismes et socialismes. L'histoire abrégée du combat du siècle, De l' Atelier, "Initiation économique", 294 pages, 1990. ISBN 978-2708228504

Analyse économique et historique des sociétés contemporaines[modifier | modifier le code]

  • Joseph Alois Schumpeter, Histoire de l’analyse économique (trois tomes), Gallimard, 1983, "Tel", 1739 pages au total, réédition 2004. ISBN 978-2070313419, ISBN 978-2070313426 et ISBN 978-2070313433
  • Serge Bosc, Alain Combes, Claude-Danièle Echaudemaison, Bruno Marcel, Lucien Orio, Anne-Marie Gronier, Robert Soin et Jacques Silvano, L'économie aux concours des grandes écoles - Analyse économique et historique des sociétés contemporaines - 1ère et 2ème années, NATHAN SCOLAIRE, "PREPAS COMMERC", 672 pages, 2011. ISBN 978-2091617916
  • Marc Montoussé, Analyse économique et historique des sociétés contemporaines, Bréal, 640 pages, 2010. ISBN 978-2749509396
  • Alain Beitone, Analyse économique et historique des sociétés contemporaines, Armand Colin, "U Économie", 638 pages, 2010. ISBN 978-2200350185
  • Henri Bourachot, Analyse économique et historique des sociétés contemporaines, Ellipses, "Optimum", 560 pages, 2011. ISBN 978-2729864149
  • Philippe Deubel, Analyse économique et historique des sociétés contemporaines, Pearson Education, "Cap Prépa", 517 pages, 2011. ISBN 978-2744075575
  • Philippe Deubel, Dictionnaire d'analyse économique et historique des sociétés contemporaines, Pearson Education, "Cap Prépa", 512 pages, 2009. ISBN 978-2744073465
  • Pierre-André Corpron, Serge d' Agostino et Marc Montoussé, L'indispensable en analyse économique et historique des sociétés contemporaines 1e et 2e année, Bréal, "L'indispensable", 192 pages, 2009. ISBN 978-2749508726
  • Pascal Glémain, Analyse économique et historique des sociétés contemporaines, Ellipses, "Optimum", 176 pages, 2002. ISBN 978-2729812041

Crises[modifier | modifier le code]

  • Christian Chavagneux, Une brève histoire des crises financières : Des tulipes aux subprimes, Editions La Découverte, "Cahiers libres", 236 pages, 2011. ISBN 978-2707169693
  • Bruno Marcel et Jacques Taïeb, Les grandes crises: 1873-1929-1973-2008 ?, Armand Colin, "Cursus", 256 pages, 2010. ISBN 978-2200249984
  • Philippe Gilles, Histoire des crises et des cycles économiques : Des crises industrielles du 19e siècle aux crises financières actuelles, Armand Colin, "U Histoire", 333 pages, 2009. ISBN 978-2200244552

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) EHE Site pour étudiants d'histoire économique.