Jane Leade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jane Ward Leade[1] (1623-1704) est une mystique anglaise qui a animé avec John Pordage le mouvement des Philadelphes inspiré de Jakob Böhme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jane Ward est née dans une famille de la classe moyenne en mars 1623 dans le comté de Norfolk en Angleterre.

Ses premières visions se sont manifestées alors qu'elle était âgée de quinze ans.

Son traducteur français Paul Sédir (1871-1926) la présente ainsi :

« Les œuvres de cette illuminée, d'abord élève puis directrice du médecin John Pordage, et fondatrice de la Société des Philadelphes, comprennent exclusivement, non des traités hermétiques, mais des amplifications de mysticisme chrétien. Elle était voyante et, de même que Boehme, ne décrit que les tableaux intérieurs qui se sont déroulés devant elle[2]. »

Citant un témoignage de seconde main – probablement de Johann Georg Gichtel –, il la décrit aussi comme « une femme pieuse, mais rétrécie dans une sphère bornée ».

Elle est décédée le 19 août 1704.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Le Puits du Jardin, journal de ses manifestations, dont la préface est un Discours sur la différence des révélations véritables et des révélations fausses
  • La Nuée céleste ou l'Échelle de la Résurrection, 1682
  • Révélation des Révélations, 1683, 130 p.
  • La Vie Henochienne ou le Cheminement avec Dieu, 1694, 38 p.
  • Les Lois du Paradis, 1695, 69 p.
  • Les Merveilles de la création divine, en huit mondes différents, 1695, 89 p.
  • Messages pour la commune de Philadelphie, 1696, 108 p.
  • L'Arbre de foi ou l'arbre de Vie qui croît dans le Paradis de Dieu, 1696, 122 p.
  • L'Arbre de la foi, 1696, 33 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouve également Jane Leade, Jane Lead, Jeanne Léade ou Jeanne Lade.
  2. Jeanne Léade, Le messager céleste de la paix universelle, traduit pour la première fois par P. Sédir, Chamuel, Paris, 1894, p. V-VII (Collection : La mystique judéo-chrétienne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Julie Hirst, Jane Leade : biography of a seventeenth-century mystic, Aldershot, England ; Burlington, Vt., Ashgate, 2005, 160 p. (ISBN 0754651274)
  • (en) Catherine F. Smith, « Rememebering the Rhetorics of Women. The Case of Jane Lead », dans Laura Gray-Rosendale et Sibylle Gruber (dir.), Alternative rhetorics: challenges to the rhetorical tradition, State University of New York Press, Albany, NY, 2001, 269 p. (ISBN 0791449734)
  • (en) Nils Brorson Thune, The Behmenists and the Philadelphians: a contribution to the study of English mysticism in the 17th and 18th centuries, Almqvist & Wiksells, Uppsala, 1948, 229 p. (thèse)
  • Serge Hutin, Les disciples anglais de Jacob Bœhme aux XVIIe et XVIIIe siècles, Éditions Denoël, Paris, 1960
  • Aglauro Ungherini, Manuel de bibliographie biographique et d'iconographie des femmes célèbres... par un vieux bibliophile, L. Roux, Turin ; Nilsson, Paris, 1892-1905, p. 426

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]