Deuxième République hellénique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

République hellénique
Ἑλληνικὴ Δημοκρατία
Ellīnikī́ Dīmokratía (grec)

1924 – 1935

Drapeau Blason
Informations générales
Statut République
Capitale Athènes
Langue Grec
Religion Orthodoxe
Monnaie Drachme
Histoire et événements
25 mars 1924 Proclamation de la République
11 novembre 1935 Plébiscite décidant le retour à la royauté
4 août 1936 Restauration du Royaume de Grèce
Présidents
1924-1929 Pavlos Koundouriotis
1929-1935 Alexandros Zaimis

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Deuxième République hellénique (en grec Bʹ Ελληνική Δημοκρατία) est le régime politique en vigueur en Grèce de 1924 à 1935.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Deuxième République hellénique est le régime politique de la Grèce entre 1924 et 1935. Il fait suite à la période de monarchie constitutionnelle de la maison d'Oldenbourg. Elle est proclamée le 25 mars 1924, après la défaite de la Grèce face à la Turquie lors de la campagne d'Asie Mineure. L'armée vaincue se révolte contre le gouvernement royal. Nikólaos Plastíras et Stilianos Gonatas sont à la tête du coup d'État le 11 septembre 1922 qui oblige le roi Constantin Ier à abdiquer et à quitter la Grèce.

Le 27 octobre 1923 des officiers royalistes, soutenus indirectement par Ioánnis Metaxás, tentent un contre-coup d'État. Cette tentative se conclut par un échec, mais convainc les généraux démocrates d'abolir la monarchie. Le 18 décembre Georges II qui a succédé à son père, est contraint à son tour à l'exil. Dans un plébiscite de 1924, les Grecs votent pour l'instauration d'une république.

Le premier président de la République hellénique est Pávlos Kountouriótis, un amiral et partisan de Venizélos. L'expérience démocratique est interrompue en juin 1925 par le coup d'État militaire du général Pangalos qui s'empare de la Présidence de la République lors d'un référendum truqué. Un nouveau coup d'État militaire dirigé par le général Geórgios Kondýlis en août 1926 rétablit le régime démocratique. Les élections qui suivent ne permettent pas de dégager une majorité claire. Un gouvernement d'union est mis en place provisoirement jusqu'au retour d'exil volontaire de Eleftherios Venizelos. Son dernier gouvernement (1928-1932) amène une certaine stabilité. Mais son échec aux élections de 1932, les effets de la Grande Dépression entrainent une nouvelle période d'instabilité gouvernementale.

Devant la perspective d'un retour à la monarchie, des partisans vénizélistes tentent un coup d'État réprimé par le général Geórgios Kondýlis. Le gouvernement de Panagis Tsaldaris tombe et Kondylis se proclame régent. Il organise un plébiscite le 11 novembre 1935 qui abolit la République et vote le retour de la monarchie, en la personne du roi Georges II.

Aspect sociétal[modifier | modifier le code]

Le clivage dans la société s'est étendue aux questions culturelles et sociales telles que l'évolution de la langue grecque ou l'utilisation des styles architecturaux. À ceci s'est ajouté l'implication de l'armée dans la vie politique aboutissant à plusieurs tentatives de coups d'État. L'économie est en ruine après une décennie de guerre et est incapable d'intégrer les 1 500 000 millions de réfugiés provenant de l'échange de population avec la Turquie.

Chefs d'État[modifier | modifier le code]

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]