Geórgios Kondýlis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Geórgios Kondýlis
Γεώργιος Κονδύλης
Image illustrative de l'article Geórgios Kondýlis
Fonctions
109e et 118e Premier ministre grec
23 août 19263 décembre 1926
Prédécesseur Athanasios Eftaxias
Successeur Alexandros Zaimis
10 octobre 193530 novembre 1935
Monarque Georges II
Prédécesseur Panagis Tsaldaris
Successeur Konstantínos Demertzís
Biographie
Date de naissance 14 août 1878
Lieu de naissance , Proussos (en), Évrytanie (Grèce)
Date de décès 31 janvier 1936
Lieu de décès Drapeau de la Grèce, Athènes, (Grèce)
Nationalité Grecque
Parti politique Parti Démocratique national
Profession Militaire
Religion Christianisme orthodoxe (Église de Grèce)

Geórgios Kondýlis
Premiers ministres grecs

Geórgios Kondýlis (en grec moderne : Γεώργιος Κονδύλης) est un militaire et homme politique grec né le 14 août 1878 en Eurytanie et décédé le 31 janvier 1936. Il fut surnommé Kéraunos, tonnerre, en grec.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Kondylis est né à Proussos (en), en Evrytanie. Il s'engage dans l'armée en 1896 et combat avec le corps expéditionnaire grec en Crète. Il prend part aux luttes pour la Macédoine (1904-1908), et obtient le rang de capitaine lors des Guerres balkaniques. Il soutient le Mouvement de défense nationale d'Elefthérios Venizélos au cours de la Première Guerre mondiale, et s'oppose au retour du roi Constantin Ier de Grèce en 1920. Il part alors pour Thessalonique avec d'autres officiers vénizélistes pour organiser la « Défense démocratique » (Δημοκρατική Άμυνα). Il revient en Grèce en 1922 avec le grade de général, et prend sa retraite militaire en 1923 pour se consacrer à la politique

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est élu député au Parlement hellénique et fonde le Parti Démocratique national. Le 21 août 1926, il renverse la dictature de Theódoros Pángalos lors d'un coup d'État et forme un gouvernement et appelle à des élections en novembre. Son parti n'y prend cependant pas part.

Lors des élections d'août 1928, son parti obtient neuf sièges au parlement. En 1933, Kondylis est nommé ministre des Armées.

Lorsque le 10 octobre 1935, les chefs des forces armées renversent le gouvernement de Panagis Tsaldaris, l'ancien républicain Kondylis se déclare régent, et abolit la République. La Grèce connaît alors un régime dictatorial et de terreur : les républicains sont pourchassés. Il organise un plébiscite le 3 novembre sur la Restauration de la monarchie, avec un résultat frauduleux de 97 % en faveur de cette Restauration[1]. Après le retour du roi Georges II le 25 novembre, il se dispute avec celui-ci et démissionne. Aux élections du 26 janvier 1936, il s'allie à Ioánnis Rállis et s'arrange pour avoir quinze députés élus. Il meurt peu de temps après, le 31 janvier 1936 à Athènes d'une crise cardiaque.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Σέφης Αναστασάκος, Ο Πλαστήρας και η εποχή του, τόμος Γ', Εκδόσεις Επικαιρότητα, Αθήνα 2007, σελ. 88.