Cinabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le minéral. Pour le pigment, voir cinabre (couleur).
Cinabre
Catégorie II : sulfures et sulfosels[1]
Cinabre sur dolomite - Hunan, Chine

Cinabre sur dolomite - Hunan, Chine
Général
Numéro CAS 19122-79-3
Classe de Strunz
Formule brute HgS  [Polymorphes]
Identification
Masse formulaire[3] 232,66 ± 0,03 uma
Hg 86,22 %, S 13,78 %,
Couleur rouge carmin
à rouge brique
Classe cristalline et groupe d'espace trapézoèdre \ 3 2
Système cristallin trigonal
Réseau de Bravais hexagonal primitif (hP)
Clivage parfait à {1010}
Échelle de Mohs 2,5
Trait rouge vif
Éclat submétallique[2]
Propriétés optiques
Indice de réfraction ω=2,905 ε=3,256
Biréfringence Δ=0,351 ; biaxe positif
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité 8,0 - 8,2
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le cinabre est une espèce minérale composée de sulfure de mercure(II) de formule HgS. Il a été décrit pour la première fois par Théophraste en 315 av. J.-C. (Pline l'Ancien, HN; XXXIII; 37).

Le cinabre (α-HgS) est le minerai de mercure le plus répandu et exploité. Lors des derniers millénaires, le cinabre natif présent dans les gisements a été utilisé soit comme pigment, après extraction dans une veine pure, soit pour en extraire le mercure par décomposition thermique.

Le vermillon, de même formule chimique que le cinabre, est par contre un pigment minéral artificiel produit par synthèse, favorisé par un milieu alcalin.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Le cinabre était déjà connu des civilisations antiques grecques et égyptiennes, plusieurs millénaires avant Jésus-Christ. Le terme grec κιννάβαρι (kinnabari) et le terme latin cinnabaris désignent tous les deux ce minéral. Son usage ancien a également été attesté en Chine, la dynastie Shang (1570 à 1045 av. J.-C) en faisant usage lors des divinations (scapulomancie) pour faire apparaître et interpréter les craquelures sur les carapaces de tortues[réf. souhaitée].

Appellations et synonymes[modifier | modifier le code]

  • Chine : dsü, tchu-cha, yn-tchou, theout-chou, tan, tancha, hong
  • Inde : Rasagarbha, rasasthana
  • Perse : Sinkarf ou kinbar
  • Arabie : zingefr ou kynjar
  • Latin : cinabrum, stupium, minium

De nos jours, on trouve les appellations suivantes :

  • sulfure de mercure rouge ;
  • mercure sulfure rouge ;
  • sulfure mercurique ;
  • cinabre ;
  • vermillon ;
  • vermillon chinois.

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Critères d'identification[modifier | modifier le code]

La couleur de la trace des minéraux peut aussi servir à l’identification sommaire des pigments. Il s’agit de réaliser sur une tablette de porcelaine dure une trace du minéral par friction et d’en observer la couleur. Beaucoup de minéraux ont une trace incolore, certains ont des traces de couleurs caractéristiques. Voici un exemple : Les traces roses à rouge-brun peuvent indiquer la présence de cinabre, de cuprite ou encore d’hématite.

Le mercure en petites quantités peut être détecté par la spectrométrie ou grâce aux précipités de Hg₂Cl₂ et HgS. On considère que si des composés du mercure sont chauffés dans un tube avec de la soude, il y a la formation d’un miroir gris de mercure qui se condense sur les parois froides.

Les méthodes spectrométriques permettent l’identification du cinabre. Il est utile de mentionner la spectroscopie Raman, une méthode optique, qui analyse sans contact les pierres (semi) précieuses, les pigments, les verres et les céramiques. Cette méthode ne nécessite pas de prélèvement d’échantillon. Et grâce à leur source laser incorporée, les dernières générations de spectromètres sont transportables au cœur des musées. L’identification des objets peut se faire in-situ. De plus, cette identification moléculaire permet de différencier sans ambiguïté des composés proches, de même composition élémentaire.

Pour identifier la structure cristalline, la sonde nucléaire PIXE (Particle Induced X-ray Emission) permet de distinguer les formes hexagonale et cubique.

Propriétés chimiques[modifier | modifier le code]

Polymorphisme de HgS[modifier | modifier le code]

HgS présente un polymorphisme :

  • α-HgS, cinabre/vermillon
  • α'-HgS, sulfure de mercure amorphe
  • β-HgS, métacinabre (noir)
  • γ-HgS, hypercinabre

Les propriétés chimiques du sulfure noir et du sulfure rouge de mercure sont sensiblement les mêmes, cependant, le sulfure noir réagit plus que le rouge. Cinabre, vermillon ou métacinabre sont considérés généralement comme presque insolubles dans l’eau, les solvants organiques et les acides minéraux dilués.

Altération chromatique[modifier | modifier le code]

L’assombrissement, jusqu’à devenir gris-noir, de la couleur écarlate du cinabre (α-HgS) sous l'influence de l’irradiation solaire constitue une importante problématique de conservation des peintures murales depuis l’antiquité et représente toujours un casse-tête générateur de polémiques. Vitruve explique que : « Lorsqu’il est employé dans les appartements dont les enduits sont à couvert, le cinabre conserve sa couleur sans altération ; mais dans les lieux exposés à l’air, comme les péristyles, les exèdres, et quelques autres endroits semblables où peuvent pénétrer les rayons du soleil et l’éclat de la lune, il s’altère, il perd la vivacité de sa couleur, il se noircit aussitôt qu’il en est frappé[4]». Ce dernier mentionne que de la cire punique[5] aurait été appliquée sur les peintures murales pour empêcher que la lumière de la lune et les rayons du soleil n’en enlèvent la couleur ; mais certains facteurs associés accélèrent ce changement chromatique, comme une forte humidité associée à une atmosphère fortement polluée. Seule la surface est dégradée, si elle est grattée, on peut apercevoir à nouveau la couleur rouge. Cette dégradation spécifique au cinabre rouge peut aussi permettre son identification.

Actuellement, le noircissement des fresques de la villa des Mystères à Pompéi en est la parfaite illustration. Le nettoyage au laser de peintures murales contenant du cinabre est déconseillé en raison de l’altération chromatique qui en résulte.

Toxicologie[modifier | modifier le code]

La présence de mercure libre dans le minerai de cinabre lui confère une toxicité indéniable. Pline l’Ancien considère que cette substance est un poison et déclare aventureux tout ce que l’on rapporte sur son emploi en médecine, il précise que l’on doit éviter qu’il pénètre dans les viscères ou touche une plaie (Pline l'ancien, Histoire Naturelle, XXXIII; 42). Pline dit précisément, à propos de cinnabaris : « ...De plus, le cinnabaris est excellent comme contre-poison et comme remède. Qu'arrive-t-il ? nos médecins y substituent le minium qui est un véritable poison, comme nous le démontrerons plus tard... »

Dans la mesure où le cinabre est pulvérulent ou se présente sous forme de poudre, des mesures strictes de protection sont vivement recommandées.

Propriétés physiques[modifier | modifier le code]

Structure du cinabre, α-HgS (mercure Hg en gris, soufre S en jaune)

La formule suivante donne une approximation de la pression de vapeur saturante du cinabre :

ln P* = 8,765 - 3533/T

P* étant exprimée en kilopascals et la température T en kelvins.

Le sulfure de mercure HgS est le minerai de mercure le plus important. Il est utilisé pour la fabrication du mercure et comme pigment. Le cinabre contient environ 86,2 % de mercure. On obtient le mercure par grillage du cinabre. Pour l’extraction du métal, le minerai pulvérulent descend dans un four à 700 °C où l’on envoie de l’air. La réaction suivante se produit :

HgS + O2 → Hg + SO2,

au-delà de 737 °C, le cinabre se décompose en

HgS → Hg + S.

Le mercure s'obtient par pyrométallurgie : à pression atmosphérique, le cinabre se sublime à 583 °C (856 K) et se décompose en mercure liquide et en vapeur de soufre.

On distingue trois formes cristallines :

  • le cinabre trigonal rouge, groupe d'espace P3121 ou P3221 (n°154), structure B9 en notation Strukturbericht, plus stable à des températures de moins de 350 °C (Barnett et al., 2001, p. 1499.) ;
  • le métacinabre cubique, groupe d'espace F43m, de couleur noire ;
  • l’hypercinabre (γ-HgS), mis en évidence par Potter et Barnes en 1978. Son nom est lié au fait que sa zone de stabilité s’étend à des températures plus hautes que celles du cinabre et du métacinabre.

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Le cinabre, sous sa forme native, est la variété la plus abondante de sulfure de mercure et se trouve dans des terrains divers : primaires, secondaires, tertiaires. Il peut être concentré en filons plus ou moins épais, comme dans les flancs de l’ancien volcan du Mont Amiata en Toscane, à Almaden en Espagne ou dispersé dans des couches dites « métalliques » comme à Idrija (Slovénie). Il est plus abondant dans les roches sédimentaires que dans les roches ignées. Les dépôts se trouvent habituellement à moins de 300 mètres de profondeur. Il contient souvent, dans sa forme native, des inclusions d’antimoine, d’arsenic, de bitume, de sélénium, de sulfure de fer, de sulfate de calcium ou de baryum, de plomb ou de zinc, et il renferme du mercure libre (Biester et al., 1999, p. 195-197.).

Exploitation des gisements[modifier | modifier le code]

Utilisation comme pigment[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Cinabre (couleur) et vermillon.

La couleur du cinabre est intense, même réduit en poudre ; on l’a donc utilisé comme colorant rouge vermillon.

La couleur du cinabre varie de cannelle au rouge écarlate en passant par le rouge brique, ce qui explique que le cinabre ait historiquement été utilisé comme pigment, principalement dans la peinture et les encres d’imprimerie[6], mais également comme colorant alimentaire traditionnel. Comme il permettait d’obtenir la couleur pourpre, couleur impériale par excellence, le cinabre était très important dans l’Empire byzantin, où il permettait d’authentifier les actes de la chancellerie impériale à l’encre pourpre.

Utilisation thérapeutique[modifier | modifier le code]

Bocal de pharmacie contenant de la poudre de cinabre (zinnober en allemand)

Le cinabre est connu et utilisé depuis la plus haute antiquité en médecine (Pline l'ancien, Histoire naturelle, XXXIII; p41, qui d’ailleurs déconseillait et considérait cette substance comme un poison).

Il a également été utilisé en médecine, pour le traitement de la syphilis, ou on le prescrivait, dans les années 1820, aux femmes enceintes, par fumigation (Archives générales de médecine, Imp. De Vaugirard, 1914, p. 436.). Sous forme de pommade, il était utilisé contre les maladies cutanées (Louis Mialhe, Traité de l’art de formuler, éd. Fortin, Masson, 1845, p. 150.). On retrouve aussi le cinabre dans la composition de remèdes pour le traitement externe du cancer, comme la pâte dite du frère Côme, composé d’arsenic blanc, de cendres brûlées de semelles de souliers, de sang-dragon, de cinabre et d’eau (Hermann Lebert, Traité pratique des maladies cancéreuses et des affections curables confondues avec le cancer, éd. Baillière, 1851, p. 645.)

Le cinabre est toujours utilisé en médecine homéopathique (Cinnabaris), où la dilution permet d’éliminer les risques de toxicité inhérents à la présence de mercure. Cinnabaris est un remède dans les affections dermatologiques, vénériennes et de la sphère ORL[7].

Le cinabre est utilisé comme remède depuis des temps anciens en Asie[8].

Les ascètes chinois reconnaissaient dans le jade une pierre qui ne pouvait se ternir. Ils consommèrent également le quartz et d’autres minéraux qui, insolubles, étaient censés rendre le corps de celui qui les consommait dur comme de la pierre. Après broyage, elles étaient prises oralement dans l’espoir de fortifier le corps.

Plus tard, le jade est devenu le remède de la longévité et même de la résurrection. Dans le même ordre d’idée, une autre théorie considérant le sang comme l’âme et sa couleur comme le principe actif ou le concentré le l’âme, les substances rouges étaient considérées comme riches en concentré vital et pouvaient donner à celui que les consommait des parties du principe actif de la vie.

Consommer l’ocre rouge, selon ces croyances, permettait de remplacer des pertes de sang et de favoriser une longue vie. Le cinabre ayant l’exacte couleur du sang était de ce fait considéré comme supérieur au minium (« médicament » asiatique à base de plomb encore plus toxique que le cinabre).

En Chine, les ascètes étaient amateurs de substances censées donner la longévité et ce fut la raison pour laquelle ils utilisèrent successivement le jade, l’or et le cinabre. Il est certain que le cinabre était l’une des plus importantes substances considérée comme donneuse de vie. On peut en conclure que deux substances principales étaient vues comme des facteurs de longévité par les anciens chinois et étaient consommées comme des remèdes ; l’or pour préserver le corps et le cinabre pour prolonger la vie.

Vers 500 av. J.-C., l’or et le cinabre sont chauffés ensemble pour créer un amalgame. Le cinabre délivrait alors le mercure en se décomposant avec la chaleur. On ne connaissait pas d’autre mode opératoire pour créer le « rouge-or ». Les expérimentations avec le cinabre ont permis de découvrir la technique de sublimation. Il fut établi que le cinabre était constitué de soufre et de mercure. Le soufre, le mercure et l’or sujet à la sublimation donnèrent le produit requis. « L’or-cinabre » était un produit sublimable. Il était censé mener à l’immortalité pour les chinois.

Cette substance est toujours fabriquée en Inde de nos jours et est appelée Makaradhvaja. Même Newton préparait du cinabre et l’utilisait oralement pour acquérir plus de virilité. Spargo et Pounds trouvèrent que les cheveux de Newton présentaient des concentrations inhabituellement élevées de plomb, d’antimoine et de mercure.

En médecine chinoise, appelé Zhu Sha, le cinabre est utilisé pour calmer l’esprit, apaiser le cœur, clarifier la chaleur.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Symbole alchimique du cinabre

Les Taoïstes utilisaient le cinabre comme une drogue afin d’accéder à un état bienheureux. Il était reconnu comme la substance naturelle la plus performante pour obtenir l’immortalité ou, du moins, prolonger la vie et la jeunesse. On savait même l’obtenir à partir du soufre, du salpêtre et du mercure. Dans la théorie mystique chinoise du qi, le « champ du cinabre » (dantian) est un point situé dans le bas-ventre et où se concentre l’énergie vitale.

Certains alchimistes affirmèrent qu’il était possible de le transformer en or mais toutes les expériences qui furent tentées échouèrent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le cinabre est connu dès la préhistoire. Il y a 4 500 ans, les Chinois et les Égyptiens connaissaient déjà le mercure et son minerai, le cinabre[réf. nécessaire]. Les chinois utilisait le cinabre il y a 3 600 ans comme pigment pour les poteries ou comme encre[réf. nécessaire]. Ils auraient été les premiers, à avoir fabriqué le vermillon, au début de notre ère. Dans l’Égypte des Ptolémées (IVe ‑ Ier siècles), apparaît la pratique de la crémation. Sur certains fragments d’os brûlés, on trouve une couleur rouge, le colorant est du cinabre intentionnellement déposé. Vers 300 av. J.-C., Théophraste, philosophe et savant grec, évoque les mines de mercure d’Almadén en Espagne. On utilisait dans l’Antiquité le cinabre comme un pigment qui était généralement réservé à l’élite. Ainsi, Rome en fait un monopole d’État et une loi en fixe le prix de vente. Pline en fait mention sous l'appellation de minium dans les livres XXXIII et XXXV de son Histoire Naturelle. Vitruve (De Architectura, VII), au Ier siècle av. J.-C., décrit l'utilisation du cinabre en peinture. Zosime de Panopolis, savant et alchimiste grec, né en Égypte, aurait, au IIIe siècle de notre ère, mentionné que le cinabre était composé de mercure et de soufre. L’alchimiste Geber ou Jabir Ibn Hayyan, né en Iran en 721, explique que le mercure et le soufre, peuvent, avec la chaleur se combiner en cinabre.

Au Moyen Âge, en Orient, les documents les plus importants étaient signés avec une encre à base de cinabre (à Byzance, l’empereur seul pouvait l’employer) tandis qu’en Occident (certaines sources évoquent le XIIIe siècle, d’autres le XIIe) certaines enluminures étaient réalisées à l'aide d’une encre à base de cinabre et de sanguine. Les artistes de l’époque prenaient soin d’isoler cette substance trop réactive aux autres pigments à l’aide de vernis et de la protéger des rayons solaires en posant par dessus des glacis (garance). Des recettes médiévales évoquent l’adjonction de cérumen, car cette cire possède des propriétés fongicides. Le moine Théophile, au XIIe siècle, explique que le mélange à parts égales de soufre et de mercure était disposé dans un contenant en verre fermé avec de l'argile qui était chauffé jusqu’à la formation du pigment. Cennino Cennini, vers 1390, dans son Livre de l’art, mentionne également ce pigment. En 1527, Paracelse prescrit le mercure et son oxyde comme médicament dans des onguents comme remède de la syphilis.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Encyclopédie des minéraux, sous la direction d'Allan Woolle
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. Vitruve, De Architectura, VII
  5. La cire punique (ou cire saponifiée) est une cire d'abeille sans résidus, blanchie sans chlore, associée à de la potasse et de l’eau.
  6. La couleur des premiers timbres de France : le Un franc vermillon, puis les timbres de couleur orange sont issus de telles encres.
  7. http://www.homéopathie.com/traitements/cinnabaris.html
  8. Résumé sommaire traduit de l’anglais, pour l’original consulter S. Mahdhihassan, 1987.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Vandenabeele, S. Bodé, A. Alonso, L. Moens, Raman spectroscopic analysis of the Maya wall peintings in Ek'Balam, Mexico, in, Spectrochimica Acta Part A 61 (2005) 2349-2356.
  • M. Svensson, B. Allard, A. Düker, Formation of HgS-mixing HgO or elemental Hg with S, FeS or FeS₂, in, Sciences of the Environnement 368 (2006) 418-423.
  • M. Svensson, B. Allard, A. Düker, Formation of cinnabar-estimation of favourable conditions in a proposed Swedish repository, in, Journal of Hazardous Materials B136 (2006) 830-836.
  • G. A. Mazzocchin, F. Agnoli, M. Salvadori, Analysis of Roman age Wall painting found in Pordenone, Trieste and Montegrotto, in, Talanta 64 (2004) 732-741.
  • J. S. Waples, K. L. Nagy, G. R. Aiken, J. N. Ryan, Dissolution of cinnabar (HgS) in the presence of natural organic matter, in, doi:10.1016/j.gca.2004.09.029.
  • R. J. Gettens, R. L. Feller, W. T. Chase, Vermilion and Cinnabar, in, Studies in Conservation, Vol. 17, No. 2 (mai 1972), 45-69.
  • S. Mahdihassan, History of cinnabar as drug, the natural substance and the synthetic product, in, Indian Journal of History of Sciences, 22(1): 63-70 (1987).
  • T. Stratoudaki, A. Manousaki, K. Melesanaki, V. Zafiropulos and G. Orial, Study on The discolouration of pigments induced by laser irradiation, in, Rev. Met. Paris, N°9 (septembre 2001), pp.795-801.
  • J. K. McCormack, The darkening of cinnabar in sunlight, in, Mineralium Deposita (2000) 35: 796-798.


  • Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, Livre XXXIII [1] et XXXV: [2]
  • Vitruve, De l'architecture, Livre VII: [3]
  • ScienceDirect : articles diverses sur le cinabre : [4]
  • Musée de minéralogie : [5]
  • mindat.org - the mineral and locality database: [6]
  • The RRUFF™ Database Project : [7]
  • American mineralogist Crystal Structure Database : [8]
  • Und.edu, Mineral Project Pages: de bonnes images : [9]
  • Britannica, 11e édition: [10]
  • Cosmetic science : [11]
  • The Cinnabar (B9) Structure, site du Center for Computational Materials Science, US Navy

Sur les autres projets Wikimedia :