CasaPound

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pound.
Le siège de CasaPound à Rome.

CasaPound est un centre social d’inspiration nationaliste-révolutionnaire et néofasciste[1],[2],[3] né à Rome le 26 décembre 2003 avec l’occupation d’un immeuble sis dans le rione de l'Esquilino. Par extension, le terme recouvre l’ensemble du mouvement politique qui fut à l’origine dudit centre social et lequel, prenant sa place dans le panorama des groupes et mouvements de l’extrême droite italienne, s’est répandu au cours des années suivantes, non seulement dans la capitale, mais aussi sur tout le territoire national, par de nouvelles occupations d’immeuble, mobilisations et initiatives de divers types. En juin 2008, le mouvement a adopté la forme d’une ASBL d’utilité sociale (Associazione di promozione sociale, selon la loi italienne du 7 décembre 2000), en prenant le nom de CasaPound Italia (en abrégé CPI), lequel nom fait référence à l'écrivain américain et propagandiste du fascisme Ezra Pound.

Historique[modifier | modifier le code]

Ezra Pound, le poète américain auquel réfère l'appellation que s'est donnée le mouvement CasaPound.

Selon l'historien suisse Aram Mattioli, le phénomène CasaPound serait à mettre en relation avec le refleurissement de mouvements de la droite radicale que connut l'Italie après 1989, plus particulièrement suite au « dédouanement » de la droite italienne qu'a représenté le premier gouvernement Berlusconi de 1994-1995, lequel en effet admit en son sein le parti néofasciste Movimento Sociale Italiano[4].

Une des caractéristiques du mouvement CPI, selon le sociologue Emanuele Toscano, serait le désir de proposer « une interprétation différente du fascisme visant à surmonter la dichotomie gauche-droite », et de se différencier ainsi des orientations de l'extrême-droite classique[5]. Il convient de relever cependant que le refus d'un positionnement traditionnel a été une position fort répandue dans les décennies antérieures parmi une partie importante des mouvements néofascistes en Italie, tels que le FUAN-Caravella de 1968 et le mouvement Terza Posizione, qui lui succéda et parmi les fondateurs duquel on retrouve Gabriele Adinolfi, devenu ensuite figure tutélaire[6] de CasaPound. D'après l'historien allemand Volker Weiss « CasaPound a réussi à créer un environnement attrayant pour un certain nombre de jeunes, en associant culture pop et néofascisme »[7].

L'appellation que s'est donnée le mouvement fait référence au poète Ezra Pound, plus spécialement à ses Cantos, dans lesquels il s'en prend aux pratiques usuraires, adopta des positions critiques tant à l'égard du capitalisme que du marxisme, et proclame son adhésion à la République sociale italienne de Mussolini de 1943[8]. Si de manière générale, les références politiques des adhérents relèvent de l'idéologie fasciste, le mouvement se revendique plus précisément du manifeste de Vérone, de la charte du Travail, et de la politique économique et de la législation sociale fascistes. L'emblème que le mouvement s'est choisi est une tortue stylisée, à carapace octogonale.

La première occupation d'immeuble à laquelle le mouvement se livra sous la dénomination de CasaPound fut celle à laquelle procéda le 26 décembre 2003 à Rome un groupe de jeunes invoquant le sigle ONC/OSA (Occupations non conformes et Occupations à visée de logement, 'Occupazioni a Scopo Abitativo', en italien) et issus de l'expérience précédente de CasaMontag aux portes de Rome. L'édifice, un ci-devant bâtiment administratif sis au n° 8 de la via Napoleone III, devint aussitôt le siège national du mouvement et de l'association CasaPound Italia. En 2010 y vivaient 23 familles, pour un total de 82 personnes[9],[2].

À partir de 2004, CasaPound commença à avoir une visibilité médiatique, plusieurs de ses adhérents se voyant en effet accorder des interviews et des passages dans des émissions de télévision populaires, telles que Lucignolo (Italia 1 et 2), Le Invasioni Barbariche (LA7), Matrix (Canale 5) et dans une émission spéciale sur la droite radicale romaine diffusée sur les ondes de Current TV Italia.

Dans les deux années qui suivirent, CasaPound multiplia les occupations à Rome[2],[10],[11],[12], à quoi les autorités ripostèrent dans beaucoup de cas par des évacuations forcées[13],[14].

En 2006, CasaPound résolut de s'intégrer dans le parti Movimento Sociale Fiamma Tricolore (litt. Mouvement social Flamme tricolore)[15],[16]. Cette période est marquée par des actions démonstratives, telles que la manifestation contre l'émission de télévision Grande Fratello en 2008 à Rome[17], en même temps que par d'autres occupations d'immeuble[18]. En 2008, en protestation contre l'organisation manquée d'un congrès national, des militants de CasaPound occupèrent le siège central romain de la Fiamma Tricolore, mais en furent expulsés[19].

En juin 2008 fut constituée CasaPound Italia, ASBL d'utilité sociale (associazione di promozione sociale, aux termes de la loi italienne).

À la suite du tremblement de terre de L'Aquila du 6 avril 2009, CasaPound Italia se porta au secours de la zone sinistrée, en y organisant un camp fixe et en gérant plusieurs dépôts de vivres[20],[21], ce qui lui valut des appréciations favorables pour le travail accompli[22]. L'année suivante, le mouvement poursuivit sa collaboration avec la Protection civile dans diverses situations d'urgence[23],[24],[25].

En mai 2011, la ville de Rome, lors d'un conseil municipal, s'attacha à trouver un accord avec le comité propriétaire de l'immeuble occupé de la via Napoleone III[26], ce qui se concrétisa, en suscitant cependant des polémiques, par l'acquisition dudit bâtiment moyennant versement d'une compensation à hauteur de 11,8 millions d'euros[27].

Aux élections municipales (dites élections administratives en Italie) de 2011, CasaPound présenta ses propres candidats sur les listes du PDL et sur des listes civiques dans certaines villes, dont Naples[28], Arezzo[29] et Sienne[30]. Sept personnes proches de CasaPound réussirent ainsi à se faire élire dans les conseils communaux[31],[32].

CasaPound a par ailleurs lancé des initiatives y compris en dehors du territoire italien, dont quelques-unes à caractère humanitaire[33],[34]. Les activités du mouvement ont reçu l'attention de quelques médias étrangers[35],[36],[37].

Lors des élections générales italiennes de 2013, une liste CasaPound Italia obtient 47 692 voix (0,14 %) à la Chambre, avec comme chef de coalition Simone Di Stefano, tandis qu'elle obtient 40 538 voix (0,13 %) au Sénat.

Activités[modifier | modifier le code]

Militants de CasaPound et de l’association de protection civile La Salmandra engagés dans les opérations de secours après le tremblement de terre dans les Abruzzes en 2009.

Dès ses débuts, c'est-à-dire dès l'époque du premier centre social établi à Rome, CasaPound lançait quantité d'initiatives et organisait dans toute l'Italie des rencontres avec diverses personnalités du monde culturel et intellectuel, parmi lesquelles Luca Telese[38], Nicolai Lilin[39], Antonio Pennacchi[40], tous membres de la droite radicale italienne, mais également Gabriele Adinolfi et Giovanni Damiano, la députée du Partito Democratico Paola Concia[41], le sous-secrétaire aux affaires étrangères Stefania Craxi[42], et même l'ancien membre des brigades rouges Valerio Morucci[43].

De façon générale, CPI cultive une forte présence sur le front culturel, en ayant dans son orbite une dizaine de groupes musicaux, tels que le groupe de rock identitaire Zetazeroalfa, véritable groupe musical de référence de CPI, dont le chef de file, Gianluca Iannone, est aussi l'un des fondateurs du mouvement ; une troupe de théâtre, le Teatro non conforme F. T. Marinetti ; une galerie d'art ; et un club de cinéma, Akira, qui entreprend aussi d'organiser des festivals, notamment un festival du court-métrage. CPI se veut également à l'origine d'un courant artistique, le turbodynamisme.

En outre, CPI met sur pied des activités sportives (randonnées, parachutisme, entre autres disciplines)[44],[45],[46] et récréatives, entretient une station de radio (Radiobandieranera, litt. Radio Drapeau noir) et de télévision (Tortugawebtv) sur internet, et publie une revue mensuelle (Occidentale) et une autre trimestrielle (Fare Quadrato).

Sur le plan idéologique, le mouvement possède son laboratoire d'idées, l’Idéodrome, et a élaboré son manifeste de l’extrême-centre-haut.

Principales propositions[modifier | modifier le code]

Prêt social[modifier | modifier le code]

L'une des propositions politiques phare de CasaPound est le Prêt social (en it. Mutuo Sociale), en fait une forme de crédit immobilier sans but lucratif[47]. L'idée est inspirée de la politique économique fasciste[48] (en particulier du point 15 du manifeste de Vérone de 1943 relatif au logement[49],[50]), et s'est concrétisée en un projet de loi élaboré à l'intérieur du circuit des OSA (Occupazioni a Scopo Abitativo), sous la direction de CasaPound, comme réponse au problème de la pénurie de logements, qui, selon les données officielles, concernerait quelque 23 000 familles dans toute l'Italie[51].

La proposition prévoit tout d'abord la création d'organismes publics régionaux (sigle italien IRMS), chargés de faire construire, sur fonds publics exclusivement, des logements « à dimension humaine » (selon le modèle de la « bioarchitecture traditionnelle »), environnés de verdure, et dotés de techniques innovantes en matière de sources d'énergie renouvelables, en utilisant des terrains relevant du domaine public et en mettant à contribution, par voie de concours, non des architectes vedettes onéreux, mais des architectes jeunes et des instituts universitaires d'architecture et d'urbanisme. Il s'agirait ainsi de construire au plus bas coût possible, en ne faisant intervenir dans le prix que le coût des matériaux et celui de la main-d'œuvre. Ensuite, les IRMS, agissant en dehors de toute logique de profit, et sans en passer par les banques, vendraient ces logements au prix de revient (environ 80 000 euros pour 100 m2) à des familles non encore propriétaires d'un logement. Le dispositif de crédit social envisagé prévoit des taux de remboursement du prêt qui excluent la prise d'intérêts, en mensualités qui n'excèdent pas 1/5 des revenus du ménage et qui, en cas de perte d'emploi de l'emprunteur, viendraient à s'interrompre automatiquement, sans remise en cause du titre de propriété. En tout état de cause, le ménage bénéficiaire, qui doit avoir la nationalité italienne et résider dans la région concernée depuis au moins 5 ans, ne doit s'attendre à toucher de la part des IRMS aucune somme d'argent, mais seulement d'entrer en possession d'un logement neuf. Cependant, la propriété d'une maison ou d'un appartement acquis par le moyen du Mutuo sociale reste soumise à certaines contraintes : le logement ne peut être revendu, loué, ou donné en garantie d'un emprunt ou d'une hypothèque, et ne doit être utilisé qu'à des fins d'habitation pour la famille qui en est propriétaire ; le logement, qui par ailleurs n'est pas susceptible de saisie ou de confiscation, est par conséquent économiquement inerte.

Une fois formulée, cette proposition fut confiée aux soins de la Coordination nationale pour le Prêt social (intégré au mouvement OSA/ONC), pour ensuite se muer, à partir de 2008, après la constitution de l'association de promotion sociale CasaPound Italia, en un des combats de pointe du mouvement.

À partir de 2009 ont été approuvés par les conseils municipaux de Rome[52], de Viterbo[53],[54] et de Baschi[55] des ordres du jour engageant lesdites communes à se faire les promoteurs d'une proposition de loi spécifique relative au Prêt social auprès de leurs régions d'appartenance respectives.

En octobre 2011, la région Lazio approuva officiellement la proposition de loi du Mutuo Sociale dans le cadre de son Plan Logement (Piano Casa)[56],[57].

Tempo di Essere Madri[modifier | modifier le code]

Pour faire face à la problématique des mères travailleuses, ou plus généralement à l'ensemble des problèmes de travail en rapport avec la maternité, et au-delà, pour combattre toutes les situations d'injustice sociale liées au monde du travail, en particulier le précariat, un comité institué au sein de CPI s'est appliqué à mettre au point cette autre proposition phare du mouvement, nommée Tempo di essere madri (litt. Temps d'être mères)[58]. Le but de celle-ci est de « garantir à toutes les femmes désireuses de vivre la maternité non comme un fardeau, mais comme un libre choix, la possibilité de ne pas devoir pour autant renoncer à une existence digne et sereine, de travailler dans les meilleures conditions et selon leurs propres capacités, et de vivre et élever leurs propres enfants. » Un ensemble de mesures adaptatives sont proposées, dont la principale est la réduction de la durée journalière de travail de 8 à 6 heures pour les femmes ayant un enfant âgé entre 0 et 6 ans, avec maintien du salaire, garanti à hauteur de 85 % par l'employeur et de 15 % par l' État ; à partir de la sixième année de l'enfant, la mère pourrait choisir de continuer à travailler 6 heures par jour, mais dans ce cas devrait renoncer à la part de 15 % versée auparavant par l'État, et il serait par ailleurs loisible à la femme de décider à tout moment de revenir à un régime à plein-temps. La mesure pourrait s'appliquer également au père, mais non aux deux parents à la fois. Ces dispositions ne seraient pas applicables aux sociétés, quelqu'en soit la forme juridique, employant un nombre de personnes inférieur à 15 ; dans le cas de telles sociétés, les dispositions décrites ne pourraient s'appliquer que moyennant accord entre salariée bénéficiaire et employeur, auquel cas ce dernier se verrait accorder un dégrèvement fiscal de 50 % sur le contrat de travail.

En 2010, des ordres du jour furent approuvés par quelques entités institutionnelles[59],[60] par lesquels celles-ci s'engageaient à soutenir la proposition de loi en question.

Retentissement et ramifications hors d'Italie[modifier | modifier le code]

Entre-temps, la méthode Casapound, consistant en un assemblage hardi d'idées d'extrême-droite et de préoccupations sociales, a aussi fait des adeptes à l’étranger. Les mouvements nationalistes et d'extrême-droite sont de plus en plus nombreux hors d'Italie à se réclamer des néofascistes italiens, notamment, en France, le groupuscule d’extrême-droite MAS (Mouvement d'action sociale), ou Opstaan, active dans l 'agglomération lilloise, dont le chef de file, Édouard Maillet, présente Casapound comme « le cœur de l’altermondialisme de droite, la référence que tout le monde essaie plus ou moins de copier ». Alain Soral, fondateur et animateur de l'association Égalité et Réconciliation, fait régulièrement référence à CasaPound.

Du reste, Casapound a aménagé dans ses locaux des dortoirs pour héberger des militants venus de l'étranger.

Les communiqués de CasaPound sont relayés dans des versions italiennes, anglaises et françaises par le site internet Zentropa, qui fait figure de site de référence dans les milieux fascisants en Europe. En France par exemple, ses communiqués sont abondamment relayés par Novopress. Casapound possède une branche à Paris, l'association Solidarité Identités.

Blocco Studentesco[modifier | modifier le code]

En 2006, le mouvement surgi autour du premier centre social de CPI se dota d'une organisation estudiantine, qui reçut le nom de Blocco Studentesco, soit Bloc estudiantin, en abrégé BS. Celui-ci, d'inspiration également néo-fasciste[61],[62],[63],[64] et présent dans au moins 40 villes italiennes, opère à l'intérieur d'établissements scolaires et des universités. Le symbole choisi est un éclair inscrit dans un cercle. Cette même année 2006, le Bloc fusionna avec CasaPound pour constituer Movimento sociale-Fiamma tricolore.

Présence dans les écoles[modifier | modifier le code]

L'année même de sa fondation, en novembre, BS prit part aux élections scolaires à Rome, suscitant des polémiques en raison de sa caractérisation néo-fasciste[65]. En décembre, il occupa pendant six jours le lycée scientifique Farnesina de Rome[66].

Aux élections estudiantines de 2008, la liste de BS put constater, par rapport à l'année précédente, une augmentation des opinions favorables[67], en particulier à Rome, où la liste eut un élu à la Consultation provinciale des étudiants (Consulta provinciale degli studenti), qui avait été appuyé notamment par l'association d'extrême-droite Azione Studentesca[68]. Cependant, l'Unione degli Studenti, association de gauche, demanda l'annullation des élections, jugeant « illégitimes les listes néo-fascistes »[69], et organisa peu après une contre-consultation[70].

En 2008, les étudiants du Blocco Studentesco s'engagèrent dès le début dans le mouvement de protestation contre le décret Gelmini sur les universités, mais furent accusés le 27 octobre par l'Unione degli Studenti de vouloir monopoliser la contestation, notamment en s'arrogeant de force les premiers rangs des cortèges pour ensuite entonner en chœur le chant fasciste Duce, Duce, Duce[71].

En 2009, Blocco Studentesco obtint aux élections estudiantines d'assez bons résultats dans toute l'Italie, avec une nouvelle fois des pics à Rome, où il recueillit, pour la Consultation provinciale, plus de 11 000 voix, c'est-à-dire 28 % du total, et fut en mesure ainsi d'envoyer au sein des Consultations provinciales une centaine de représentants[72].

Échauffourrées sur la piazza Navona[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 2008, lors du sit-in sur la piazza Navona à Rome, après une première phase de confrontation verbale, les militants du Blocco Studentesco, armés de ceintures, attaquèrent un groupe d'élèves du secondaire[73],[74],[75]. Les étudiants de gauche firent front, et l'on en vient promptement à l'affrontement physique avec, de part et d'autre, le recours à des armes improvisées ou non[76]. La police dispersa les manifestants et procéda à de nombreuses arrestations dans les deux camps[77].

Présence dans les universités[modifier | modifier le code]

En 2008, le Blocco Studentesco étend ses activités vers le milieu universitaire, en proposant un programme semblable à celui des écoles supérieures : défense du caractère public de l'université, amélioration des services, réduction des démarches administratives, augmentation du nombre et des pouvoirs des représentants des étudiants[78]. Dans les années qui suivirent, pour la première fois, le Bloc se présenta aussi aux élections, que ce soit pour les organes d'athénée ou pour ceux nationaux, parvenant à faire élire un sénateur académique à l'université de Tor Vergata[79] ainsi que divers conseillers de faculté à travers toute la péninsule, ne réussissant pas toutefois à envoyer un de ses propres représentants au sein du Conseil national des Étudiants universitaires[80].

En novembre 2010, le Blocco Studentesco contesta quelques-unes des dispositions[81] de la réforme universitaire présentée par le ministre italien de l'Éducation (en) Mariastella Gelmini, en manifestant parfois aux côtés des organisations estudiantines de gauche[82]. Á Rome, plus particulièrement, les étudiants liés au BS occupèrent de nombreux établissements d'enseignement supérieur[83], en prenant la tête de cortèges sous le slogan Étudiants unis contre les coupes et les privatisations[84].

Controverses et critiques[modifier | modifier le code]

Se réclamant explicitement de l'idéologie et de l'histoire du fascisme, CasaPound a fait l'objet de nombreuses critiques et contestations. En particulier, des interrogations visant CasaPound ont été formulées par des parlementaires du Parti démocrate (PD) à propos de sa propagande expressément fasciste[85], de même qu'à propos des activités et des violences de la branche estudiantine du mouvement[86]. Quelques personnalités du monde de la culture, comme l'écrivain Erri De Luca[87], ont signé une pétition contre la présence de CasaPound et de Blocco Studentesco dans les établissements d'enseignement[88]. À chaque ouverture d'un nouveau siège du mouvement dans l'une ou l'autre ville d'Italie, il y eut des protestations nombreuses de la part d'associations (plus particulièrement l'association d'anciens résistants ANPI, Associazione Nazionale Partigiani d'Italia), de partis politiques, de groupes et de comités antifascistes[89],[90].

Ont également suscité la polémique les célébrations et l'usage du nom de certaines personnalités décédées du monde de la culture et de la politique contemporaines, qui de leur vivant n'avaient jamais eu ni aucun contact, ni aucune espèce d'affinité avec les points de vue politiques de l'extrême-droite, ou même seulement de la droite, comme Ernesto Guevara[91],[92],[93], le journaliste et présentateur de radio Peppino Impastato[94],[95], le chanteur Rino Gaetano[96],[97],[98], l'écrivain Antoine de Saint-Exupéry et le militant irlandais Bobby Sands[99].

Toutes ces réappropriations n'ont certes pu se faire sans que d'aucuns en prissent ombrage ; par exemple, l'adoption de la figure d'Ezra Pound comme emblème du mouvement a provoqué l'opposition de la fille du poète américain, Mary de Rachewiltz, qui en a contesté l'opportunité et déploré une distorsion du sens de l'œuvre d'Ezra Pound, parlant ouvertement d'une « appropriation indue » de l’image de son père[100],[101]. De même, lorsque Casapound se proposait en 2001 de rendre hommage à Bobby Sands à l’occasion du vingtième anniversaire de sa mort, l'association chargée de veiller à l'héritage moral de l’indépendantiste irlandais a, dans un communiqué de presse, requis les responsables de CasaPound de cesser d'exploiter à leurs propres fins partisanes le combat des « patriotes irlandais ».

Une autre critique porte sur le confusionnisme idéologique du mouvement, familièrement désigné par l'expression rouge-brun. L'éclectisme dont Casapound se prévaut volontiers, en n'hésitant pas à organiser des conférences sur l’héritage de Che Guevara ou en invitant Valerio Morucci, ancien terroriste des Brigades rouges dont on aurait cru qu'il était l'ennemi juré des fascistes italiens, serait de façade ; il s'agit avant tout de séduire, en particulier les jeunes entre 14 et 20 ans, cible principale de CasaPound, par des appels au non-conformisme, et d'utiliser un discours social pour rabattre des jeunes à sensibilité de gauche vers l'extrême-droite. « Casapound reprend le langage et les symboles de la culture d’extrême gauche pour dérouter les gens », constate un libraire anarchiste italien ; « fascinés par tout ce qui est en marge de l’univers des bien-pensants, ils adhèrent à un fascisme dépolitisé, sans idéologie », explique le politologue Alessandro Campi[102].

Affrontements et épisodes de violence[modifier | modifier le code]

Ces dernières années, CasaPound s'est trouvé plusieurs fois au centre d'incidents violents, soit comme partie instigatrice, soit comme partie lésée.

Nombreuses sont les agressions que des groupes, des partis et des associations de gauche prétendent avoir subies de la part de militants de CasaPound[103],[104],[105],[106],[107],[108].

En 2009, le fondateur et président de l'association, Gianluca Iannone, a été condamné en première instance à quatre ans de détention pour agression sur un carabinier en civil lors d'une rixe survenue le 25 avril 2004[109],[110]. Le 3 novembre 2011, Alberto Palladino, dirigeant de CasaPound Italia du IVe arrondissement de Rome, a été mis en détention suite à l'agression commise contre des membres des Giovani Democratici[111]; le 10 décembre 2011, la cour d'appel de Rome confirme l'ordonnance d'incarcération[112].

À l'inverse, l'association a dénoncé les nombreuses agressions commises contre les militants de CasaPound et de Blocco Studentesco, ainsi que de fréquentes occupations dirigées contre ses propres sièges par des militants de divers groupes d'extrême gauche. Ces épisodes de violence ont fait l'objet d'une question parlementaire, introduite par le sénateur Domenico Gramazio[113], d'une question à réponse écrite de la part du député Francesco Aracri[114] et d'une interpellation parlementaire du député Enzo Raisi[115]. CasaPound Italia a en outre déposé environ 300 plaintes en calomnie et diffamation contre des organes de presse[116].

Lors des manifestations d'octobre 2008 contre la réforme universitaire Gelmini, les jeunes de Blocco Studentesco prirent part aux manifestations et furent impliqués dans les affrontements survenus entre étudiants sur la Piazza Navona, alors que se tenait l'assemblée du sénat le 29 octobre[117]. À ce même épisode se rattache l'irruption de militants de CasaPound Italia dans les studios de la Rai sis via Teulada à Rome dans la nuit du 4 novembre 2008[118], afin de protester contre la vidéo diffusée la veille par Federica Sciarelli lors de son émission Chi l'ha visto?, vidéo montrant des jeunes de Blocco Studentesco en train d'agresser des étudiants lors des manifestations du 29 octobre[119]. Cette irruption dans les studios de la Rai suscita l'attention des médias, la réprobation du monde politique et donna lieu, suite à un dépôt de plainte par la Rai, à une instruction policière[118].

En contrepartie, les sièges et les militants de CasaPound ont été la cible de plusieurs actions terroristes, notamment l'incendie du siège de Bologne[120], l'endommagement du siège de Pistoia avec prise à partie de ses occupants[121],[122], et l'assaut donné au siège de Cuneo[123],[124].

À Naples, à l'occasion de l'occupation d'un ancien couvent par des militants de CasaPound, des épisodes violents se sont prolongés pendant plusieurs jours entre groupements opposés[125],[126],[127]. En 2010, à Naples encore, lors d'une manifestation du 1er mai, un jeune militant de CasaPound fut grièvement blessé d'un coup de couteau au thorax[128]. À l'issue de l'enquête, deux personnes appartenant à l'extrême-gauche furent arrêtées et inculpées pour tentative d'homicide[129],[130].

Le 14 avril 2011, Andrea Antonini, conseiller du XXe arrondissement de Rome et vice-président de CasaPound fut atteint aux jambes par plusieurs coup de feu[131],[132],[133]. Quelques jours plus tard fut interceptée une lettre comminatoire adressée par le Front anti-impérialiste combattant au maire de Rome Gianni Alemanno, et dans laquelle il était fait référence à l'attentat contre Antonini[134].

En juillet 2012, à Viterbo, des membres de Casapound, parmi lesquels le dirigeant Gianluca Iannone lui-même, firent irruption dans le festival culturel Caffeina et prirent violemment à partie le journaliste Filippo Rossi, directeur du journal en ligne Il Futurista, et par ailleurs directeur artistique dudit festival. Les responsables de cette expédition punitive, qui était manifestement partie de Rome, et devait servir de représailles suite aux prises de position de Rossi contre CasaPound, accusaient ensuite le journaliste de diffamation pour le récit qu'il fit de cet incident[135].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicola Antolini Fuori dal cerchio 2010, editore Elliot. ISBN 9788861921405
  2. a, b et c Domenico Di Tullio, Centri sociali di destra. Occupazioni e culture non conformi. 2006, Roma, Castelvecchi. ISBN 88-76-1510-52
  3. Cfr. Alessandro Cosmelli, Marco Mathieu, Oltrenero. Nuovi fascisti italiani. Editore Contrasto; cfr. Nicola Rao, La Fiamma e la Celtica 2006, Roma, Sperling & Kupfer. ISBN 88-20-0419-36
  4. Cfr. Aram Mattioli, "Viva Mussolini". Die Aufwertung des Faschismus im Italien Berlusconis, Ed. Ferdinand Schöningh, Paderborn, 2010, ISBN 978-3-506-76912-1
  5. Daniele di Nunzio e Emanuele Toscano, Dentro e fuori Casapound. Capire il fascismo del Terzo Millennio, Armando Editore, Roma, 2011. ISBN 8860819261
  6. Nicola Rao, La fiamma e la celtica, p.353
  7. BergamoNews
  8. Antonio Maconi, Ezra Pound per il Popolo di Alessandria del 1943/44
  9. Il Tempo - Spettacoli - di MARIO BERNARDI GUARDI Sono fascisti i ragazzi di Casa Pound e del Blocco Studentesco? È da qualche anno che politici, giornalisti, sociologi si pon...
  10. http://www.dweb.repubblica.it/dweb/2006/10/28/attualita/attualita/072rau52272.html
  11. http://cerca.unita.it/data/PDF0113/PDF0113/text6/fork/ref/061087rh.HTM
  12. Parioli, nella casa occupata gli immigrati sventolano il tricolore
  13. Legislatura 14 Atto di Sindacato Ispettivo n° 4-07914
  14. Garbatella.it
  15. Nicola Rao La Fiamma e la Celtica 2006, Roma, Sperling & Kupfer
  16. La storia
  17. Grande Fratello: brivido, article dans Il Sole 24 Ore du 22 janvier 2008
  18. AA. VV. Area 19, Società Editrice Barbarossa, 2008
  19. Blocco Studentesco
  20. La bontà non è sinistra I volontari di destra donano cibo, vestiti e pannolini - Interni - ilGiornale.it
  21. "No ai volontari in camicia nera" - LASTAMPA.it
  22. L'Aquila: faremo i ragazzi di Casapound cittadini onorari - ParvapoliS
  23. MALTEMPO: CASAPOUND ITALIA IN AZIONE PER EMERGENZA ALLUVIONE - AgenParl - Agenzia Parlamentare per l'informazione politica ed economica
  24. Alluvione Veneto, i volontari di CasaPound Italia in azione nel padovano - Adnkronos Cronaca
  25. http://www.controluce.it/italia-politica/alluvione-i-volontari-di-casapound-italia-ad-aulla
  26. [1] su "L'espresso"
  27. [2]"
  28. Municipalita/Iii Stella San Carlo Arena | Napoli Online
  29. http://www.arezzonotizie.com/attualita/dalla-politica/61234-casa-pound-arezzo-nel-buio-la-luce-di-roberto-bardelli
  30. CasaPound plaude all'elezione di Marco Del Dottore in Consiglio Comunale - siena, notizie, elezioni, amministrative, politica, casapound, marco, del dottore, ripopolamento, ri...
  31. Amministrative: CasaPound Italia elegge 7 consiglieri comunali tra Lazio, Abruzzo e Toscana
  32. AMMINISTRATIVE: CASAPOUND, CINQUE CONSIGLIERI ELETTI - AgenParl - Agenzia Parlamentare per l'informazione politica ed economica
  33. (it) « Myanmar, volontari italiani in missione tra i Karen »,‎ 27 septembre 2010 (consulté le 01 juin 2011)
  34. (it) « In campo per le minoranze etniche del Kosovo »,‎ 10 janvier 2011 (consulté le 01 juin 2011)
  35. (de) « Mussolinis Enkel. "Casa Pounds" rechte Jugendzentren in Italien »,‎ 4 mars 2011 (consulté le 01 juin 2011)
  36. (en) « Italian far right get boost amidst country’s economic troubles »,‎ 7 mars 2011 (consulté le 01 juin 2011)
  37. (ru) « Муссолини вместо Берлускони? »,‎ 16 février 2011 (consulté le 01 juin 2011)
  38. “Cuori neri”, il libro di Luca Telese, presentato Casa Pound - Abitare a Roma
  39. Nicolai Lilin: «Andare a CasaPound è un dovere»
  40. Latina 24ore.it - L’epopea di Latina, Pennacchi e De Marchis ospiti a Casapound
  41. http://www.altroquotidiano.it/?p=13651 L'Altro Quotidiano - Diritti dei gay. Paola Concia a CasaPound: «Per molti aspetti più d'accordo con loro che con il Pd»
  42. Casa Pound, i “fascisti del terzo millennio” celebrano Bettino Craxi | Blitz quotidiano
  43. Morucci a Casapound: folla lo applaude, nemici ma senza discriminazione - Italia - l'Unità
  44. La Muvra - Gruppo Escursionistico Montano
  45. http://www.libero-news.it/news/350402/Sport__Taricone__padrino__gruppo_paracadutismo_di_CasaPound.html
  46. Arrivano i 'Diavoli di mare': i sub di CasaPound
  47. Disegno di legge regionale
  48. Francesco Germinario, Destre radicali e nuove destre. Neofascismo, neonazismo e movimenti populisti, in Dizionario dei fascismi. A cura di Pierre Milza, Serge Berstein, Nicola Tranfaglia, Brunello Mantelli, Milano, Bompiani, 2002, pp. 691-94.
  49. Le manifeste de Verone déclare à la p. 15 que le logement constitue un droit, et qu'un Office national du Logement du Peuple serait créé pour donner un logement à chaque travailleur, par la construction de logements neufs ou par la voie du rachat, et en les louant ensuite aux travailleurs, étant entendu qu'une fois payé le logement, celui-ci deviendra la propriété du travailleur (mutuo).
  50. Adriano Scianca, responsable culturel de CP : « Non facciamo altro che applicare un punto del Manifesto di Verona della RSI, esaltato da Pound nei Cantos » (Nous ne faisons rien autre chose qu'appliquer un point du manifeste de Vérone de la République sociale italienne, exaltée par Pound dans ses Cantos), Corriere della Sera, 14 avril 2010
  51. Emergenza Abitativa
  52. TeleFree.iT » Roma » » Il mutuo sociale diventa realtà
  53. http://www.carta.org/campagne/beni+comuni/citt%C3%A0/18604
  54. Viterbo - Viterbo Notizie - Tuscia web - News on Tuscia - Quotidiano on line
  55. Orvietosi
  56. Consiglio Regionale del Lazio - Comunicati - Dettaglio: Consiglio regionale, approvato il nuovo piano casa
  57. Lazio: CasaPound, con mutuo sociale piano casa e' svolta epocale - - liberoquotidiano.it
  58. tempodiesseremadri.org
  59. http://www.libero-news.it/news/330991/Lavoro__Cpi__importante_ok_unanime_da_consiglio_Liguria_a_odg__tempo_di_essere_madri_.html
  60. http://www.libero-news.it/news/231478/LAVORO___TEMPO_DI_ESSERE_MADRI___CAMPIDOGLIO_APPROVA_MOZIONE_ALL_UNANIMITA_.html
  61. Domenico Di Tullio Centri sociali di destra. Occupazioni e culture non conformi. 2010, Roma, Castelvecchi. ISBN 88-7615-105-2
  62. Nicola Antolini Fuori dal cerchio 2010, editore Elliot. ISBN 978-88-6192-140-5
  63. Alessandro Cosmelli, Marco Mathieu, Oltrenero. Nuovi fascisti italiani. Editore Contrasto
  64. Ugo D'Esposito, « Caro libri: Protesta del Blocco Studentesco a Milano e in altre 40 città italiane »,‎ 24 septembre 2009 (consulté le 24-3-2010)
  65. « Elezioni della Consulta provinciale Blocco studentesco: nostro successo »,‎ 25 novembre 2009 (consulté le 24-3-2010)
  66. « Liceo Farnesina, stop all'occupazione »,‎ 12 décembre 2006 (consulté le 24-3-2010)
  67. DireGiovani.it "Avanza la destra nelle scuole italiane"
  68. Iniziativa.Info Studenti, la destra avanza alla Consulta di Roma
  69. DireGiovani.it Scuola. Studenti inviano a Fioroni dossier su liste neofasciste
  70. Ecn.Org Roma: gli studenti antifascisti disertano la Consulta Provinciale
  71. Corriere della Sera Roma, migliaia di studenti in piazza ma il corteo si "spacca"
  72. Elezioni della Consulta provinciale Blocco studentesco: nostro successo
  73. La testimonianza diretta di Curzio Maltese su Repubblica TV
  74. La Repubblica Estremisti caricano gli studenti a Roma la protesta diventa caos
  75. La Repubblica Dichiarazioni del sottosegretario all'Interno Francesco Nitto Palma
  76. Corriere della Sera Roma, in piazza Navona si fronteggiano studenti di destra e sinistra: due arresti
  77. Scontri a piazza Navona indagati 37 studenti - Repubblica.it » Ricerca
  78. Blocco Studentesco> Università
  79. BS Università: Tor Vergata, Mancini eletto senatore, collettivi fuori
  80. http://www.istruzione.it/alfresco/d/d/workspace/SpacesStore/435fb205-9ca2-4448-8953-daf6d76af115/Risultati%20elezioni%20cnsu%202010%20-%20studenti.pdf
  81. Università: Blocco Studentesco, Ddl Gelmini non è 'Male Assoluto' ma restiamo contro intromissione privati
  82. Università, la protesta continua. Occupato il rettorato di Tor Vergata - Corriere Roma
  83. [http://www.adnkronos.com/IGN/Regioni/Lazio/?id=3.1.1335536587 Scuola, ancora occupazioni a Roma
  84. Cortei, occupazioni e blocchi ancora proteste studentesche - Roma - Repubblica.it
  85. La sénatrice Soliani demandait “quelles initiatives le gouvernement entend prendre pour empêcher la diffusion d'une propagande d'inspiration clairement néofasciste, contraire à nos valeurs constitutionnelles communes” dans http://montanara-parma.blogautore.repubblica.it/2009/12/29/soliani-pd-casa-pound-associazione-neofascista-va-contro-costituzione/
  86. http://www.giuseppeberretta.it/documenti/interr_univ_casapound.doc
  87. « CasaPound, "Il rione si ribelli e mandi via quei ragazzi" »,‎ septembre 2009
  88. Atenei, "No alle liste neofasciste" Appello e assemblee a Roma - Repubblica.it
  89. Aggiornamento Adesioni Appello Contro L'Apertura Di Casapound A Quarto Oggiaro
  90. Comunicato stampa SEL – Apertura sede Casapound | Sinistra Ecologia Libertà
  91. L'«altro» Che Guevara: da mito della sinistra a guerrigliero dell'ultradestra - Roma - ilGiornale.it
  92. ROMA: da Casapound revisionismo becero su simboli storici della sinistra! :: FGCI :: Federazione Giovanile Comunisti Italiani
  93. Casa Pound Salerno: convegno sul «Che» Militanti di sinistra pronti al boicottaggio - Corriere del Mezzogiorno
  94. http://www.livesicilia.it/wp-content/uploads/casapoundpeppino.jpg
  95. Mafia, Sicilia: Casapound, “Omaggiare Impastato Giusto E Doveroso” | Irispress
  96. « Casa Pound, giù le mani da Gaetano »,‎ 2010
  97. Musica: Casapound Celebra Rino Gaetano Con Migliaia Di Manifesti In Tutta Italia - Adnkronos Spettacolo
  98. Cantiere contro Casa Pound Gaetano non era di destra - Repubblica.it » Ricerca
  99. Bobby Sands Cyder. Casapound Italia “Non Ha Il Diritto Di Usare Bobby Sands” | The Five Demands
  100. « Giù le mani da mio padre Ezra Pound »,‎ 2010
  101. La Repubblica, 24 novembre 2011
  102. Cités dans un reportage de Myriam Lemétayer.
  103. "agressione fascista a Bari vecchia" Un ragazzo colpito con un pugno al volto - Bari - Repubblica.it
  104. "Aggrediti dai militanti di CasaPound" Tensioni e tafferugli durante il corteo - Roma - Repubblica.it
  105. «Mi ha picchiato uno con le basette» - Corriere del Mezzogiorno
  106. Ostia, la denuncia dei collettivi: "Una nuova agressione di Casa Pound" - Roma - Repubblica.it
  107. Fascismo, birra e coltelli a molletta Chi sono i nazi delle svastiche a Lettere - Corriere del Mezzogiorno
  108. http://roma.repubblica.it/cronaca/2012/06/07/news/ciampino_maxi-rissa_a_un_concerto_i_testimoni_aggrediti_dai_fascisti-36721618/
  109. Predappio: picchiò carabiniere, condannato leader della destra radicale
  110. Il Resto Del Carlino - Forlì - Rissa tra guardie e fedeli del duce, quattro anni a Gianluca Iannone
  111. agressione a Prati Fiscali arrestato 'Zippo' di CasaPound - Roma - Repubblica.it
  112. Montesacro, agressione militante Pd Conferma arresti per Palladino - Corriere Roma
  113. Legislatura 16 Atto di Sindacato Ispettivo n° 4-01653
  114. 4/04776 : CAMERA - ITER ATTO
  115. Camera.it - Lavori - Resoconti Assemblea - Allegato
  116. http://banchedati.camera.it/sindacatoispettivo_16...
  117. L'identikit di Blocco Studentesco e la «rivoluzione dei liberi pensieri» - Corriere della Sera
  118. a et b Casa Pound, blitz in Rai . Assalto a «Chi l' ha visto?» Petruccioli chiama Maroni
  119. Casa pound irrompe in Rai, minacce contro Chi l’ha visto, Notizie cronaca, Ultime Notizie
  120. Attacco incendiario a Casapound - Corriere di Bologna
  121. Raid nella sede di Casa Poundcon spranghe e catene - FOTO - Cronaca - il Tirreno
  122. Regione Toscana: agressIONE CASA POUND PISTOIA, CONDANNATI 5 ESPONENTI CARC
  123. Scontri per inaugurazione di CasaPound Italia nel centro di Cuneo, un ferito - Adnkronos Piemonte
  124. Cuneo, si inaugura Casa Pound Proteste e scontri: due feriti- LASTAMPA.it
  125. Studente pestato: indagato il leader di Casapound Napoli
  126. Napoli - Aggredito responsabile di CasaPound | www.informa-azione.info
  127. Scontri Casapound-Rete antifascista Sei ragazzi feriti, tre in ospedale | Napoli la Repubblica.it
  128. Accoltellato un giovane di destra CasaPound: vogliono il morto - Corriere del Mezzogiorno
  129. Irene de Arcangelis, Tentato omicidio, arrestati due pacifisti, articolo su La Repubblica del 28 luglio 2010.
  130. Militante Casapound accoltellato la Digos compie due arresti - Napoli - Repubblica.it
  131. Consigliere municipale gambizzato, due spari da un motorino - Corriere Roma
  132. Il consigliere gambizzato - Interni - ilGiornale.it
  133. Consigliere di CasaPound gambizzato si indaga sulla pista della faida interna - Roma - Repubblica.it
  134. [3]
  135. agressione di Casapound al Festival di Viterbo

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aa. Vv., Area 19. Avanguardia del manrovescio, Milano, Seb, 2008.
  • Gabriele Adinolfi, Quel domani che ci appartenne. Passato, presente e futuro in camicia nera, Milan, Seb, 2005.
  • Nicola Antolini, Fuori dal cerchio. Viaggio nella destra radicale italiana, Rome, Elliot, 2010. ISBN 978-88-619-2140-5.
  • Stefano Bartolini, Fascismo e neofascismo. I "nipoti del Duce" tra eredità, novità, persistenze e sviluppi all'alba del nuovo secolo, in "QF: Quaderni di Farestoria. Periodico dell'Istituto Storico Provinciale della Resistenza di Pistoia", anno X, N° 2-3, mai-décembre 2008.
  • Giorgio Bocca, Annus horribilis, Milano, Feltrinelli, 2010. ISBN 978-88-07-17182-6.
  • Guido Caldiron, La destra sociale da Salò a Tremonti, Rome, Manifestolibri, 2009. ISBN 978-88-7285-470-9.
  • Claudio Cerasa, La presa di Roma, Milano, BUR Rizzoli, 2009. ISBN 978-88-17-03452-4.
  • Alessandro Cosmelli e Marco Mathieu, Oltrenero, Contrasto, 2009. ISBN 978-88-6965-187-8.
  • Daniele Di Nunzio e Emanuele Toscano, Dentro e fuori Casapound. Capire il fascismo del Terzo Millennio, Rome, Armando Editore, 2011. ISBN 978-88-6081-926-0.
  • Daniele Di Nunzio e Emanuele Toscano, Can We Still Speak about Extreme Right Movements? CasaPound in Italy between Community and Subjectivation Drives, exposé présenté au XVIIe Congrès mondial de l’International Sociological Association, Göteborg, 2011
  • Domenico Di Tullio, Centri sociali di destra. Occupazioni e culture non conformi, Rome, Castelvecchi, 2006. ISBN 88-7615-105-2.
  • Domenico Di Tullio, Nessun Dolore. Una storia di CasaPound, Milano, Rizzoli, 2010. ISBN 978-88-17-03518-7.
  • Francesco Germinario, Destre radicali e nuove destre. Neofascismo, neonazismo e movimenti populisti, in Dizionario dei fascismi, sous la dir. de Pierre Milza, Serge Berstein, Nicola Tranfaglia, Brunello Mantelli, Milano, Dizionari Bompiani, 2002, pp. 691-694. ISBN 88-452-5067-9; 2005. ISBN 88-452-3485-1.
  • Francesco Germinario, Estranei alla democrazia. Negazionismo e antisemitismo nella destra radicale italiana, Pisa, BFS, 2001. ISBN 88-86389-57-4.
  • (de) Aram Mattioli, "Viva Mussolini!" Die Aufwertung des Faschismus im Italien Berlusconis, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2010. ISBN 978-3-506-76912-1.
  • Angelo Mellone, Dì qualcosa di destra. Da Caterina va in città a Paolo Di Canio, Venise, Marsilio, 2006. ISBN 88-317-8987-2.
  • Nicola Rao, La Fiamma e la Celtica, Milano, Sperling & Kupfer, 2006. ISBN 88-200-4193-6.
  • Adriano Scianca, Riprendersi tutto. Le parole di CasaPound: 40 concetti per una rivoluzione in atto, Milan, Seb, 2011.
  • Ugo Maria Tassinari, I colori del nero, Immaginopoli, 2005. ISBN 8000446400008
  • Nicola Antolini, Fuori dal cerchio 2010, editore Elliot. ISBN 978-88-6192-140-5
  • Alessandro Cosmelli, Marco Mathieu, Oltrenero. Nuovi fascisti italiani, 2010, Editore Contrasto. ISBN 978-88-6965-187-8
  • Domenico Di Tullio, Centri sociali di destra. Occupazioni e culture non conformi. 2006, Rome, Castelvecchi. ISBN 88-7615-105-2
  • Domenico Di Tullio, Nessun Dolore - Una storia di CasaPound, Rizzoli, 2010. ISBN 8817035181
  • (en) Cinzia Padovani, The Extreme Right and Its Media in Italy, dans « International Journal of Communication », 2, 2008.

Liens et références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]