Charte du travail (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Charte du travail italienne ou Carta del Lavoro de 1927 est l'un des principaux textes législatifs de Mussolini, qui se donne pour but de moderniser l'économie italienne.

La charte fut élaborée principalement par le secrétaire d'État aux Entreprises, Giuseppe Bottai, puis promulguée par le Grand Conseil du fascisme et publiée dans le journal el Lavoro d'Italia le 23 avril 1927. Elle est caractéristique de la politique économique fasciste, marquée par le corporatisme, vu comme une troisième voie entre le collectivisme marxiste d'une part et le libéralisme et le capitalisme d'autre part.

La Charte déclare que les entreprises privées sont les plus efficaces - ce qui permet à Mussolini de continuer à recevoir le soutien des riches industriels, qui firent partie des premiers partisans du régime. Ainsi, l'article 7 déclare que :

« L'État corporatif considère l'initiative privée, dans le domaine de la production, comme l'instrument le plus efficace et le plus utile aux intérêts nationaux. »

La Charte insiste également sur le fait que l'intervention de l'État n'est légitime que lorsque le secteur privé est déficient. L'article 9 indique que :

« L'intervention de l'État dans la production économique ne peut avoir de raison que lorsque l'initiative privée est absente ou insuffisante, ou lorsque est en jeu l'intérêt politique de l'État. Cette intervention peut prendre la forme de contrôle, de stimulant ou de gestion directe. »

Pour régler les conflits est créé un Tribunal du travail (article 5). Mais les travailleurs ne choisissent pas leurs représentants, nommés par l'État.

Voir aussi[modifier | modifier le code]