Bobby (film, 2006)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bobby.

Bobby

Réalisation Emilio Estevez
Scénario Emilio Estevez
Sociétés de production The Weinstein Company
Bold Films
Bobby
Holly Wiersma Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 2006
Durée 120 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Bobby est un film choral américain réalisé par Emilio Estevez, sorti en 2006.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Début juin 1968. La Californie s’apprête à désigner son candidat démocrate pour les prochaines élections présidentielles. Robert « Bobby » Kennedy, le frère de JFK, est le favori de beaucoup d'Américains. À l'hôtel Ambassador de Los Angeles, c'est l'effervescence. En effet, le sénateur Kennedy y est attendu dans la soirée pour un discours. Tout le personnel de l'hôtel se prépare pour cet évènement, du directeur au simple cuisinier latino en passant par le chef de la sécurité ou la coiffeuse. De nombreux supporters et collaborateurs sont également présents...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (VF) sur Doublagissimo[2] et Version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[3].

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Le film est une idée de longue date d'Emilio Estévez. Lorsqu'il était enfant, il avait été très marqué par l'assassinat de Bobby Kennedy, car son père Martin Sheen en était un fervent supporter. Il avait même visité l'Hôtel Ambassador où a eu lieu le meurtre. Des années plus tard, lors d'une séance photo dans ce même hôtel, Estévez se remémore toute cette période de sa vie et décide d'écrire un film. Il décide très tôt une approche différente des nombreux documentaires ou livres qui traitaient du même sujet. Il décide de se concentrer sur l’impact de cet assassinat sur la vie de personnes indirectement impliquées[4]. En pleine « crise » dans sa carrière d'acteur, Emilio Estévez peine à développer son scénario, mais est poussé par des proches, notamment son frère Charlie Sheen[5]. Il s'installe alors dans un petit hôtel. Il y rencontre une employée ayant vécu directement l'évènement car elle était à l'époque à l'hôtel pour soutenir Kennedy. Elle lui raconte qu'elle devait épouser un jeune homme pour qu'il ne parte pas faire la Guerre du Viêt Nam[4]. Ce témoignage l'inspirera pour certains de ces personnages.

Le scénario est achevé une semaine avant les attentats du 11 septembre 2001[4]. Après l'avoir mis de côté quelques mois, il le montre à ses proches, qui sont enthousiastes. Mais Emilio Estévez se heurte à certains préjugés.

« Le script était d'une ampleur inhabituelle, le résultat final se jouerait à la fois sur la qualité de l'interprétation et de la mise en scène. Or je n'avais jamais travaillé à une telle échelle, et l'on se demandait si je serais à la hauteur[4]. »

— Emilio Estévez

Mais le réalisateur parvient à convaincre certains producteurs, des années après avoir débuté l'écriture du scénario.

Casting[modifier | modifier le code]

Au départ du projet, Anthony Hopkins et Demi Moore étaient déjà intéressés[4]. Cette dernière a d'ailleurs été en couple avec Estévez au début des années 1980. Une fois le projet réellement lancé, Hopkins est le premier à signer, séduit par le scénario, mais également par le souvenir de cette période :

« J'étais au maquillage, dans un studio de Londres, lorsqu'on m'apprit son assassinat. Je me suis dit que le monde était devenu fou. En l'espace de quelques années, on avait tué JFK, Malcolm X, Martin Luther King, et maintenant Robert Kennedy. J'ai eu le sentiment que tout fichait le camp. C'était hélas vrai[4]. »

— Anthony Hopkins

Après la signature d'Anthony Hopkins, de nombreux acteurs comme William H. Macy et Sharon Stone sont attirés par le projet. Ami de longue date d'Emilio Estévez, Laurence Fishburne est d'emblée séduit par le script et accepte sans hésiter[4]. Emilio Estévez offre également un rôle à son père Martin Sheen, qui joue le mari de Helen Hunt.

Le chanteur-acteur Harry Belafonte avait collaboré avec Bobby Kennedy avant de jouer dans ce film.

« J'avais travaillé pour lui et l'avais côtoyé durant pas mal de temps. Cette nuit du 4 juin a changé à jamais le cours de l'Histoire, pas seulement pour notre pays, mais pour le monde entier[4]. »

— Harry Belafonte

Tournage[modifier | modifier le code]

Emilio Estévez voulait tourner le film dans les lieux réels de l'assassinat, à savoir l'Hôtel Ambassador de Los Angeles. Mais en 2005, en raison de la vétusté des lieux, le bâtiment doit être totalement détruit. La production du film parvient cependant à obtenir une semaine pour filmer des plans du bâtiment, avant la destruction, et pour faire des croquis détaillés[4]. La production achète ensuite aux enchères certains mobiliers et accessoires de l'hôtel pour le tournage en studio. La décoratrice Patti Podesta s'inspire également de films tournés à l'Ambassador, comme Le Lauréat sorti en 1967[4].

Réception[modifier | modifier le code]

À sa sortie, le film reçoit des critiques partagées, avec notamment 46 % sur Rotten Tomatoes[6] et 54 % sur Metacritic[7].

Bande originale[modifier | modifier le code]

La bande originale a été composée par Mark Isham, dont le générique de fin "Never Gonna Break My Faith" écrit par Bryan Adams et interprété par Aretha Franklin, Mary J. Blige et la chorale the Boys Choir of Harlem. L'actrice Demi Moore reprend quant à elle le tube "Louie Louie" de Richard Berry. Le reste de la B.O. comprend principalement des chansons célèbres des années 60 de Stevie Wonder, Marvin Gaye, The Miracles ou encore Simon et Garfunkel

Liste des titres
  1. Discours de RFK - A Generous And Compassionate Country[8]
  2. Aretha Franklin & Mary J. Blige feat. Harlem Boys Choir : Never Gonna Break My Faith
  3. Smokey Robinson & The Miracles : Tracks Of My Tears
  4. The Supremes : Come See About Me
  5. Shorty Long : Function At The Junction
  6. Hugh Masekela : Grazing In The Grass
  7. Stevie Wonder : I Was Made To Love Her
  8. The Moody Blues : Tuesday Afternoon (Forever Afternoon)
  9. Los Bravos : Black Is Black
  10. Marvin Gaye : Ain't That Peculiar
  11. Aretha Franklin : Baby, I Love You
  12. Demi Moore : Louie Louie
  13. Mark Isham : No One Left But Bobby
  14. Simon & Garfunkel : The Sound of Silence
  15. Mark Isham : The Mindless Menace Of Violence

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source[9]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays Box-office Nbre de sem. Classement TLT[10] Date
Box-office mondial 19 560 892 $[1] - - au 25 mai 2007
Box-office Drapeau des États-Unis États-Unis/Drapeau du Canada Canada 11 205 901 $ 11 2 987e au 25 mai 2007
Box-office Drapeau de la France France 119 105 entrées 2 - au 6 février 2007
Box-office Paris 69 651 entrées 2 - au 6 février 2007
Box-office Drapeau de la Suisse Suisse 7 806 entrées 3 - au 6 février 2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) http://boxofficemojo.com/movies/?id=bobby.htm
  2. « Fiche du doublage français du film » sur Doublagissimo, consulté le 17 novembre 2012
  3. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage.qc.ca, consulté le 26 novembre 2014
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Notes de production - Comme au cinéma.com
  5. Secrets de tournage - AlloCiné
  6. (en) http://www.rottentomatoes.com/m/1162559-bobby/
  7. (en) [1]
  8. a et b Bande originale de Bobby - Miomusik.com
  9. (en) Distinctions - Internet Movie Database
  10. Tous les temps - All Time

Liens externes[modifier | modifier le code]