Black or White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Black or White

Single de Michael Jackson
extrait de l'album Dangerous
Face B Black or White (Instrumental)
Smooth Criminal (Maxi CD)
Sortie 11 novembre 1991
Enregistré 1989 – 1991
Durée 3:22 (version single)
4:16 (version album)
Genre Pop rock[1],[2], dance pop[3], hard rock[4], rap[5]
Format 45 tours
33 tours
CD
Auteur Michael Jackson
Bill Bottrell (paroles rap)
Compositeur Michael Jackson
Producteur Michael Jackson
Bill Bottrell
Label Epic Records
Classement n°1 Billboard Hot 100 (États-Unis)
n°1 UK Singles Chart (Royaume-Uni)
n°1 Top 50 (France)
n°1 Swiss Singles Chart (Suisse)

Singles de Michael Jackson

Pistes de Dangerous

Black or White est le premier single extrait de l'album Dangerous de Michael Jackson. Sorti officiellement le 11 novembre 1991, quelques jours avant l'album, le morceau, un mélange de pop rock, de dance pop, de hard rock et de rap, est considéré comme un des plus grands succès populaires des années 1990 ainsi que l'un des plus grands succès dans la carrière de Michael Jackson[6].

La chanson a atteint la 1re position aux États-Unis, au Royaume-Uni ainsi que dans 18 autres pays dont la France et la Suisse[7].

Le clip-vidéo diffusé pour la première fois le 14 novembre 1991 a été sujet à plusieurs critiques qui ont néanmoins participé au succès de la chanson. Celle-ci se retrouvera d'ailleurs au programme du Dangerous World Tour ainsi que du HIStory World Tour. La chanson était également planifiée au programme de la tournée This Is It.

Contexte, conception et sortie[modifier | modifier le code]

Première chanson extraite de l'album Dangerous, elle marque une nouvelle étape dans la carrière musicale de Michael Jackson. Il entame cette nouvelle période en faisant d'entrée le point sur les suppositions qui l'apaisent : « Qu'est ce que ça peut bien faire d'être noir ou blanc ».

Écrite, composée et arrangée par Michael Jackson avec des paroles de rap de Bill Bottrell, la chanson met en avant la mixité sociale et ethnique. L'introduction et le solo principal de la chanson sont effectués par le guitariste Slash et Bill Bottrell[8]. Bien que la renommée de Slash laisse apparaître sur la chanson une excellente prestation solo, le magazine Rolling Stone prétendra néanmoins dans sa critique sur l'album que celui-ci n'atteint pas le catharsis d'Eddie Van Halen dans sa prestation solo sur Beat It[9].

La promotion de la chanson a commencé par une diffusion radio le premier week-end de novembre 1991 à New York et Los Angeles[8],[10]. La sortie officielle du single s'est faite une semaine plus tard, le 11 novembre 1991[10].

Pour préparer l'audience à l'occasion de la première diffusion télévisée du clip Black or White le 14 novembre 1991, Epic Records a diffusé la chanson deux jours avant sur les principales stations de radio aux États-Unis[11]. En vingt-quatre heures, Black or White a été ajoutée à la « playlist » de 96 % des 237 stations de radio classées au Top 40 aux États-Unis[10],[11].

Crédits[modifier | modifier le code]

  • Tambours : Bryan Loren
  • Percussions : Brad Buxer, Bill Bottrell
  • Basses : Bryan Loren, Terry Jackson
  • Claviers : Brad Buxer, John Barnes, Jason Martz
  • Guitare : Bill Bottrell et Slash
  • Guitare heavy metal : Tim Pierce

Réception[modifier | modifier le code]

À sa sortie, Black or White, atteint la 35e position au Billboard Hot 100[12]. Une semaine plus tard, la chanson grimpe à la 3e place pour finalement se retrouver en tête du classement dès la troisième semaine, le 7 décembre 1991, ce qui en fait la plus rapide ascension au classement depuis "Get Back" des Beatles qui avait également atteint le sommet du classement en seulement trois semaines en 1969[12],[13]. Black or White restera par la suite 7 semaines consécutives en tête du classement faisant de Michael Jackson le premier artiste à obtenir des hits populaires classés numéro 1 dans les années 1970, 1980 et 1990[13].

Le single a également eu un très bon accueil au Royaume-Uni, où il est devenu le deuxième single d'un Américain à s'octroyer la première place du classement des singles. Seul It's Now or Never d'Elvis Presley en avait fait de même en 1960[12].

En France, cette chanson a la particularité d'être le premier numéro 1 qu'obtient Michael Jackson au classement officiel des meilleures ventes de singles. Il reste en tête pendant deux semaines[7].

Au total, Black or White est parvenue en tête des classements musicaux dans de nombreux pays parmi lesquels le Mexique, Cuba, le Zimbabwe, le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Belgique, le Danemark, la Finlande, Israël, la Turquie, l'Italie, la Norvège, l'Espagne, la Suède, la Suisse ainsi que dans l'Eurochart Hot 100. En Allemagne et en Autriche, le titre se classe en 2e position derrière Let's Talk About Sex de Salt-n-Pepa et aux Pays-Bas, le titre est classé 3e[12],[13].

Avec plus d'un million de copies vendues aux États-Unis, le single a été certifié disque de platine[13].

Le clip[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

La vidéo originale commence dans une banlieue américaine avec l'acteur Macaulay Culkin jouant le rôle d'un jeune fan de Michael Jackson et dont le père lui ordonne d'éteindre la musique qu'il écoute. Mais au lieu de faire cela, le personnage de Macaulay Culkin décide d'amener des enceintes géantes dans son salon en mettant le son à fond, ce qui envoie le père sur son fauteuil à travers le toit ! Le père atterrit en plein milieu d'une savane africaine. La musique de Black or White démarre alors, et Michael Jackson amène les téléspectateurs dans un voyage autour du monde, de pays en pays et de culture en culture. À la fin de la chanson, le clip présente une séquence de morphing de visages de personnes de sexes, d'origines et de couleurs différentes (parmi ces personnes figure le mannequin Tyra Banks) pour symboliser l'unité des êtres humains. On voit juste après le morphing des visages une panthère qui se déplace hors du studio. C'est en fait Michael Jackson (là encore il y a une scène de morphing) qui va danser et se déchaîner dans une rue pendant 5 minutes environ, sans musique. Puis il redevient une panthère et s'en va. À la fin du clip on peut voir Bart Simpson regardant le clip et Homer qui intervient pour interrompre le poste de télévision. Cette séquence est un clin d'œil à la série Les Simpson pour laquelle Michael Jackson s'était vu dédier un épisode diffusé pour la première fois le 19 septembre 1991.

Réalisation[modifier | modifier le code]

Le clip de Black or White a été réalisé par John Landis en 1991. Il avait déjà réalisé le légendaire clip de la chanson Thriller en 1982. Avec un budget estimé à 1,5 million de dollars américains, il fait partie des clips les plus chers de l'histoire[14].

On retrouve, autour de Michael Jackson, Macaulay Culkin (le jeune garçon), Peggy Lipton et George Wendt (le père) ou Tyra Banks.

Bien que Black Or White n'ait pas été le premier clip vidéo à utiliser le morphage (le groupe Godley & Creme en ayant déjà utilisé une forme moins avancée pour la vidéo de leur chanson Cry en 1985), il a été le premier à exposer de manière massive cet effet spécial aux yeux du public, et a donc surpris beaucoup de monde. L'effet a été utilisé sur des personnes de différentes origines (Noir, Asiatique, Latino, Blanc...) afin de mettre en évidence la mixité sociale. Grâce à Black or White, ainsi qu'avec le développement de la puissance des ordinateurs, le morphage est devenu par la suite quelque chose de très courant dans les clips vidéos d'aujourd'hui.

Il existe une version courte d'une durée de 6 minutes et une version longue de 11 minutes, une version qui a d'ailleurs fait couler beaucoup d'encre pour la fameuse scène de la panthère : beaucoup ont trouvé cette scène très violente (la panthère se transforme en Michael Jackson et il se met alors à briser les vitres d'une voiture et de magasins où sont inscrites une croix gammée ou « nigger go home ») ; cette scène bien que violente met en avant la colère du chanteur contre le racisme et l'antisémitisme. Cette version longue n'a plus été diffusée à la télévision, mais on la retrouve sur le DVD des clips de Michael Jackson.

Diffusion et critiques[modifier | modifier le code]

Le clip de Black or White fut diffusé pour la première fois le 14 novembre 1991 dans 27 pays simultanément avec un taux d'audience record de plus de 500 millions de téléspectateurs[15].

Contrairement aux attentes, la première diffusion du clip déclenche une polémique dans les médias pour deux raisons principales. Tout d'abord, à la fin du clip, le chanteur se tient sur le toit d’une voiture et effectue une chorégraphie qualifiée par la presse de « danse masturbatoire ». Dans la scène, il laisse entrevoir un sous-vêtement blanc au travers d'une braguette avant de la refermer. Ensuite, dans cette même séquence, il casse violemment plusieurs objets, notamment les fenêtres de la voiture, le pare-brise ainsi que plusieurs vitrines et enseignes.

Suite aux critiques, Michael expliquera que dans ladite scène il souhaitait véhiculer un message contre le racisme en détruisant des objets sur lesquels figuraient des symboles xénophobes comme des croix gammées, des tags du KKK, etc. Par la suite la star s'excusera de sa maladresse et une version modifiée du clip sera dès lors diffusée. Dans un communiqué il déclare alors : « Ça me bouleverse de penser que Black or White pourrait amener un adulte ou un enfant à adopter un comportement destructeur, sexuel ou violent. J’ai toujours essayé de jouer un rôle de modèle. Je regrette profondément toute conséquence néfaste qu’a pu avoir la partie finale du clip sur les enfants, les parents ou les téléspectateurs ».

Pendant plusieurs années, les quatre dernières minutes du clip ont seulement été rediffusées aux États-Unis sur la chaîne MTV 2 entre une heure et quatre heures du matin dans une émission spéciale sans censure « Les clips vidéos les plus controversés ». La version intégrale modifiée du clip reste disponible sur les DVDs de Michael Jackson. Aujourd'hui, le clip entier est diffusé lors des émissions spéciales consacrées à l'artiste (tel que le Week-End Michael Jackson sur VH-1 ou Virgin 17).

Interprétation en tournée[modifier | modifier le code]

Black or White a été interprétée par Michael Jackson lors des tournées Dangerous et History. La chanson était planifiée au programme de la tournée This Is It.

Pistes[modifier | modifier le code]

CD-Single[modifier | modifier le code]

  1. Black or White — 3:22
  2. Black or White (Instrumental) — 3:22

7 Single[modifier | modifier le code]

  1. Black or White — 3:22
  2. Black or White (Instrumental) — 3:22

CD-Maxi[modifier | modifier le code]

  1. Black or White (Version single) — 3:22
  2. Black or White (Instrumental) — 3:22
  3. Smooth Criminal (Version album) — 4:16

Black or White: The Remixes[modifier | modifier le code]

  1. The Clivillés & Cole House/Club Mix — 7:35
  2. The Clivillés & Cole House/Dub Mix — 6:33
  3. The Underground Club Mix — 7:29
  4. House With Guitar Radio Mix — 3:52
  5. Tribal Beats — 3:37

12 Maxi[modifier | modifier le code]

  1. Black or White — 3:22
  2. Bad — 4:06
  3. Black or White (Instrumental) — 3:22
  4. Thriller — 5:57

Single Visionary[modifier | modifier le code]

CD
  1. Black or White (Version single) — 3:22
  2. Black or White (Clivillés & Cole House Guitar Radio Mix) — 3:50
DVD
  1. Black or White (Clip) — 11:00

Classements[modifier | modifier le code]

Classements hebdomadaires[modifier | modifier le code]

Classement (1991-1992) Meilleure
position
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Media Control AG)[16] 2
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA)[17] 1
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[18] 2
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Ultratop 50)[19] 1
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre VRT Top 30)[20] 1
Drapeau du Canada Canada (10 Dance)[21] 1
Drapeau du Canada Canada (100 Hit Tracks)[22] 1
Drapeau du Canada Canada (Adult Contemporary)[23] 3
Drapeau de Cuba Cuba[24] 1
Drapeau du Danemark Danemark (Tracklisten)[24] 1
Drapeau de l'Espagne Espagne (AFYVE)[25] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Hot 100)[26] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Adult Contemporary)[26] 23
Drapeau des États-Unis États-Unis (Cash Box)[27] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Hot Dance Club Play)[26] 2
Drapeau des États-Unis États-Unis (Hot Dance Music/Maxi-Singles Sales)[26] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Hot R&B/Hip-Hop Singles)[26] 3
Drapeau de l’Union européenne Europe (Eurochart Hot 100)[24] 1
Drapeau de la Finlande Finlande (Suomen virallinen lista)[24] 1
Drapeau de la France France (SNEP)[7] 1
Drapeau de l'Irlande Irlande (IRMA)[28] 1
Drapeau d’Israël Israël[24] 1
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[29] 1
Drapeau du Mexique Mexique[24] 1
Drapeau de la Norvège Norvège (VG-lista)[30] 1
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[31] 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Nederlandse Top 40)[32] 3
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[33] 2
Drapeau de la Pologne Pologne (Classements Singles)[34] 1
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Singles Chart)[35] 1
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[36] 1
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[37] 1
Drapeau de la Turquie Turquie[38] 1
Drapeau du Zimbabwe Zimbabwe[24] 1
Classement (1992) (Clivilles & Coles remixes) Meilleure
position
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA)[17] 18
Drapeau de l'Irlande Irlande (IRMA)[28] 11
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Singles Chart)[35] 14
Classement (2006) Meilleure
position
Drapeau de l'Espagne Espagne (Promusicae)[39] 2
Drapeau de la France France (SNEP)[7] 64
Drapeau de l'Irlande Irlande (IRMA)[28] 22
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[40] 7
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[33] 24
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Singles Chart)[35] 18
Classement (2009) Meilleure
position
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA)[17] 6
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[18] 17
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Back Catalogue Singles)[41] 6
Drapeau du Canada Canada (Hot Canadian Digital Singles)[26] 8
Drapeau du Danemark Danemark (Tracklisten)[42] 22
Drapeau de l'Espagne Espagne (Promusicae)[39] 22
Drapeau des États-Unis États-Unis (Hot Digital Songs)[26] 13
Drapeau de la France France (Téléchargements)[43] 9
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[40] 7
Drapeau de la Norvège Norvège (VG-lista)[30] 18
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[31] 16
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[33] 21
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Singles Chart)[35] 25
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[36] 11
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[37] 7
Chart (2011) Peak
position
Drapeau de la Hongrie Hongrie (Single (track) Top 20 lista)[44] 6

Classements de fin d'année[modifier | modifier le code]

Classement (1991) Position
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA)[45] 34
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[46] 3
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Nederlandse Top 40)[47] 89
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[48] 68
Classement (1992) Position
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[49] 23
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Ultratop 50)[50] 58
Drapeau du Canada Canada (Top 100 Adult Contemporary)[51] 50
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Hot 100)[52] 14
Drapeau des États-Unis États-Unis (Cash Box)[53] 29
Drapeau de la Pologne Pologne (Classements Singles)[54] 36
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[55] 14

Certifications[modifier | modifier le code]

Pays Certification Ventes
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (BVMI)[56] Disque d'or Or 250 000
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA)[57] Disque de platine 2 × Platine 140 000
Drapeau du Canada Canada (CRIA)[58] Disque d'or Or 5 000
Drapeau des États-Unis États-Unis (RIAA)[59] Disque de platine Platine 1 000 000
Drapeau de la France France (SNEP)[60] Disque d'argent Argent 266 000
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RMNZ)[61] Disque de platine Platine 15 000
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (BPI)[62] Disque d'argent Argent 200 000

Classements hebdomadaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Lecocq, Mickaël Jackson King: 1979-2009 : l'Oeuvre, Publibook,‎ 2011, 328 p. (ISBN 978-2-7483-6358-6, lire en ligne), p. 180
  2. (en) « Black or White By Michael Jackson – Digital Sheet Music », sur Musicnotes.com, Alfred Publishing Co., Inc. (consulté le 6 septembre 2013)
  3. (en) Maureen Droney, Mix Masters: Platinum Engineers Reveal Their Secrets for Success, Berklee Press,‎ 2003, 202 p. (ISBN 978-0-8763-9019-1, lire en ligne), p. 15
  4. (en) « Michael Jackson – Dangerous (Remastered) », sur Sonybmg.com.au, Sony Music Entertainment (consulté le 6 septembre 2013)
  5. (en) Christopher R. Smit, Michael Jackson: Grasping the Spectacle, Ashgate Publishing, Ltd.,‎ 2012, 243 p. (ISBN 978-1-4094-4144-1), p. 112 :

    « One of the most distinctive of the various musical elements incorporated within Black or White is the central rap section, with lyrics by Bill Bottrell »

  6. Lucie Dancoing, « Les 10 titres qui ont façonné la légende Michael Jackson – Black or White 1991 », sur People.plurielles.fr, e-TF1,‎ 26 juin 2009 (consulté le 6 septembre 2013)
  7. a, b, c et d Lescharts.com – Michael Jackson – Black Or White. SNEP. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  8. a et b Michael Jackson, Dangerous booklet, Epic records,‎ 1991
  9. (en) Allan Light, « Michael Jackson Dangerous Review », sur Rollingstone.com, Wenner Media,‎ 1er janvier 1992 (consulté le 22 mai 2009)
  10. a, b et c (en) Lisa Campbell, Michael Jackson: The King of Pop, Boston, Branden Books,‎ 1993, 391 p. (ISBN 978-0-8283-1957-7, LCCN 92043018, lire en ligne), p. 301
  11. a et b (en) John D. Ramage, John C. Bean et June Johnson, Writing arguments: a rhetoric with readings, Boston, Allyn and Bacon,‎ 2001, 5e éd., 759 p. (ISBN 978-0-2053-1745-5, LCCN 00021662, lire en ligne), p. 491
  12. a, b, c et d (en) Craig Halstead et Chris Cadman, Michael Jackson the Solo Years, Hertford, Authors On Line Ltd,‎ 2003, 270 p. (ISBN 978-0-7552-0091-7, OCLC 52975896, lire en ligne), p. 99
  13. a, b, c et d (en) Lisa Campbell, Michael Jackson: The King of Pop, Boston, Branden Books,‎ 1993, 391 p. (ISBN 978-0-8283-1957-7, LCCN 92043018, lire en ligne), p. 302
  14. (en) « The Most Expensive Music Videos Ever Made », sur Music.uk.msn.com, Microsoft,‎ 16 octobre 2009 (consulté le 6 septembre 2013)
  15. (en) Tom Phalen, « Jackson Alters His New Video », sur Community.seattletimes.nwsource.com,‎ 16 novembre 1991 (consulté le 6 septembre 2013)
  16. (de) Charts.de – Michael Jackson - Black Or White. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH. Consulté le 6 septembre 2013.
  17. a, b et c (en) Australian-charts.com – Michael Jackson – Black Or White. ARIA Top 50 Singles. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  18. a et b (de) Austrian-charts.com – Michael Jackson – Black Or White. Ö3 Austria Top 40. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  19. (nl) Ultratop.be – Michael Jackson – Black Or White. Ultratop 50. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch. Consulté le 6 septembre 2013.
  20. (nl) « Black Or White – MICHAEL JACKSON », sur Top30-2.radio2.be, VRT (consulté le 6 septembre 2013) : « Hoogste notering in de top 30 : 1 »
  21. (en) « Dance/Urban – Volume 55, No. 4, December 28 1991 », sur Collectionscanada.gc.ca, Library and Archives Canada (consulté le 6 septembre 2013)
  22. (en) « Top Singles – Volume 55, No. 4, January 18 1992 », sur Collectionscanada.gc.ca, Library and Archives Canada (consulté le 6 septembre 2013)
  23. (en) « Adult Contemporary – Volume 55, No. 6, February 01 1992 », sur Collectionscanada.gc.ca, Library and Archives Canada (consulté le 6 septembre 2013)
  24. a, b, c, d, e, f et g (en) Adrian Grant, Michael Jackson: The Visual Documentary, Music Sales Group,‎ 2009 (ISBN 978-0-8571-2212-4, lire en ligne)
  25. (es) Fernando Salaverri, Sólo éxitos: año a año, 1959–2002, Espagne, Fundación Autor-SGAE,‎ septembre 2005, 1e éd. (ISBN 84-8048-639-2)
  26. a, b, c, d, e, f et g (en) « Dangerous – Awards », sur Allmusic, Rovi Corporation (consulté le 6 septembre 2013)
  27. (en) « CASH BOX Top 100 Singles – Week ending DECEMBER 28, 1991 », sur Cashboxmagazine.com,‎ 17 septembre 2012 (consulté le 3 octobre 2013)
  28. a, b et c (en) « The Irish Charts – All there is to know », IRMA (consulté le 6 septembre 2013)
  29. (it) « SINGOLI - I NUMERI UNO (1959-2006) (parte 4: 1990-1996) », sur It-charts.150m.com (consulté le 6 septembre 2013)
  30. a et b (en) Norwegiancharts.com – Michael Jackson – Black Or White. VG-lista. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  31. a et b (en) Charts.org.nz – Michael Jackson – Black Or White. RIANZ. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  32. (nl) Nederlandse Top 40 – Michael Jackson - Black Or White search results. Nederlandse Top 40. Stichting Nederlandse Top 40. Consulté le 6 septembre 2013.
  33. a, b et c (nl) Dutchcharts.nl – Michael Jackson – Black Or White. Single Top 100. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  34. (pl) « BLACK OR WHITE – Michael Jackson », sur LP3.polskieradio.pl, Nowe Media, Polskie Radio S.A. (consulté le 6 septembre 2013)
  35. a, b, c et d (en) « Michael Jackson », sur Officialcharts.com (consulté le 6 septembre 2013)
  36. a et b (en) Swedishcharts.com – Michael Jackson – Black Or White. Singles Top 60. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  37. a et b (en) Swisscharts.com – Michael Jackson – Black Or White. Schweizer Hitparade. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  38. Craig Halstead, Chris Cadman, Michael Jackson the Solo Years, Authors On Line Ltd,‎ 2003 (ISBN 978-0-7552-0091-7), p. 99
  39. a et b (en) Spanishcharts.com – Michael Jackson – Black Or White. Canciones Top 50. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  40. a et b (en) Italiancharts.com – Michael Jackson – Black Or White. Top Digital Download. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  41. « 50 Back Catalogue Singles – 08/08/2009 », sur Ultratop.be/nl, ULTRATOP & Hung Medien / hitparade.ch (consulté le 6 septembre 2013)
  42. (da) Danishcharts.com – Michael Jackson – Black Or White. Tracklisten. Hung Medien. Consulté le 6 septembre 2013.
  43. « Download Single Top 50 – 04/07/2009 », sur Lescharts.com, Hung Medien (consulté le 6 septembre 2013)
  44. (hu) « Hungarian Singles Chart Archives », Mahasz (consulté le 6 septembre 2013) NB : Il faut d'abord sélectionner "single (track) Top 10 lista" puis "2011" puis "4"
  45. (en) « ARIA Charts – End Of Year Charts – Top 50 Singles 1991 », sur Aria.com.au (consulté le 3 octobre 2013)
  46. (it) « I singoli più venduti del 1991 », sur HitParadeItalia.it, Creative Commons (consulté le 3 octobre 2013)
  47. (nl) « Single Top 100 over 1991 » [PDF], sur Top40.nl, Nederlandse Top 40 (consulté le 3 octobre 2013)
  48. (nl) « Jaaroverzichten - Single 1991 », sur Dutchcharts.nl, Hung Medien / hitparade.ch (consulté le 3 octobre 2013)
  49. (de) « Jahreshitparade 1992 », sur Austriancharts.at, Hung Medien (consulté le 3 octobre 2013)
  50. (nl) « Jaaroverzichten 1992 », sur Ultratop.be/nl, ULTRATOP & Hung Medien / hitparade.ch. (consulté le 14 décembre 2013)
  51. (en) « Adult Contemporary – Volume 56, No. 25, December 19 1992 », sur Collectionscanada.gc.ca, Library and Archives Canada (consulté le 3 octobre 2013)
  52. (en) « Billboard Top 100 – 1992 », sur Longboredsurfer.com, The Longbored Surfer (consulté le 3 octobre 2013)
  53. (en) « The CASH BOX Year-End Charts: 1992 », Cashboxmagazine.com,‎ 25 août 2012 (consulté le 3 octobre 2013)
  54. (pl) « PODSUMOWANIE ROKU 1992 », sur LP3.polskieradio.pl, Nowe Media, Polskie Radio S.A. (consulté le 14 décembre 2013)
  55. (de) « Schweizer Jahreshitparade 1992 », sur Hitparade.ch, Hung Medien (consulté le 3 octobre 2013)
  56. (de) « Gold-/Platin-Datenbank », sur Musikindustrie.de, aberratio GmbH (consulté le 3 octobre 2013)
  57. (en) « Australian Fun Countdowns – Accreditation Awards », sur Australianfuncountdowns.blogspot.fr (consulté le 3 octobre 2013)
  58. (en) « Gold and Platinum Search », sur Musiccanada.com (consulté le 10 octobre 2013)
  59. (en) « RIAA – Gold & Platinum Searchable Database – Black or White », sur RIAA.com (consulté le 3 octobre 2013)
  60. « Les Singles en Argent », sur InfoDisc.fr, Dominic DURAND / InfoDisc,‎ 3 octobre 2013 (consulté le 3 octobre 2013)
  61. (en) « NZ Top 40 Singles Chart – 06 JULY 2009 », sur Nztop40.co.nz, RIANZ (consulté le 14 décembre 2013)
  62. (en) « Certified Awards », sur Bpi.co.uk (consulté le 3 octobre 2013)