Beat It

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Beat It

Single par Michael Jackson
extrait de l'album Thriller
Face B Burn This Disco Out (R-U) / Get on the Floor''
Sortie 2 février 1983
Enregistré 1982
Durée 4:16
Genre Rock
Hard rock[1],[2]
Rhythm and blues[3]
Format 45 tours
Auteur-compositeur Michael Jackson
Producteur Quincy Jones, Michael Jackson
Label Epic

Singles par Michael Jackson

Pistes de Thriller

Beat It est une chanson rock de l'artiste américain Michael Jackson, tirée de l'album Thriller sorti en 1982. Écrite et composée par Jackson, coproduite par Quincy Jones, elle est le 3e single extrait de cet album. À l'origine, Jones rêve d'une chanson de rock 'n' roll aux accents de musique noire alors que Jackson n'est pas attiré par le rock. Eddie Van Halen, du groupe de hard rock Van Halen, marque la chanson par son célèbre solo de guitare, pour lequel il ne fut d'ailleurs pas payé, « Je l'ai fait comme un service, ça me semblait normal ». Les paroles de Beat It (employé dans la chanson dans le sens « Dégage ! ») évoquent la défaite et le courage, le fait de ne jamais se laisser battre et qu'il y a d'autres moyens que la violence.

À la suite des ventes excellentes des deux premiers singles de l'album Thriller, The Girl Is Mine et Billie Jean, Beat It sort le 14 février 1983 et obtient un énorme succès mondial autant commercial que critique en devenant l'un des singles les plus vendus de tous les temps. À la même période, Billie Jean et Beat It figurent toutes deux au top 5 des ventes de disques, un exploit rarement égalé par d'autres artistes. Beat It est certifié disque de platine en 1989. Le clip qui l'accompagne montre Jackson arrivant à séparer deux gangs et à les empêcher de se battre grâce au pouvoir de la danse.

Beat It est récompensée à de nombreuses reprises, notamment par deux Grammy Awards, deux American Music Awards et une entrée au Music Video Producers Hall of Fame. Reprise et samplée par plusieurs artistes, elle est également utilisée pour une campagne anti-drogue. Michael Jackson reçoit pour cela une récompense du Président Ronald Reagan à la Maison-Blanche. Beat It est l'une des chansons phares de Jackson et figurait dans toutes ses tournées.

Production et musique[modifier | modifier le code]

Au cours de la création de Thriller, Quincy Jones décide d'ajouter une chanson rock pour crédibiliser l'album. Son but est de parvenir à séduire le « public blanc » et notamment les jeunes qui aiment le hard rock[4], sans se couper du « public noir ». Il demande à Michael Jackson d'imaginer une version « noire » du tube My Sharona du groupe de rock californien, The Knack[5]. Bien qu'il n'ait jamais ressenti d'intérêt pour le rock 'n' roll, Michael Jackson accepte d'écrire cette chanson[6],[7]. Il déclarera plus tard : « Je voulais écrire une chanson, le type de chanson que j'aurais achetée si je devais acheter une chanson rock ... Voilà comment je l'ai abordée et voulais que les jeunes l'adorent vraiment — les écoliers aussi bien que les lycéens » (« I wanted to write a song, the type of song that I would buy if I were to buy a rock song... That is how I approached it and I wanted the kids to really enjoy it — the school kids as well as the college kids »)[8]. Pour enregistrer le morceau, Michael Jackson a collaboré avec des membres du groupe Toto. Deux d'entre eux avaient déjà collaboré avec lui pour Off the Wall. Hormis le solo, c'est donc le guitariste de Toto, Steve Lukather, qui joue sur tout le morceau. Cependant, comme il l'admet lui-même, tout le monde ne se rappelle que d'Eddie Van Halen[9]. Il se souvient : « En fait, il a loué nos services parce qu'il aimait ce qu'on faisait. Ça s'est passé dans la bonne humeur et sans problème. Sur certains points, il avait ses exigences. Sur d'autres, il nous a laissés faire ce qu'on voulait. De toute façon, il n'était pas là tout le temps. On a fait 'Beat it' sans lui ! »[10].

Dès la première écoute d'un enregistrement avec les chants, Quincy Jones est ravi et confirme que c'est exactement ce qu'il souhaitait[6]. Le guitariste de rock Eddie Van Halen, leader du groupe de hard rock Van Halen, est recruté pour exécuter un solo de guitare électrique[11],[7]. Lorsque Quincy Jones l'appelle au téléphone pour lui demander de participer au titre, Van Halen est persuadé d'être victime d'un canular téléphonique. Après avoir réalisé que l'appel était authentique, Van Halen enregistre son solo de guitare, sans être rémunéré pour sa prestation. « Je l'ai fait comme un service » (« I did it as a favour »), expliquera le musicien. « D'après le reste du groupe, notre manager et tous les autres, j'étais complètement stupide. Mais on n'a pas profité de moi. Je savais ce que je faisais, je ne fais pas quelque chose à moins que je ne veuille le faire. » (« I was a complete fool, according to the rest of the band, our manager and everyone else. I was not used. I knew what I was doing — I don't do something unless I want to do it. »)[12]. Quincy Jones et Michael Jackson se rendent chez lui avec une ébauche de la chanson pour qu'il enregistre sa contribution. Son confrère guitariste, Steve Lukather, rappelle qu'« au début nous l'avons rocké à fond car Eddie avait joué un bon solo — mais Quincy Jones a trouvé que c'était trop rude. J'ai donc dû réduire le son de guitare saturée et c'est ce qui a été sorti. » (« Initially, we rocked it out as Eddie had played a good solo — but Quincy thought it was too tough. So I had to reduce the distorted guitar sound and that is what was released. »)[12]. Elle est l'une des quatre dernières chansons terminées pour Thriller ; les autres sont Human Nature, P.Y.T. (Pretty Young Thing) et The Lady in My Life[12].

Sur le morceau, lorsque Van Halen entame son solo de guitare, quelqu'un semble frapper à une porte. Une rumeur laisse entendre qu'il s'agirait d'une personne qui serait entrée par mégarde dans le studio au moment de l'enregistrement. Une autre histoire affirme que le son vient tout simplement de Van Halen qui frappe sur sa propre guitare[13]. Les paroles de Beat It sont interprétées comme étant « un triste commentaire sur la nature humaine » (« sad commentary on human nature »)[14]. La phrase « don't be a macho man » (« Ne sois pas un macho ») exprime le dégoût de Jackson envers la violence, tout en faisant référence à son enfance face aux abus dont il a été victime des mains de son père Joseph[15]. D'autres médias déclarent en plaisantant que les paroles sont une référence à la masturbation (beat your meat en argot anglais)[16]. La chanson est jouée dans la tonalité de mi bémol mineur, dans un tempo modérément rapide de 132 pulsations par minute (tempo d'allegro). Dans la chanson le registre vocal de Jackson s'étend du si2 au ré4[17].

Clip vidéo[modifier | modifier le code]

Le clip vidéo de Beat It, réalisé par Bob Giraldi et chorégraphié par Michael Peters, contribue à établir Michael Jackson comme l'artiste exceptionnel de MTV[18],[19]. Il constitue la première représentation de Jackson sur les jeunes noirs et la violence de la rue. Il est également le premier à suggérer que danser à l'unisson est l'équivalent de bien s'entendre. Les clips de Beat It et Thriller deviennent célèbres pour leurs chorégraphies collectives, une marque de fabrique de Michael Jackson[20]. Afin d'ajouter de l'authenticité à cette production, la vidéo met en vedette 80 véritables membres de gangs, ainsi que 18 danseurs professionnels[21]. Inspiré de la comédie musicale de Broadway, West Side Story, le clip coûte 150 000 dollars à Michael Jackson pour le réaliser, CBS ayant refusé de le financer[22],[21]. Les chorégraphies élaborées qui y figurent ouvrent de nouvelles perspectives pour les danseurs aux États-Unis[23].

Le clip s'ouvre dans un diner, sur la nouvelle d'une bagarre qui se prépare. Cette scène se répète dans une salle de billard et dans un bar, les membres de gangs arrivent à pied, par les égouts ou assis derrière des camionnettes. Le plan suivant montre Jackson allongé sur un lit, qui médite sur l'absurdité de la violence. Le chanteur quitte sa chambre, alerté par l'agitation causée par les gangs rivaux. Vêtu d'une veste en cuir de couleur rouge, Jackson danse le long du chemin, traversant le diner et la salle de billard, pour rejoindre la bagarre. Arrivé à la scène, le chanteur met fin au combat et entame une danse collective. La vidéo se termine sur les autres membres du gang qui se joignent à la danse, comprenant que la violence n'est pas une solution à leurs problèmes[19].

La vidéo a remporté de nombreuses distinctions. Michael Jackson reçoit aux American Music Awards les prix des meilleurs clips Pop/Rock et Soul et le Best Video Performance award aux Black Gold Awards. Les Billboard Video Awards lui décernent 7 récompenses : Best Overall Video Clip, Best Performance by a Male Artist, Best Use of Video to Enhance a Song, 'Best Use of Video to Enhance an Artist's Image, Best Choreography, Best Overall Video et Best Dance/Disco 12. Le clip est classé à la première place par le magazine Rolling Stone, dans des sondages auprès de leurs critiques et de leurs lecteurs. Enfin, il entre au Music Video Producer's Hall of Fame[22].

L'accueil public et critique[modifier | modifier le code]

À la suite du succès dans les charts de The Girl Is Mine et Billie Jean, Beat It sort en 45 tours le 14 février 1983. Contre l'avis de CBS, Frank Dileo, le vice-président d'Epic Records, convainc Jackson de le sortir au moment où Billie Jean devient numéro un des ventes. Dileo, qui sera plus tard le manager du chanteur, est persuadé que les deux titres peuvent réussir à être dans le top 10 en même temps[12]. Billie Jean reste au top du classement Billboard pendant sept semaines, avant d'être remplacée par Come On Eileen. La chanson des Dexys Midnight Runners ne reste qu'une semaine à la première place avant que Michael Jackson retrouve le haut du classement avec Beat It[24],[12]. Billie Jean et Beat It occupent le top 5 des meilleures ventes au même moment, une performance réalisée par très peu d'artistes. La chanson reste numéro un pendant trois semaines[25]. Du fait de sa mixité musicale, elle parvient à occuper la première place du classement R&B[Note 1] mais également la 14e du classement des meilleures ventes de titres rock du magazine Billboard aux États-Unis[26]. Il s'agit également du 8e single le plus vendu de l'année 1983 aux États-Unis[27]. Beat It rencontre le même succès à l'étranger : numéro un des ventes en Nouvelle-Zélande, 3e au Royaume-Uni, dans le top 20 en Autriche, Norvège, Italie, Suède et Suisse[28]. Après la sortie du coffret best-of Visionary - The Video Singles, le single grimpe à la 15e place des meilleures ventes en 2006 au Royaume-Uni[29]. Le nombre total de titres téléchargés légalement aux États-Unis, jusqu'à mars 2009, se monte à 668 000 exemplaires[30]. Depuis la mort du chanteur, survenue le vendredi 25 juin 2009, les ventes s'envolent et Beat It occupe la 30e place (9 566 exemplaires) au classement des meilleures ventes de singles en Angleterre[31].

Beat It remporte de nombreuses récompenses. Aux Grammy Awards de 1984, Michael Jackson triomphe en remportant un record de huit prix dont deux pour Beat It : Disque de l'année et meilleure performance rock[22],[26]. Quelques mois après sa sortie, le disque est certifié disque d'or avec près d'un million d'exemplaires vendus. En 1989, le single est re-certifié disque de platine par la Recording Industry Association of America[32].

En concert[modifier | modifier le code]

Le 4 juillet 1984, Jackson chante Beat It en concert avec ses frères pendant le Victory Tour des Jacksons. Les frères Jackson sont rejoints sur scène par Eddie Van Halen, qui rejoue son solo de guitare[22]. La chanson devient indissociable de Michael Jackson ; il l'interprète lors de toutes ses tournées : Bad World Tour, Dangerous World Tour et HIStory World Tour[22],[29]. Le 1er octobre 1992, la version Beat It du Dangerous Tour est incluse sur le DVD du coffret Michael Jackson: The Ultimate Collection. Le DVD ressort plus tard sous le titre Live in Bucharest: The Dangerous Tour[22],[29]. Jackson interprète également la chanson lors de Michael Jackson: 30th Anniversary Special, un concert qui célébrait ses trente ans de carrière solo. Il est accompagné de Slash, l'ancien guitariste du groupe de hard rock Guns N' Roses, qui reproduit le célèbre solo de guitare[29].

Contributions et influences[modifier | modifier le code]

Michael Jackson, Ronald et Nancy Reagan à la Maison-Blanche le 14 mai 1984.

Beat It est citée comme l'une des chansons les plus réussies, reconnues, récompensées et célébrées de toute l'histoire de la musique pop ; le titre et son clip ont un large impact sur la culture pop[6]. Considérée comme étant une pionnière de la musique rock noire, elle est l'une des pierres angulaires de l'album Thriller[6]. Eddie Van Halen ne cesse d'être loué pour son « formidable solo de guitare » (« greatest guitar solo »), qui a contribué à faire de Beat It l'une des plus grosses ventes de singles de tous les temps[6].

Peu de temps après sa sortie, Beat It est utilisée par la National Highway Safety Commission pour sa campagne de lutte contre l'alcool au volant : « Drinking and Driving Can Kill a Friendship » (« Boire et conduire peuvent ruiner une amitié »). La chanson figure également sur l'album qui l'accompagne. Le 14 mai 1984, il reçoit un prix des mains du président Ronald Reagan à la Maison-Blanche, en reconnaissance pour son aide apportée à la campagne[22]. Reagan déclare que Jackson est « la preuve de ce qu'une personne peut accomplir grâce à un mode de vie exempt d'alcool ou de drogues. Les jeunes et les moins jeunes respectent ça. Et si les Américains suivent son exemple, nous pouvons alors faire face au problème de l'alcool au volant, et nous pouvons, comme dans les paroles de Michael, le battre. » (« proof of what a person can accomplish through a lifestyle free of alcohol or drug abuse. People young and old respect that. And if Americans follow his example, then we can face up to the problem of drinking and driving, and we can, in Michael's words, beat it. »)[33].

Régulièrement mentionnée dans les listes des meilleures chansons, Beat it est classée 4e chanson préférée de tous les temps dans un sondage réalisé en 2005 par Sony Ericsson[29]. Environ 700 000 personnes de 60 pays différents participent à ce sondage[29]. La chanson est présente dans les films Retour vers le futur II, Zoolander et Opération funky[29].

Reprises et samples[modifier | modifier le code]

L'une des plus anciennes reprises de Beat It est la chanson parodique Eat It de Weird Al Yankovic en 1984[34]. Yankovic enregistre le morceau avec l'accord de Jackson[35]. « La seule raison pour laquelle il m'a permis de le faire, c'est qu'il a le sens de l'humour » (« The only reason he let me is that he has a sense of humour »), dira plus tard Yankovic. « Il est réconfortant de trouver quelqu'un d'aussi populaire, talentueux et puissant, qui puisse vraiment apprécier une blague » (« It is heartening to find somebody that popular, talented and powerful, who can really take a joke »)[34]. La chanson obtient le Grammy Award de la meilleure chanson humoristique et est certifiée disque d'or en 1989[34]. Le clip reprend celui de Beat It, scène par scène, en le tournant en dérision[36]. En raison de ces similitudes, Michael Jackson reçoit des royalties de la part de Yankovic[37].

Beat It est également reprise par le groupe de pop rock américain Fall Out Boy. Un nouveau vidéo-clip a été réalisé pour l'occasion. Celui-ci contient de nombreuses références à Michael Jackson (comme le moonwalk, par exemple). Le groupe a aussi enregistré une version cha-cha-cha de ce morceau avec des musiciens cubains sur l'album Rhythms del Mundo Classics. De même, le groupe de death metal Ten Masked Men reprend le titre en adoptant un style plus agressif grâce au son saturé de leur guitares, à la partie de batterie très poussée et au chant appelé grunt.

Le remix 2 Bad, sur l'album Blood on the Dance Floor, contient un sample de Beat It, un rap de John Forté ainsi qu'un solo de guitare de Wyclef Jean[38]. Alvin et les Chipmunks interprètent la chanson lors d'un épisode de leur série télévisée[29]. De même, le groupe de heavy metal Metallica reprend Beat It pendant un medley lors de la cérémonie des MTV Video Music Awards en 2003[29]. En 2004, Señor Coconut and His Orchestra sort une reprise latinisée du titre[29].

Elle est reprise en version lo-fi, mixée avec Billie Jean par Mathieu Boogaerts en 1998 sur son album J'en ai marre d'être deux.

En 2009, c'est au tour du guitariste virtuose suédois Yngwie Malmsteen de proposer sa version de Beat It disponible sur la compilation High Impact.

Participants[modifier | modifier le code]

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

Classements hebdomadaires[modifier | modifier le code]

Classement (1983) Meilleure
position
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud (Springbok Radio)[39] 8
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (Media Control AG)[40] 2
Drapeau de l'Australie Australie (Kent Music Report)[41] 2
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[42] 6
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Ultratop 50)[43] 1
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre VRT Top 30)[44] 1
Drapeau du Canada Canada (50 Singles)[45] 1
Drapeau du Canada Canada (CHUM)[46] 2
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Hot 100)[47] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Cash Box)[48] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Hot Black Singles)[47] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Hot Dance Club Play)[47] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis (Top Tracks)[47] 14
Drapeau de l’Union européenne Europe (Eurochart Hot 100)[49] 1
Drapeau de la France France (SNEP)[50] 2
Drapeau de l'Irlande Irlande (IRMA)[51] 2
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[50] 16
Drapeau de la Norvège Norvège (VG-lista)[52] 8
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[53] 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Nederlandse Top 40)[54] 1
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[55] 1
Drapeau de la Pologne Pologne (Classements Singles)[56] 13
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Singles Chart)[57] 3
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[58] 19
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[59] 2
Classement (2006) Meilleure
position
Drapeau de l'Australie Australie (Kent Music Report)[41] 66
Drapeau de l'Espagne Espagne (Promusicae)[60] 1
Drapeau de la France France (SNEP)[61] 47
Drapeau de l'Irlande Irlande (IRMA)[51] 15
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[62] 12
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[55] 27
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Singles Chart)[63] 15
Classement (2008) Meilleure
position
Drapeau du Danemark Danemark (Tracklisten)[64] 31
Drapeau de la Norvège Norvège (VG-lista)[52] 11
Classement (2009) Meilleure
position
Drapeau de l'Australie Australie (ARIA)[65] 17
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Back Catalogue Singles)[66] 1
Drapeau du Canada Canada (Hot Canadian Digital Singles)[47] 11
Drapeau du Danemark Danemark (Tracklisten)[64] 16
Drapeau de l'Espagne Espagne (Promusicae)[60] 15
Drapeau des États-Unis États-Unis (Hot Digital Songs)[47] 7
Drapeau de la Finlande Finlande (Suomen virallinen lista)[67] 12
Drapeau de la France France (SNEP)[61] 47
Drapeau de la France France (Téléchargements)[68] 4
Drapeau de l'Irlande Irlande (IRMA)[51] 15
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[62] 12
Drapeau de la Norvège Norvège (VG-lista)[52] 8
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[53] 24
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[55] 7
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (Téléchargement)[69] 17
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[58] 37
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[59] 5
Drapeau de la Turquie Turquie (Türkiye Top 20)[70] 14
Classement (2010) Meilleure
position
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[58] 50
Classement (2012) Meilleure
position
Drapeau de la France France (SNEP)[61] 135
Drapeau du Japon Japon (Japan Hot 100 Singles)[47] 96

Classements annuels[modifier | modifier le code]

Classement (1983) Position
Drapeau de l'Australie Australie (Kent Music Report)[71] 9
Drapeau de la Belgique Belgique (Flandre Ultratop 50)[72] 3
Drapeau du Canada Canada (Top Singles)[73] 8
Drapeau des États-Unis États-Unis (Billboard Hot 100)[74] 5
Drapeau des États-Unis États-Unis (Cash Box)[75] 7
Drapeau de l'Italie Italie (FIMI)[76] 71
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Nederlandse Top 40)[77] 3
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas (Single Top 100)[78] 7
Classement (2009) Position
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[79] 92

Certifications[modifier | modifier le code]

Pays Certification Ventes
Drapeau de l'Australie Australie[80] Disque de platine Platine 70 000
Drapeau du Canada Canada[81] Disque de platine Platine 10 000
Drapeau du Danemark Danemark[82] Disque d'or Or 15 000
Drapeau des États-Unis États-Unis[32] Disque de platine Platine 1 000 000
Drapeau de la France France[83] Disque de platine Platine 1 180 000
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[84] Disque d'or Or 7 500
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[85] Disque d'argent Argent 200 000

Successions dans les hit-parades[modifier | modifier le code]

Beat It 2008[modifier | modifier le code]

Pour l'anniversaire de Thriller est sorti l'album Thriller 25. Will.i.am y a remixé Beat It. La chanteuse Fergie a enregistré des couplets inédits pour cette version. Le titre n'a pas été réellement sorti comme single mais a cependant été classé dans les charts de certains pays.

Classements[modifier | modifier le code]

Classement (2008) Meilleure
position
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[42] 65
Drapeau du Canada Canada (Hot Canadian Digital Singles)[47] 66
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[58] 43
Drapeau de la Suisse Suisse (Schweizer Hitparade)[59] 26
Classement (2009) Meilleure
position
Drapeau de l'Autriche Autriche (Ö3 Austria Top 40)[42] 14
Drapeau de la Suède Suède (Sverigetopplistan)[58] 8

Crédits[modifier | modifier le code]

  • Écrit et composé par Michael Jackson
  • Percussions : will.i.am
  • Claviers et synthétiseurs : will.i.am
  • Ingénrieurs du son : will.i.am et Kerin
  • Produit et mixé par Michael Jackson et will.i.am

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Richard Cromelin, « Michael Jackson has a good thing in 'Bad' », sur Latimes.com,‎ 31 août 1987 (consulté en 21 août 2013) : « "Dirty Diana" is trying to be this year's "Beat It"--a hard-rock song about a tenacious groupie that's sent into orbit by a Steve Stevens guitar solo. »
  2. (en) Jon Pareles, « POP: MICHAEL JACKSON'S 'BAD,' FOLLOW-UP TO A BLOCKBUSTER », sur Nytimes.com,‎ 31 août 1987 (consulté en 21 août 2013) : « "Dirty Diana," a song about a groupie who latches onto the narrator, mixes the sexual fears of "Billie Jean" with the hard-rock lead guitar "of Beat It." »
  3. (en) J. Randy Taraborrelli, Michael Jackson: The Magic and the Madness, Pan Macmillan,‎ 2009, 704 p. (ISBN 978-0-3305-1415-6) :

    « the rambunctious 'Beat It', another highly charged Jackson composition in which Michael augmented his crossover rhythm-and-blues style by employing a harder-edged rock-and-roll sound. »

  4. Lisa Campbell 1993, p. 59
  5. (en) Craig Halstead, Chris Cadman, Michael Jackson the Solo Years, Hertford, Authors On Line Ltd.,‎ 2003, 284 p. (ISBN 978-0-7552-0091-7, OCLC 52975896, lire en ligne), p. 181
  6. a, b, c, d et e Thriller 25 : The Book 2008, p. 41
  7. a et b J. Randy Taraborrelli 2004, p. 224–225
  8. (en) Robert E. Johnson, « Michael Jackson, the World's Greatest Entertainer », Ebony, vol. 39, no 7,‎ mai 1984, p. 165 (ISSN 0012-9011, lire en ligne)
  9. Matt Baamonde, « Steve Lukather Interview », Modern guitars,‎ 2 juillet 2008 (consulté le 30 juin 2009) : « (...) no one ever mentions my name. Eddie just did a take and on the fly. But, he was Eddie, you know? »
  10. « La Saga de Toto », sur Rtl.fr,‎ 6 février 2009 (consulté le 28 juin 2009)
  11. (en) Gerard Sheilds, « Motown going strong into the '80s », The Daily Collegian,‎ 22 avril 1983 (consulté le 27 juin 2009)
  12. a, b, c, d et e Craig Halstead 2007, p. 27–28
  13. (en) Patrick Day, « 25 'Thriller' facts », The Baltimore Sun,‎ 12 février 2008 (consulté le 27 juin 2009)
  14. Maury Dean 2003, p. 463
  15. Sheila Whiteley 2005, p. 35
  16. Marcel Danesi 1994, p. 29
  17. (en) « Beat It By Michael Jackson – Digital Sheet Music », sur Musicnotes.com, Sony/ATV Music Publishing (consulté le 22 juillet 2010)
  18. Lisa Campbell 1993, p. 60. «"Beat It" features some of his best moves ever, and has become a classic video»
  19. a et b Jake Austen 2005, p. 264. «The next month MTV viewers saw “Beat It,” the video that established Michael Jackson as the outstanding artist of this new medium.»
  20. (en) Sean Weitner, « Michael Jackson : A Life in Film », Flak Magazine (consulté le 27 juin 2009)
  21. a et b (en) J.D. Reed, « New Rock on a Red-Hot Roll », Time,‎ 18 juillet 1983 (consulté le 27 juin 2009)
  22. a, b, c, d, e, f et g Craig Halstead 2007, p. 29
  23. (en) « Music videos », St. Petersburg Times,‎ 2 septembre 1983, p. 40 (lire en ligne)
  24. (en) Kristen Baldwin, « "V" for television victory », sur Ew.com, Entertainment Weekly,‎ 30 avril 1999 (consulté le 27 juin 2009)
  25. (en) Fred Bronson, The Billboard book of number one hits, Guinness,‎ 1988, 712 p. (ISBN 0-85112-396-1), p. 571
  26. a et b George, p. 39
  27. Craig Halstead 2003, p. 20
  28. Nelson George, (2004). Michael Jackson: The Ultimate Collection booklet. Sony BMG
  29. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Halstead, p. 30
  30. (en) Paul Grein, « Week Ending March 15, 2009: The Idol With The Most », sur New.music.yahoo.com,‎ 18 mars 2009 (consulté le 27 juin 2009)
  31. Charles Decant, « Charts UK : Michael Jackson déjà numéro un », Ozap.com,‎ 30 juin 2009 (consulté le 30 juin 2009)
  32. a et b (en) « RIAA – Gold & Platinum Searchable Database – Beat It », sur RIAA.com (consulté en 28 août 2013)
  33. (en) « Remarks at a White House Ceremony Marking Progress Made in the Campaign Against Drunk Driving », sur Reagan.utexas.edu, Ronald Reagan Presidential Library,‎ 1984 (consulté le 28 juin 2009)
  34. a, b et c Craig Halstead 2007, p. 100
  35. (en) « Weird Al Yankovic Dishes On James Blunt, Discusses His Role As the Whitest, Nerdiest Rock Star Ever », sur Rollingstone.com, Wenner Media,‎ 19 septembre 2006 (consulté le 27 juin 2009)
  36. (en) Jason Ankeny, « Weird Al Yankovic », MTV,‎ 12 mai 2012 (consulté le 27 juin 2009)
  37. Campbell (1995), p. 154
  38. (en) Michael Jackson, Blood on the Dance Floor: HIStory in the Mix : Booklet, Sony BMG, p. 8
  39. (en) « South African Rock Lists Website SA Charts 1969 – 1989 Acts (J) », sur Rock.co.za, John Samson (consulté en 28 août 2013)
  40. (de) Charts.de – Michael Jackson - Beat It. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH. Consulté le 28 août 2013.
  41. a et b (en) bulion, « Forum – ARIA Charts: Special Occasion Charts – CHART POSITIONS PRE 1989, part 2 », sur Australian-charts.com, Hung Medien (consulté en 28 août 2013)
  42. a, b et c (de) Austrian-charts.com – Michael Jackson – Beat It. Ö3 Austria Top 40. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  43. (nl) Ultratop.be – Michael Jackson – Beat It. Ultratop 50. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch. Consulté le 28 août 2013.
  44. (nl) « Beat It – MICHAEL JACKSON », sur Top30-2.radio2.be, VRT (consulté en 28 août 2013) : « Hoogste notering in de top 30 : 1 »
  45. (en) « Top Singles – Volume 38, No. 11, May 14 1983 », sur Collectionscanada.gc.ca, Library and Archives Canada (consulté en 28 août 2013)
  46. (en) « CHART NUMBER 1373 – Saturday, May 07, 1983 », sur 1050chum.com,‎ 7 novembre 2006 (consulté en 8 décembre 2013)
  47. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Thriller – Awards », sur Allmusic, Rovi Corporation (consulté en 28 août 2013)
  48. (en) « CASH BOX Top 100 Singles – Week ending MAY 7, 1983 », sur Cashboxmagazine.com,‎ 13 septembre 2012 (consulté en 8 décembre 2013)
  49. (en) « Song title 647 – Beat It », sur Tsort.info, Steve Hawtin et al. (consulté en 28 août 2013)
  50. a et b Craig Halstead 2003, p. 19
  51. a, b et c (en) « The Irish Charts – All there is to know », IRMA (consulté en 28 août 2013)
  52. a, b et c (en) Norwegiancharts.com – Michael Jackson – Beat It. VG-lista. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  53. a et b (en) Charts.org.nz – Michael Jackson – Beat It. RIANZ. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  54. (nl) Nederlandse Top 40 – Michael Jackson - Beat It search results. Nederlandse Top 40. Stichting Nederlandse Top 40. Consulté le 28 août 2013.
  55. a, b et c (nl) Dutchcharts.nl – Michael Jackson – Beat It. Single Top 100. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  56. (pl) « BEAT IT – Michael Jackson », sur LP3.polskieradio.pl, Nowe Media, Polskie Radio S.A. (consulté en 28 août 2013)
  57. (en) Archive Chart. UK Singles Chart. The Official Charts Company. Consulté le 28 août 2013.
  58. a, b, c, d et e (en) Swedishcharts.com – Michael Jackson – Beat It. Singles Top 60. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  59. a, b et c (en) Swisscharts.com – Michael Jackson – Beat It. Schweizer Hitparade. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  60. a et b (en) Spanishcharts.com – Michael Jackson – Beat It. Canciones Top 50. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  61. a, b et c Lescharts.com – Michael Jackson – Beat It. SNEP. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  62. a et b (en) Italiancharts.com – Michael Jackson – Beat It. Top Digital Download. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  63. (en) Archive Chart. UK Singles Chart. The Official Charts Company. Consulté le 28 août 2013.
  64. a et b (da) Danishcharts.com – Michael Jackson – Beat It. Tracklisten. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  65. (en) Australian-charts.com – Michael Jackson – Beat It. ARIA Top 50 Singles. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  66. « 50 Back Catalogue Singles – 04/07/2009 », sur Ultratop.be/nl, ULTRATOP & Hung Medien / hitparade.ch (consulté en 28 août 2013)
  67. (fi) Finnishcharts.com – Michael Jackson – Beat It. Suomen virallinen lista. Hung Medien. Consulté le 28 août 2013.
  68. « Download Single Top 50 France – 11/07/2009 », sur Lescharts.com, Hung Medien (consulté en 28 août 2013)
  69. (en) « Top 40 Downloads Archive:: Week 28 : 05/07/2009 – 11/07/2009 », sur TheOfficalCharts.com (consulté en 28 août 2013)
  70. (tr) « Billboard Türkiye Top 20 », sur Billboard.com, Prometheus Global Media,‎ 6 juillet 2009
  71. (en) BigKev, « Forum - ARIA Charts: Special Occasion Charts – Top 100 End of Year AMR Charts – 1980s », sur Australian-charts.com, Hung Medien (consulté en 8 décembre 2013)
  72. (nl) « Jaaroverzichten 1983 », sur Ultratop.be/nl, ULTRATOP & Hung Medien / hitparade.ch. (consulté en 8 décembre 2013)
  73. (en) « Top Singles – Volume 39, No. 17, December 24 1983 », sur Collectionscanada.gc.ca, Library and Archives Canada (consulté en 8 décembre 2013)
  74. (en) « Billboard Top 100 – 1983 », sur Longboredsurfer.com, The Longbored Surfer (consulté en 8 décembre 2013)
  75. (en) « The CASH BOX Year-End Charts: 1983 », sur Cashboxmagazine.com,‎ 11 septembre 2012 (consulté en 8 décembre 2013)
  76. (it) « I singoli più venduti del 1983 », sur HitParadeItalia.it, Creative Commons (consulté en 8 décembre 2013)
  77. (nl) « Single Top 100 – 1983 » [PDF], sur Top40.nl (consulté en 8 décembre 2013)
  78. (nl) « Jaaroverzichten – Single 1983 », sur Dutchcharts.nl, Hung Medien / hitparade.ch (consulté en 8 décembre 2013)
  79. (de) « Schweizer Jahreshitparade 2009 », sur Hitparade.ch, Hung Medien (consulté en 8 décembre 2013)
  80. (en) « ARIA Charts – Accreditations – 2009 Singles », sur Aria.com (consulté en 28 août 2013)
  81. (en) « Gold Platinum Database », sur Musiccanada.com (consulté en 28 août 2013)
  82. (da) « Certificeringer », sur Ifpi.dk (consulté en 28 août 2013)
  83. « Les Singles de Platine », sur InfoDisc.fr, Dominic DURAND / InfoDisc,‎ 28 août 2013 (consulté en 28 août 2013)
  84. « Top 40 Singles – Monday 29 June 2009 », sur Rianz.org.nz (consulté en 28 août 2013)
  85. (en) « Certified Awards », Bpi.co.uk (consulté en 28 août 2013)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le classement des musiques « noires » du magazine Billboard aux États-Unis

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 28 juillet 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.