Artapherne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Position de la Lydie en Asie Mineure

Artapherne ou Artaphernès (en grec ancien Ἀρταφρένης / Artaphernês) est un noble perse nommé satrape de Lydie par le Grand Roi Darius de -510[1].

Son nom Artapherne est une transcription grecque du nom perse Irdanirpa dont l'existence est attestée par les archives administratives de Persépolis[2].

Selon Hérodote, il disposait d'une autorité étendue à « tous les pays maritimes d'Asie »[3] (cf. carte). C'est donc contre lui que se révoltent les cités grecques ioniennes en -498.

Préoccupé par les affaires grecques, il accueille Hippias, tyran d'Athènes chassé par son peuple, à sa cour[4]. Vers -500, le tyran de Milet Aristagoras le convainc de participer à un raid contre l'île de Naxos mais après plusieurs mois de siège l'entreprise tourne court[5]. Aristagoras, tombé en disgrâce et sommé de rembourser les frais engagés par Artapherne, pousse l'Ionie à la révolte[6].

En -499, Artapherne subit une offensive des Ioniens révoltés alliés à Eréthrie et Athènes sur sa capitale Sardes. Replié dans l'acropole, il parvient à les repousser mais ne peut les empêcher de piller et incendier la ville basse[7]. Il prend sa revanche à Éphèse en écrasant les alliés grecs ce qui met fin à l'intervention d'Athènes[8]. Après plusieurs années de guerre, Artapherne parvient à mater l'insurrection. Lors de la prise de Milet, il l'a fait raser et déporte sa population[9].

Discrédité par l'ampleur de la révolte, Artapherne doit déjouer un complot de ses officiers et procède à de nombreuses exécutions[10]. Après la phase de reconquête brutale, il fit preuve de mesure en laissant leur autonomie aux cités grecques qui s'étaient révoltées et en leur imposant un tribut modéré[11].

Son fils, qui porte son nom Artapherne, participe aux guerres médiques sous la direction de Xerxès Ier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Briant 1996, p. 156 et 158
  2. Briant 1996, p. 380
  3. Hérodote, V, 30
  4. Hérodote, V, 96
  5. Hérodote, V, 34
  6. Hérodote, V, 35
  7. Hérodote, V, 100
  8. Hérodote, V, 103
  9. Hérodote, VI, 9
  10. Hérodote, VI, 4
  11. Diodore de Sicile, X, 25

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources antiques[modifier | modifier le code]

Ouvrages contemporains[modifier | modifier le code]

  • * Pierre Briant, Histoire de l'empire perse, Fayard,‎ 1996