Phidippidès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philippidès (homonymie).
Statue de Philippidès à Marathon.

Phidippidès ou Philippidès (en grec ancien Φειδιππίδης, / Pheidippídes) est un Athénien célèbre pour un exploit à la course qu'il aurait effectué dans le cadre de la guerre contre les Perses. À l'époque classique, l'historien Hérodote rapporte[1] que, pendant la première guerre médique, Philippidès, un messager envoyé par les Athéniens à Sparte, aurait vu le dieu Pan lui apparaître sur cette montagne, au-dessus de Tégée, pour lui demander pourquoi les Athéniens ne lui rendaient aucun culte malgré les services qu'il leur avait rendus. Philippidès rapporta sa vision aux Athéniens, qui, après la guerre, fondèrent un sanctuaire de Pan au pied de l'Acropole et instituèrent des rites en l'honneur du dieu. Il existe deux versions d'un tel exploit :

  • Selon Hérodote[2], Philippidès parcourut environ 250 km en 36 heures pour rejoindre Sparte depuis Athènes et demander de l'aide. Cette course est à l'origine du Spartathlon.
  • Selon Plutarque, le commandant des neuf mille Athéniens et des mille Platéens, Miltiade, aurait envoyé un certain Euclée prévenir Athènes de sa victoire après la bataille. Le jeune guerrier aurait parcouru au pas de course la quarantaine de kilomètres séparant le petit village Marathon de la cité. Il mourut après avoir annoncé la victoire « Nenikekamen ! » (« nous sommes victorieux »), harassé par son parcours à travers monts sur environ 42 kilomètres :

« Héraclide du Pont dit que Thersippe d'Erée apporta la nouvelle de la bataille de Marathon. D'autres prétendent, et c'est le plus grand nombre, que ce fut Euclée. Ils disent qu'il arriva à Athènes encore tout fumant du sang des ennemis ; qu'il tomba de fatigue à la porte des magistrats, à qui il ne dit que ces paroles : « Réjouissez-vous, nous avons vaincu » et qu'il tomba mort à leurs pieds »[3]

L'épreuve du marathon s'appuie sur ce récit.

Lucien de Samosate, rhéteur postérieur à Hérodote et à Plutarque semble avoir confondu ces deux anecdotes et Phidippidès est passé à la postérité pour avoir couru la distance Athènes-Marathon.

John A. Lucas, de l’Université de Pennsylvanie[4] précise que Lucien est le seul auteur ancien à mentionner Phidippidès comme coursier de Marathon. Cela ferait de surcroît supposer qu'il ait fait le chemin d'Athènes à Sparte, puis qu'il se serait rendu sur Marathon, pour enfin retourner sur Athènes, pour y mourir d'épuisement : hypothèse improbable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], VI, 105-106.
  2. Histoires, VI, 105-106
  3. http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Plutarque/lesatheniens.htm Oeuvres morales, p.213]
  4. A History of the Marathon race , p. 123