État tampon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un État tampon est un pays situé entre deux ou plusieurs grandes puissances rivales et potentiellement hostiles. L'existence même de cet État est censée prévenir des conflits entre ses voisins, qui peuvent l'avoir créé à cette fin.

Les États tampons, quand ils sont véritablement indépendants, poursuivent une politique de neutralité, ce qui les distingue des États satellites ou des zones démilitarisées. Le concept d'État tampon est une partie de la théorie de l'équilibre des puissances qui est apparue dans la pensée européenne du XVIIe siècle en matière de stratégie et de diplomatie.

Au XIXe siècle, la manipulation des frontières de l'Afghanistan et des différents émirats d'Asie Centrale a été un élément du diplomatique Grand Jeu entre l'Empire britannique et la Russie impériale pour le contrôle de l'accès aux passages montagneux menant à l'Inde britannique.

Un autre exemple de la même époque est le Royaume-Uni des Pays-Bas, dont la création par la réunion des Provinces-Unies et des Pays-Bas méridionaux en 1815 est approuvée par le Congrès de Vienne, car l'Angleterre désire alors un État tampon entre elle et la France[1]. Ce souhait anglais est motivé notamment par le port d'Anvers, dont Napoléon Ier avait voulu faire un « pistolet pointé vers le cœur de l'Angleterre » lors du blocus continental. À la suite de l'indépendance des provinces néerlandaises du Sud, la jeune Belgique conserve ce rôle d'État tampon jusqu'en 1940 (sauf entre 1919 et 1936, où la Belgique entre dans le jeu des alliances militaires), non seulement entre la France et l'Angleterre, mais aussi entre ces deux pays et l'Allemagne.

Exemples d'États tampons[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Greenfield Partem, The Buffer System in International Relations, The Journal of Conflict Resolution, Vol. 27, No. 1 (Mars 1983), pp. 3-26.
  • (en) Barnett R. Rubin, The Search for Peace in Afghanistan: From Buffer State to Failed State, Yale University Press, 1995, 190 p. (ISBN 0300063768)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Els Witte, Éliane Gubin, Jean-Pierre Nandrin, Gita Deneckere, Nouvelle histoire de Belgique - Volume 1  : 1830-1905, Ed. Complexe, Bruxelles, 2005, ISBN 2-8048-0066-0, p. 14.
  2. Michel Jacq-Hergoualch, Le Siam, Guide Belles Lettres des Civilisations, Les Belles Lettres 2004, ISBN 2-251-41023-6, p. 54.
  3. Christian Taillard, Laos, stratégies d'un État-tampon, Reclus, 1989, 200 p. (ISBN 2869120264[à vérifier : ISBN invalide])

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]