Taron (Arménie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Taron

Le Taron (en arménien Տարոն) est une région du centre de l'Arménie historique, possédée initialement par les Mamikonian. À la mort de Chmouel Mamikonian, tué à la bataille de Bagrévand (15 avril 775), son neveu Achot s'empare du Taron.

Il donne naissance à une lignée de princes bagratides du Taron :

  • 775-826 : Achot Ier († 806), Curopalate, prince des princes d'Arménie (Achot IV) en 806
  • 826-851 : Bagrat Ier († après 851), fils du précédent, prince des princes d'Arménie (Bagrat II) en 830
  • 858-878 : Achot II (ca) (v. 835 † 878), fils du précédent
  • 878-895 : Davit' (v. 840 † 895), frère du précédent
  • 895-897 : Gourgen († 897), fils d'Achot II
  • 897-923/936 : Grigor Ier († 939) Magistros, cousin germain du précédent, fils de Tornik, petit-fils de Bagrat Ier
  • 923/936-967 : Bagrat II († avant 940) et Achot III († 967), Patrices, fils du précédent
  • 967-968 : Bagrat III († ap. 987) et Grigor II († 995), fils d'Achot III

En 968, les deux frères cèdent le Taron à Byzance, en échange de domaines et de charges byzantines. Leurs descendants prennent le nom de Taronitès.

Le Taron est à présent compris dans la province de Muş, en Turquie orientale.

Sources[modifier | modifier le code]