Arboussols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arboussols
Vue du village
Vue du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Sournia
Intercommunalité Communauté de communes Vinça Canigou
Maire
Mandat
Étienne Surjus
2014-2020
Code postal 66320
Code commune 66007
Démographie
Gentilé Arboussolois, Arboussoloises
Population
municipale
103 hab. (2011)
Densité 7,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 39′ 52″ N 2° 29′ 10″ E / 42.6644444444, 2.4861111111142° 39′ 52″ Nord 2° 29′ 10″ Est / 42.6644444444, 2.48611111111  
Altitude Min. 242 m – Max. 1 004 m
Superficie 14,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Arboussols

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Arboussols

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arboussols

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arboussols

Arboussols est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Arboussolois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Arboussols se situe dans le canton de Sournia et dans l'arrondissement de Prades.

Situation de la commune (en vert) relativement au département.
Situation de la commune

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le village d'Arboussols et le hameau de Marcevol sont situés sur deux replats entre 500 et 600 mètres, séparés par un des nombreux vallons qui entaillent le versant, drainé par un des affluents intermittents de la Têt. Les terrains cultivés autour des deux localités sont principalement occupés par le vignoble (Côtes du Roussillon).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Arboussols[1]
Campoussy Tarerach
Eus Arboussols[1] Rodès
Marquixanes Vinça

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située sur un versant exposé au sud, face au massif du Canigou sur la rive nord de la Têt. Largement boisée, son point culminant est le pic de Bau (1025 m), et son point le plus bas est constitué par le rivage du lac de retenue de Vinça, sur la Têt (côte maximale théorique 246 m).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les affluents du fleuve ont découpé des vallons profonds, particulièrement celui qui sépare les deux villages de la commune, Arboussols et Marcevol. Il n'y pas beaucoup de terrain plat présent sur la commune sinon une centaine d'hectares autour des deux petits bourgs.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Arboçols[2],[3] ou Arbussols[3].

Les premières mentions du lieu sont Arbussolas en 950 et Arbuzolos en 968[3].

Marcevol, Marcèvol en catalan, est mentionné dès 1011 sous le nom de Marceval[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Marcevol est rattachée à Arboussols le 30 janvier 1822[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 1983 mars 1989 Éloi Aubert ... ...
         
mars 2001 mars 2014[5] Jean-Claude Delseny ... ...
mars 2014 en cours Étienne Surjus[6] ... ...

Éloi Aubert a parrainé la candidature de Pierre Juquin à l'élection présidentielle de 1988[7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1358 1365 1378 1470 1515 1553 1709 1720 1767
9 f 8 f 8 f 4 f 3 f 4 f 25 f 16 f 117 H
1774 1789 - - - - - - -
34 f 24 f - - - - - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS,‎ 1986, 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 103 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
137 146 139 153 198 225 219 227 205
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
198 186 179 212 229 229 191 220 207
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
202 202 189 147 143 133 138 113 129
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
125 104 85 81 79 95 101 103 103
2011 - - - - - - - -
103 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Note : À partir de 1831, la population recensée inclut celle de Marcevol.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fêtes patronales : 6 août et 10 décembre[10].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 17 783 €[11]. En 2011, ce revenu est de 18 075 €[12].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La commune cultivait essentiellement des céréales avant la Première Guerre mondiale. La culture de la vigne (300 ha en 1815) trouvait également sa place au sein du village au creux de petites parcelles étagées en terrasses, actuellement entièrement envahies par le maquis après un abandon consécutif d'une part au phylloxéra, de l'autre à la crise viticole du début du XXe siècle. Quelques éleveurs vivaient dans la commune, pratiquant l'élevage ovin. La commune comptait 229 habitants lors de son maximum démographique vers 1880.

Aujourd'hui, il reste quelques viticulteurs à Arboussols, regroupés notamment au sein de la cave coopérative ainsi qu'un éleveur à Marcevol.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancienne église paroissiale Sainte-Eulalie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone,‎ 2007 (lire en ligne)
  3. a, b, c et d Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales,‎ 1985, 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  4. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS,‎ 1986, 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  5. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  6. « Maires », sur le site de la Préfecture du département des Pyrénées-Orientales (consulté le 20 avril 2014).
  7. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 1988
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  10. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France »,‎ 1990 (ISBN 2-7399-5066-7)
  11. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  12. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 août 2013).