Années 1810

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Années :

1810 - 1811 - 1812 - 1813 - 1814
1815 - 1816 - 1817 - 1818 - 1819

Décennies :

1790 1800 - Années 1810 - 1820 1830

Siècles :

XVIIIe siècle - XIXe siècle - XXe siècle

Millénaires :

Ier millénaire - IIe millénaire - IIIe millénaire

Événements[modifier | modifier le code]

  • Les Mangbetus, qui seraient originaires de la région du lac Albert, après avoir migré pendant plusieurs décennies, se fixent dans la région du haut Congo, au sud de l’Uele[1].

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décennie 1810 en arts plastiques.

Sport et loisirs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Années 1810 en sport.

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • 1810 :
    • 19 février, Brésil : traité de paix et traité de commerce négociés par le comte de Linhares avec le Royaume-Uni, qui obtient des tarifs préférentiels[2]. Le Brésil devient économiquement dépendant du Royaume-Uni. La traite négrière est autorisée à Ouidah (Dahomey). Elle connait son apogée de 1810 à 1840.
    • 3 juillet : Napoléon autorise les exportations françaises de céréales[3], fortement taxées, tout en renforçant le Blocus continental, ce qui aggrave la situation financière, réduit considérablement le volume du commerce et provoque des faillites de négociants, puis de manufacturiers au Royaume-Uni. Napoléon suspend l’application du régime du blocus en faveur des Américains, tandis que les Britanniques maintiennent intégralement leur système, malgré les demandes américaines, ce qui provoque un ralentissement des échanges dès l’été, puis une tension diplomatique entre le Royaume-Uni et les États-Unis (guerre en 1812).
    • La fabrique d'armes Krupp est établie à Essen en Allemagne par Friedrich Krupp (inauguration en novembre 1811).
    • Impôt destiné à l’amortissement des dettes de l’État en Autriche.
    • Fin du système bimétalliste au Portugal : émission de monnaie de billon, de monnaie de cuivre et de papier monnaie.
    • Propositions de Speranski pour réformer les finances de l’État russe (emprunts, impôts, limitation de la circulation monétaire).
    • Trente mille Noirs (1/4 de la population noire) sont encore esclaves dans les États du Nord des États-Unis. Ils ne seront plus qu’un millier en 1840.
    • Zanzibar compte 200 000 habitants, dont 150 000 esclaves.
  • 1810-1811, Italie : réformes tendant à renforcer l’autorité du pouvoir central et à rendre plus efficace l’administration des différents États italiens. Un système hiérarchique de départements, district et communes couvre l’ensemble des territoires. Les barrières douanières intérieures sont abolies et les tarifs extérieurs uniformisés. Routes et ponts sont construits. Poids, monnaies et mesures sont unifiées. Les codes civil, commercial et pénal français sont introduits. L’instruction publique est réorganisée.
  • 1811 :
    • Banqueroute à Vienne. Tous les billets de banque sont échangés à 20 % de leur valeur contre un nouveau papier-monnaie (monnaie viennoise), pratiquement dépourvu de couverture métallique. La diète hongroise refuse de dévaluer.
    • Crise de l’industrie cotonnière en Europe continentale : le manque de matières premières (blocus des côtes) et l’augmentation des droits de douane entraîne la hausse des prix de vente. Les ventes s’effondrent. Les industriels ne peuvent plus rembourser les banques qui ont financé leurs équipements. Les banques, qui ont surestimé leurs capacités de financement, manquent de liquidités, et obligent les industriels du coton à rembourser en vendant leurs stocks. La Banque de France refuse de réescompter toutes les traites des autres banques, ce qui les prive de liquidités. Certains établissements font faillite à Lübeck, à Amsterdam, à Hambourg. La crise gagne tout le secteur bancaire européen, puis les industriels qui, privés de liquidités, déposent leur bilan ou ferment leurs usines.
  • 1813 : le blocus continental provoque la banqueroute de l’État danois.
  • 1814-1824 : aux États-Unis, par une série de traités signés avec les Indiens du Sud, les Blancs s’approprient les trois quarts de l’Alabama et de la Floride, un tiers du Tennessee, un cinquième de la Géorgie et du Mississippi ainsi que certaines régions du Kentucky et de la Caroline du Nord. Ces traités et ses saisies de terres jettent les bases de l’empire du coton.
  • 1815 :
  • 1816 :
    • Année sans été. Mauvaise récolte en Europe.
    • Crise économique en Europe due à la réouverture des marchés (produits manufacturés anglais, blé russe).
    • Le versement d’une indemnité de guerre par la France et la création d’une « banque nationale autrichienne » réussit à assainir la situation financière en Autriche.
  • 1816-1818 : Frédéric-Guillaume III de Prusse supprime les douanes intérieures de la Prusse.
  • 1818-1844 : essor considérable des royaumes unis de Suède et de Norvège sur les plans économiques, politique et culturel sous le règne de Charles XIV Jean de Suède.


  • France : la bourgeoisie d'Ancien Régime (négociants, financiers, officiers civils, manufacturiers) a investi dans la terre et a préféré changer ses assignats en biens fonciers. Le nombre de paysans propriétaires est passé de 4 millions en 1789 à 7 millions. Cette petite paysannerie ne peut pas toujours investir pour se moderniser, mais elle travaille dur pour conserver ses terres et la production augmente. Les salariés de l'industrie sont soit des « compagnons », qui maîtrisent la connaissance complète de leur métier et aspirent à devenir à leur tour patron (artisanat de type médiéval), soit des « chambrelans », qui possèdent leur instrument de travail et transforment le produit que lui remet le marchand-négociant (manufacture dispersée), soit des ouvriers d'usine, sans qualification technique (manufacture concentrée).
  • Disette en Hongrie[4].
  • Le pacha d’Égypte Méhémet Ali entreprend un vaste programme de réformes en modifiant notamment le règlement de l’exploitation des sols par l’instauration d’un monopole d’État (1812). Il donne au pays une administration centralisée, organise une puissante armée et commence à secouer les liens de vassalité qui le lient encore à la Porte. Méhémet Ali fait dresser un cadastre (1813 1821) et distribue aux paysans des terres dont ils ont l’usufruit viager. Il dirige la production, développe le système d’irrigation et introduit la culture du coton (Jumel), de la canne à sucre et du riz. Il fait installer des industries textiles par des techniciens français et italiens.

Empire russe[modifier | modifier le code]

  • 31 décembre 1810 : nouveau tarif douanier. Alexandre Ier rompt le blocus continental, qui avait des conséquences catastrophiques sur le commerce et l’industrie en Russie. Le nouveau tarif impérial rend pratiquement impossible les échanges entre le duché de Varsovie et la Russie.
  • 1812 : la politique de la terre brûlée laisse le territoire russe dévasté. Une extrême pauvreté subsistera pendant tous le XIXe siècle, notamment en Biélorussie, dont de nombreux habitants émigreront en Sibérie ou aux États-Unis.
  • 1813 : inauguration du canal Oginski, creusé entre le Niémen et le Dniepr[5].
  • 1815 :
  • 1816 :
    • Interdiction aux marchands d’acheter des serfs pour leurs fabriques en Russie.
    • Tarif douanier modéré abolissant un certain nombre de prohibitions en Russie.
  • 1816-1819 : le tsar Alexandre Ier de Russie abolit le servage en Estonie : à partir du milieu du XIXe siècle, les paysans auront le droit de posséder des terres et le système du travail forcé est supprimé.
  • 1816-1821 : multiplication des colonies militaires en Russie, organisées par Araktcheïev et à l’initiative d’Alexandre Ier de Russie. On veut installer chaque soldat avec sa famille et lui imposer à la fois l’obligation du service militaire et celle des travaux des champs. L’organisation de ces colonies est accompagnée de grandes cruautés.
  • 1817 :
    • Fondation de la Banque commerciale d’État[6]. Elle connaît peu de succès, et cédera une partie de ses dépôts à la Banque de Crédit foncier.
    • Lancement d’emprunts par le ministre des Finances Gouriev pour réduire la circulation monétaire[7].
    • Monopole de l’État sur la vente d’alcool[8].
    • Transfert de la foire de Makariev à Nijni Novgorod[9].
    • Début de la construction de routes pavées (390 km en 1825, 3300 en 1850).
  • 1818 : approbation d’une Société pour l’enseignement mutuel.
  • 1818-1819 : projets de réforme secrets et sans lendemains : constitution de Novosiltsov, plan de libération des serfs d’Araktcheïev.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

  • 1810 :
    • Crise économique en été : inflation de la monnaie de papier émise pour financer la guerre. Crise industrielle de surproduction, qui affecte les salaires. L’agriculture couvre tout juste les besoins de la population.
    • Les importations de coton ont doublé depuis 1790.
  • 1811-1816 : destruction de machines par les partisans Ned Ludd, qui les accusent de provoquer le chômage.
  • 1813 :
    • Abolition des droits des juges de paix dans la détermination des salaires.
    • Les dernières guinées d’or sont frappées.
  • 1814 :
    • Suppression des lois imposant un apprentissage.
    • Lois protectionnistes sur les céréales (corn Laws) : le haut prix offert aux producteurs britanniques et les droits élevés à l’entrée des blés étrangers provoque une extension des emblavures.
    • La Royal Navy compte 900 navires et 140 000 marins.
  • 1815 :
    • Les dépenses de guerre amènent le gouvernement britannique à donner un cours forcé aux billets émis par la banque d’Angleterre (27 millions de £ de 1792 à 1815) et les banques locales, les Country Banks (30 millions). La monnaie métallique est thésaurisée et la monnaie-billet circule ; comme elle ne cesse d’augmenter en volume, elle produit un effet de hausse des prix. Avec la paix, la confiance en cette monnaie diminue, alors que la spéculation à la baisse se déchaîne.
    • Les exportations des États-Unis vers le Royaume-Uni subissent une baisse considérable due à la fin de la guerre en Europe. Entre 1814 et 1816, les prix baissent de 25 %.
  • 1816 :
    • Gold Standard Act instituant le monométallisme-or (étalon-or) et créant deux unités monétaires, le souverain et le demi-souverain remplaçant la guinée.
    • la production annuelle de fer est de 250 000 tonnes. Celle de charbon est de 20 millions de tonnes.
  • 1817 : crise économique ; conjonction d’une crise bancaire (perte de confiance en la monnaie-billet après la guerre, spéculation à la baisse), d’une crise de surproduction industrielle (textile, armements navals et métallurgie, qui cessent d’être stimulés par les commandes de guerre) et d’une crise agricole (l’afflux des blés américains et russes fait chuter les prix, puis les mauvaises récoltes de 1816 et 1817 les font monter très vite) sur fond de chômage (l’armée et la marine ont renvoyé dans leurs foyers 300 000 hommes qui trouvent difficilement des emplois, travail des femmes et des enfants et mécanisation accélérée pendant la guerre).
  • Apparition et développement dans les années 1810-1820 des classes industrielles qui se fixent dans les villes. Une nouvelle bourgeoisie manufacturière apparaît dans les centres urbains où se crée une ségrégation sociale entre les zones résidentielles bourgeoises et les zones d’habitations ouvrières. Les conditions de travail dans les usines sont particulièrement dures (cadences soutenues liées au machinisme, travail de nuit grâce à l’éclairage au gaz, 12 à 15 heures de travail par jour).
  • 1,5 million d’hectares ont été touchés par les enclosures depuis le XVIe siècle.

Démographie[modifier | modifier le code]

  • 1811 : deuxième recensement au Royaume-Uni :
    • l’agriculture emploie 36 % des familles anglaises, soit 3,5 millions de personnes;
    • 17 109 864 habitant dont 9 551 888 en Angleterre ; 611 788 au Pays de Galles ; 1 805 688 en Écosse et 4 500 000 personnes en Irlande[10].
  • 1812 : La Russie compte 42,75 millions d’habitants.


  • Pologne : le grand-duché de Posen compte 776 000 habitants pour 29 000 km2. Le royaume de Galicie 3,5 millions d’habitants pour 77 000 km2. La république de Cracovie 88 000 habitants et 1 164 km2. Le royaume de Pologne 120 000 km2 et 3,3 millions d’habitants. Les 3,5 millions d’habitants du royaume de Galicie sont pour 47,5 % des Polonais, pour 45,5 % des Ruthènes, puis des Juifs (6 %) et des Allemands (1 %). Lemberg compte 40 000 habitants. Le pays est essentiellement agricole. Les industries (textiles, verreries, brasseries) sont rares et dispersées. Les quelques routes sont mauvaises, l’état sanitaire déplorable (78 médecins pour toute la province en 1821). Metternich applique une politique absolutiste en liaison avec les éléments féodaux.
  • Rio de Janeiro passe en quelques années de 60 000 à 150 000 habitants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jan Vansina, Paths in the Rainforests : Toward a History of Political Tradition in Equatorial Africa, Univ of Wisconsin Press,‎ 1990 (ISBN 9780299125745, présentation en ligne)
  2. Christophe-Guillaume Koch, Histoire abrégée des traités de paix, entre les puissances de l'Europe, depuis la Paix de Westphalie, vol. 10, Gide fils,‎ 1818 (présentation en ligne)
  3. Jean Tulard, Napoléon : Ou le mythe du sauveur, Fayard,‎ 1983 (ISBN 9782213647968, présentation en ligne)
  4. Jean Bérenger, Histoire de l'Empire des Habsbourg (1273-1918), Fayard,‎ 1990 (ISBN 9782213648019, présentation en ligne)
  5. Jean Baptiste J. Champagnac, Manuel des dates en forme de dictionnaire, Paris, Perisse frère,‎ 1839 (présentation en ligne)
  6. Jean-Claude Caron, Michel Vernus, L'Europe au 19e siècle : Des nations aux nationalismes (1815-1914), Armand Colin,‎ 2011 (ISBN 9782200273392, présentation en ligne)
  7. // Русский биографический словарь, сетевая версия
  8. Maurice Perdrigeat, Le monopole de l'alcool, Imprimerie Y. Cadoret,‎ 1901 (présentation en ligne)
  9. Portail officiel de la ville de Nijni Novgorod
  10. Artaud de Montor Encyclopédie des gens du monde Librairie de Treuttel et Würtz, 1834