Sékou Amadou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sékou Amadou (ou Cheikhou Amadou[1] ; peul : Seeku Aamadu) était un marabout peul, fondateur de l’Empire peul du Macina. Il est né en 1776 à Molangol, un village près de Mopti et mort en 1844 ou 1845[2].

Sékou Amadou, né Amadou Hâmmadi Boubou (peul : Aamadu Hammadi Buubu) du clan Bari, fut élevé par le jeune frère de son père, Hamman Lobbo. Après avoir suivi un enseignement coranique à Djenné, il rencontre l’hostilité des oulémas et doit s’exiler à Noukouma, au nord de Djenné. C’est à Noukouma qu’il livre sa première bataille en 1818 contre les ardos, (chefs) peul animistes alliés au Fama (roi) de Ségou. Aussitôt, il déclare le Jihad et conquiert Djenné en 1819 où il fait raser la grande mosquée construite par le roi Koi Koumboro dont la beauté offensait l’islam dépouillé qu’il prêche pour en construire une nouvelle.

Il fonde un empire théocratique, l’Empire peul du Macina, appelé Diina et la ville d’Hamdallaye (loué soit Dieu) qui devient la capitale, située à proximité de Mopti, sur les bords du Bani. Cet empire sera étendu par son fils jusqu’à Tombouctou. Très puritain, il s’efforce de propager l’islam chez les animistes. Il organise le Macina militairement et administrativement, sédentarise les Peuls et établit une fiscalité draconienne.

Il reçoit du Calife de Sokoto (dans actuel Nigeria) le titre de Cheick (Sékou qui signifie guide spirituel) et prend le titre de commandeur des croyants.

Il meurt de mort naturelle en 1844 ou 1845. Son fils Amadou Sékou, puis son petit-fils Amadou Amadou lui succèdent.

Sources[modifier | modifier le code]

  • L'empire peul du Macina, 1818-1853, de Amadou Hampâté Bâ et Jacques Daget, aux Nouvelles Editions Africaines.
  • Un empire peul au XIXe siècle. La Diina du Maasina, de Bintou Sanankoua, aux éditions Karthala ACCT.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il était aussi connu par des sources en langue arabe de l'epoch sous des noms en arabe : شيخ أحمدو بن محمّدو لبّو (Shaykh Aḥmadu bin Muḥammadu Lobbo), et أحمد بن محمّد بوبو بن أبي بكر بن سعيد الفلاني (Aḥmad bin Muḥammad Būbū bin Abī Bakr bin Sa'id al-Fullānī).
  2. au moins deux sources indique 1844: l'Encyclopédie Encarta [1], Les grandes dates historiques du Mali sur le site Afribone [2]. L'article en langue anglaise indique 1845