Deuxième pandémie de choléra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vers 1826, la deuxième pandémie de choléra asiatique fait son apparition aux Indes, gagne Moscou en 1830, Berlin en 1831, pour finalement atteindre les îles Britanniques en février et la France en mars 1832.

En France[modifier | modifier le code]

À Paris, le premier cas de choléra est attesté le 26 mars 1832. Le 7 avril, 1 853 cholériques sont répertoriés[1]. L'épidémie y fera près de 19 000 victimes en six mois, et autant à Marseille. Le département de Seine-et-Marne, par exemple, perdra 2,5 % de sa population entre avril et septembre 1832. L'épidémie s'achevant en septembre-octobre fit environ 100 000 victimes. Venant d'Inde en 1831 pour atteindre la Grande-Bretagne d'où elle a ensuite gagné la France. Parmi les personnalités touchées par cette pandémie, on relate la disparition de Casimir Périer le 16 mai et inhumé au cimetière du Père Lachaise et le général Lamarque, personnalité de l'opposition décédé le 5 juin entraînant une insurrection qui sera violemment réprimée.

Le grenier de réserve de Paris fut temporairement transformé en hôpital pour faire face à l'afflux de malades.

Dans les années qui suivirent l'épidémie, le préfet de police Gabriel Delessert prit, entre autres, des mesures draconiennes d'assainissement des quartiers insalubres de Paris, développa et améliora le réseau d'égouts.

En 1832, à Paris eut lieu une exposition à but caritatif. Le titre du catalogue édité à cette occasion est : Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture et gravure exposés à la galerie du musée Colbert le 6 mai 1832, par MM. les Artistes, au profit des indigens des douze arrondissements de la ville de Paris, atteints de la maladie épidémique.

Au Québec[modifier | modifier le code]

En 1832, confronté à un réel danger d'épidémie, le gouvernement du Bas-Canada adopte la Loi créant la station de quarantaine, et met sur pied une station à Grosse-Île, dans le fleuve Saint-Laurent, en aval de Québec. Avec la reprise de la saison de navigation et un taux d'immigration élevé au Bas-Canada, on redoute l'apparition de la maladie. Le 9 juin, les premiers cas de choléra sont rapportés dans la ville de Québec.

Morts célèbres de cette deuxième pandémie[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Des romans francophones se situent dans le contexte de la deuxième pandémie de choléra :

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Boucher de Perthes, Sous dix rois : Souvenirs de 1791 à 1860 - Volume 5 (1863)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]