Alvise Giovanni Mocenigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Mocenigo.
Alvise Giovanni Mocenigo
Alvise Giovanni Mocenigo
Alvise Giovanni Mocenigo
Fonctions
118e doge de Venise
19 avril 176331 décembre 1778
&&&&&&&&&&&0573515 ans, 8 mois et 12 jours
Prédécesseur Marco Foscarini
Successeur Paolo Renier
Biographie
Date de naissance 19 mai 1701
Lieu de naissance Venise
Date de décès 31 décembre 1778 (à 77 ans)
Lieu de décès Venise
Nationalité Italien
Conjoint Pisana Corner

Alvise Giovanni Mocenigo

Alvise Giovanni Mocenigo (né le 19 mai 1701 à Venise – mort le 31 décembre 1778 dans la même ville) est un homme politique italien du XVIIIe siècle, qui est le 118e doge de Venise, élu en 1763.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alvise Giovanni Mocenigo est le fils de Alvise et de Paolina Badoer. Né dans une famille très riche et puissante, il mène une carrière rapide recouvrant avec succès de nombreuses charges. Il est ambassadeur en France, Rome, Naples et le Portugal.

Marié à Pisana Corner qui meurt pendant le dogat en 1769 (certaines sources évoquent sa mort en 1796) ils ont six garçons. Bien qu'il soit un habile diplomate, le peuple le considère comme un homme au caractère faible influencé par sa femme.

Le dogat[modifier | modifier le code]

Il atteint la charge suprême le 19 avril 1763, unique candidat, élu avec le maximum des voix. La République de Venise est désormais en plein déclin, sans politique internationale car elle est enfermée dans une immobile neutralité, isolée du progrès économique, presque le jouet des évènements. Son dogat est plus rappelé pour la finesse du mobilier de ses appartements que pour des actes politiques ou historiques.

Vers 1770 la crise économique frappe la République et les remèdes ne sont que des palliatifs. Les lois contre le luxe se révèlent tout aussi inutiles et il y a de nombreux scandales financiers et de mœurs, signe du déclin moral de la classe dirigeante. Même le doge est impliqué dans une histoire embarrassante lorsque son anneau est retrouvé entre les mains d'une « noble dame ». Malgré ces faits, Mocenigo est un bon souverain, modéré, généreux. Il limite les privilèges du clergé, et par conséquence entre en conflit avec la pape Clément XIII.

Pour chercher à développer l'économie, il crée d'importantes relations commerciales avec Tripoli, Tunis, le Maroc, la Russie et même l'Amérique.

Il meurt le 31 décembre 1778 et fut inhumé dans la basilique de San Zanipolo.

Le doge apparait devant le peuple dans la basilique Saint-Marc de Venise

Sources[modifier | modifier le code]