Pietro Grimani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pietro Grimani
Pietro Grimani
Pietro Grimani
Fonctions
115e doge de Venise
30 juin 17417 mars 1752
&&&&&&&&&&&0390310 ans, 8 mois et 7 jours
Prédécesseur Alvise Pisani
Successeur Francesco Loredano
Biographie
Date de naissance 5 octobre 1677
Lieu de naissance Venise
Date de décès 7 mars 1752 (à 74 ans)
Lieu de décès Venise
Nationalité Italien

Pietro Grimani

Pietro Grimani (Venise, 5 octobre 1677 – Venise, 7 mars 1752) est le 115e doge de Venise élu en 1741.

Sous son dogat, comme sous celui de tant de doges du XVIIIe siècle, il ne se produit pas de grands évènements qui impliquent la Venise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pietro Grimani est le fils de Pietro et de Caterina Morosini. C'est un homme très cultivé et un poète reconnu, le premier parmi les princes de la Sérénissime à l'être presque de profession, il se montre un grand mécène et favorise l'art et la science.

Très riche et célèbre, il se consacre tout jeune à la carrière diplomatique qu'il exerce surtout en France et en Angleterre où il fait la connaissance de personnes très importantes dont Isaac Newton. Il devient membre de la Royal Society le 23 octobre 1712. Pendant plus de 20 ans (de 1719 à son élection) il est sage auprès du conseil et il se montre un homme compétent et intelligent pour les affaires de l'état. Il est élevé jusqu'à la charge de procurateur.

Le dogat[modifier | modifier le code]

Le 30 juin 1741, il devient doge après un seul tour de scrutin, avec 26 voix sans de réels opposants.
Son dogat se déroule tranquillement et voit refleurir un esprit artistique grâce aux subventions de l'état et à la protection du doge. Même l'économie, déjà renaissante vers 1736, reprend de la vigueur en raison des nombreuses guerres qui ensanglantent l'Europe et de la neutralité de Venise ce qui lui permet de relancer son activité commerciale même si elle n'est plus au niveau du XVIe siècle ou du XVIIe siècle. Grimani meurt le 7 mars 1752, sans jamais avoir été très aimé par le peuple qui juge avare et trop « poète » pour répondre efficacement aux exigences de la situation. Il fut inhumé dans l'église de la Madonna dell'Orto sous une plaque de marbre avec ses armoiries.

Référence[modifier | modifier le code]