Mocenigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Mocenigo.
Mocenigo
Armes de la famille.
Armes de la famille : Mocenigo
Blasonnement Coupé d'azur sur argent, à 2 roses de 4 feuilles de l'un à Vautre, boutonnées d'or[1],[2],[3].
Devise Pulcherrima virtus[4]
Branches Mocenigo Casa Vecchia
Mocenigo Casa Nuova
Période XIIe siècle-XIXe siècle
Pays ou province d’origine Flag of Most Serene Republic of Venice.svg République de Venise
Allégeance Flag of Most Serene Republic of Venice.svg République de Venise
Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Flag of the Repubblica Cisalpina.svg République cisalpine
Flag of the Italian Republic (1802).svg République italienne
Flag of the Napoleonic Kingdom of Italy.svg Royaume d'Italie
Flag of Kingdom of Lombardy-Venetia.svg Royaume de Lombardie-Vénétie
Charges Doge de Venise
Fonction(s) militaire(s) Amiral de la République de Venise
Récompense(s) civile(s) Étoile d'or
Ordre de la Couronne de Fer

Mocenigo est le nom d'une famille noble, de patriciens vénitiens, qui a donné plusieurs doges à la République de Venise.

Parmi les familles les plus importantes de la ville, et mentionnée dès le XIIe siècle[5], sont issus sept doges de la République de Venise et d'autres éminents hommes politiques, diplomates, soldats, écrivains et membres du clergé.

Historique[modifier | modifier le code]

La tradition veut que la famille Mocenigo soit originaire de Milan, patrie du fondateur de la famille, Benedetto, lequel déménagea en Vénétie, où il édifia le château de Musestre (it), près de Sile. Il s'installa à Venise, fut admis comme patricien et nommé commandant de la défense de l'Istrie.

Le fait est que les Mocenigo ont été initialement appelés Marzolino ou Moyosolino et la diction moderne a été fixée seulement en 1122[5]. Ils sont restés dans le Grand Conseil même après son lockout de 1297.

Il y avait deux principales branches de la famille, les Mocenigo Casa Vecchia et les Mocenigo Casa Nuova. Ces dénominations ont pour origine la subdivision de la propriété des édifices familiaux : la branche aîné Casa Vecchia acquit le plus ancien des palais Mocenigo sur le Grand Canal (Palazzo Mocenigo Casa Vecchia a San Samele)[5].

La branche Casa Vecchia vivant à San Samuele, descendait de Pietro Mocenigo, militaire qui se distingue à la fin du XIIIe siècle, l'autre branche, provenaient de Nicolò, frère du doge Alvise Ier, et s'établit à San Stae, près du Palazzo Mocenigo (Santa Croce) (it) de Santa Croce[6], qui abrite aujourd'hui une galerie d'art et les bureaux du Centre pour l'histoire des textiles et de costumes Centro Studi di Storia del Tessuto e del Costume[7].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Image Armes des Mocenigo
Coat of arms of the House of Mocenigo.svg

Coupé d'azur sur argent, à 2 roses de 4 feuilles de l'un en l'autre, boutonnées d'or.[1],[2],[3]

Ornements extérieurs Comtes sénateurs du Royaume d'Italie.svg
Blason à dessiner.svg
Alvise Mocenigo (10 avril 1760 - Venise25 décembre 1815 - Venise), conseiller d'État, sénateur du Royaume d'Italie (1805-1814), comte du Royaume, chevalier de l'Ordre de la Couronne de Fer,

''Écartelé : au 1, des comtes sénateurs (du Royaume) ; au 2, d'azur à la fasce d'argent, chargée d'une rose du champ, accompagnée en chef d'une rose d'argent ; au 3, gueules au soleil horizontal cantonné à senestre de [...] et à une construction mouvant de la pointe et sortant d'un canal de [...] ; au 4, de sinople à deux barres d'argent.[2],[3] Coats of arms of None.svg Une couleur n'est pas précisée dans le blasonnement ci-dessus.
Veuillez faire apparaître la couleur inconnue en blanc (table d'attente) et l'argent en gris
.


Tombe de Pietro Mocenigo.
Monnaie (1704) du doge Alvise II Mocenigo de 1704.

Membres illustres[modifier | modifier le code]

Doges[modifier | modifier le code]

Personnalités politiques[modifier | modifier le code]

Diplomates[modifier | modifier le code]

  • Alvise Francesco Mocenigo[13] (1799 - 1884): entrepreneur et diplomate à la cour d'Autriche ; fut aussi président de l'Ateneo Veneto di Scienze, Lettere ed Arti.
Et aussi[14] 

Militaires[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Ecclésiastiques[modifier | modifier le code]

Galerie de portraits[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Palais[modifier | modifier le code]

Façade du Palazzo Mocenigo
  • Palazzo Mocenigo (Santa Croce) (it) : la branche qui descendait de Nicolò Mocenigo (le frère de Alvise Ier Mocenigo) s'y installe au début du XVIIe siècle jusqu'en dix neuf cents lorsque meurt Alvise Nicolò Mocenigo, dernier descendant direct de la branche de San Stae, qui le donna à la municipalité de Venise[17]. Il est actuellement occupé par une galerie d'art, ainsi que par les bureaux du Centro Studi di Storia del Tessuto e del Costume[7] (Centre pour l'histoire des textiles et de costumes).
  • Palazzo Mocenigo Ca' Vecchia : bâtiment de style gothique, qui a été reconstruit entre 1623 et 1625[18].
  • Palazzo Mocenigo detto "il Nero" (le Noir) ;
  • Palazzo Mocenigo Ca' Nova : palais construit à la fin du XVe siècle, et reconstruit un siècle plus tard. La façade a été achevée au début du XVIIe siècle[18].
  • Palazzo Nani Mocenigo : bâtiment de style gothique du XVe siècle.
  • Palazzo Contarini Mocenigo : construit au XVIe siècle, passe au rameau Mocenigo de San Stae en 1883. Il est actuellement la propriété de la ville de Venise et est le siège de la police municipale[19]

Andrea Palladio indique, dans Les Quatre Livres de l'architecture (1570) deux projets pour Leonardo Mocenigo, non réalisés[20] :

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse : contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes et l'état des grandes terres du royaume ...: On a joint à ce dictionnaire le tableau généalogique et historique des maisons souveraines de l'Europe et une notice des familles étrangères, les plus anciennes, les plus nobles et les plus illustrés, vol. 13, Schlesinger frères,‎ 1868, 3e éd. (lire en ligne) ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse : contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes et l'état des grandes terres du royaume ...: On a joint à ce dictionnaire le tableau généalogique et historique des maisons souveraines de l'Europe et une notice des familles étrangères, les plus anciennes, les plus nobles et les plus illustrés, vol. 13, Schlesinger frères,‎ 1868, 3e éd. (lire en ligne)
  2. a, b et c Armorial du Souvenir
  3. a, b et c Albert Révérend, Armorial du Premier Empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, vol. 3, Paris, (4 vol. in 2) Au bureau de L'Annuaire de la noblesse,‎ 1894 (lire en ligne)
  4. Héraldique
  5. a, b et c Giuseppe Tassini, Curiosità Veneziane : note integrative e revisione a cura di Marina Crivellari Bizio, Franco Filippi, Andrea Perego, Venise, Filippi Editore,‎ 2009 (1re édition 1863), p. 452 p.
  6. La famille a vécu dans ce palais jusque dans les années soixante-dix quand, suite au décès de Constance Faa di Bruno épouse d'Alvise Nicolò Mocenigo (dernier descendant direct de la branche de San Stae sans enfant), il est revenu, selon ses volontées, à la municipalité de Venise. “ Palais Mocenigo de San Stae “, dans Musées - Santa Croce
  7. a et b (it) « Fondazione Musei Civici Veneziani - Centro Studi di Storia del Tessuto e del Costume » (consulté le 22-10-2009)
  8. Louis Moréri, tom. VII, Éd. de 1759.
  9. (en) Enrico Benassi, The clinical consultations of Giambattista Morgagni, Francis A. Countway Library of Medicine,‎ 1984, p. 389
  10. (it) Relazioni dei rettori veneti in terraferma : Provveditorato generale di Palmanova, vol. 14, A. Giuffrè,‎ 1979, p. XLIX
  11. (it) Relazioni dei rettori veneti in terraferma : Provveditorato generale di Palmanova, vol. 14, A. Giuffrè,‎ 1978, p.245
  12. Sources :
  13. (it) « Ateneo Veneto di Scienze, Lettere, ed Arti » (consulté le 07-10-2009)
  14. Mercure de France de novembre 1756, p. 231.
  15. (it) « Archivio di Stato di Venezia » (consulté le 23-02-2009)
  16. a et b (it) « I Codici Minucciani dell'Istituto Storico Germanico di Roma - Inventario » (consulté le 07-10-2009)
  17. « Fondazione Musei Civici Veneziani - Palazzo Mocenigo » (consulté le 22-10-2009)
  18. a et b (it) Guida d'Italia del Touring Club Italiano : Venezia, vol. 6, Touring Editore,‎ 1985 (ISBN 9788836500062)
  19. (it) « Palazzo Contarini a S. Beneto » (consulté le 21-10-2009)
  20. « Centro Internazionale di Studi di Architettura Andrea Palladio » (consulté le 07-10-2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]