Marcantonio Giustinian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcantonio Giustinian
Marcantonio Giustinian
Marcantonio Giustinian
Fonctions
107e doge de Venise
26 janvier 168423 mars 1688
&&&&&&&&&&&015184 ans, 1 mois et 27 jours
Prédécesseur Alvise Contarini
Successeur Francesco Morosini
Biographie
Date de naissance 2 mars 1619
Lieu de naissance Venise
Date de décès 23 mars 1688 (à 69 ans)
Lieu de décès Venise
Nationalité Italien

Marcantonio Giustinian

Marcantonio Giustinian (né le 2 mars 1619 à Venise – mort le 23 mars 1688) est le 107e doge de Venise. Élu en 1684, son dogat dure jusqu'en 1688.

Homme très pieux et de grande culture, après avoir fait des études de philosophie, de théologie et d'histoire à l'Université de Padoue. Il parle de nombreuses langues, le latin, le grec et l'hébreu. Dénué d'ambitions, il assume parfaitement le rôle de doge de pure représentation. Sous son dogat, la guerre commencée en 1684 contre les Turcs se poursuit et assure de nombreuses victoires à son successeur Francesco Morosini à l'époque provéditeur militaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcantonio Giustinian est le fils de Pietro et de Marina. Il se distingue comme ambassadeur en France (le roi le fait chevalier) où, grâce à sa grande capacité d'orateur, il obtient beaucoup de fonds pour la République pour la poursuite de la guerre en Crète (16451669).

C'est un homme très riche, il entreprend une carrière politique alors qu'il est encore jeune. Il est membre du conseil des Dix et recouvre quelques charges sans jamais en obtenir d'importantes car il est jugé trop « médiocre ». Il ne s'est jamais marié et n'a jamais eu de femme pour éviter les « péchés » comme il aime à le répéter soulignant sa dévotion excessive.

Le dogat[modifier | modifier le code]

Le 26 janvier 1684 il est élu doge surprenant certains qui, n'étant pas au fait que Venise cherche une personne manœuvrable, pensent que le vainqueur serait Francesco Morosini qui ne peut que mener des campagnes militaires supplémentaires en 1686 et en 1687, accroissant encore plus sa gloire. En effet Giustinian n'est que l'ombre de Morosini qui catalyse l'attention car en peu de temps, avec des dimensions et des moyens réduits, il réussit à battre plusieurs fois les Turcs et conquérir les îles de Leucade, Prevesa, Kalamata, Pylos.

Ces années sont exaltantes après tant de siècles pendant lesquels les Vénitiens doivent subir des défaites ou attendre pendant des décennies les résultats des sièges et obtempérer à d'onéreux traités de paix. Les armées vénitiennes semblent imbattables. Le doge, homme modeste qui ne peut rivaliser avec Morosini, se limite à organiser des fêtes et des banquets et se rendant à l'église si souvent qu'on le surnomme San Zuanino ou aussi la "doge des Te Deum". Il vit les quatre ans et demi de règne sans prendre de décisions sinon avec l'assistance des conseillers et s'attirant, pour cela, les critiques du peuple. Il meurt le 23 mars 1688, après l'échec d'une opération chirurgicale sans être regretté par le peuple qui lui reproche toutes les difficultés du moment. Il fut enterré dans l'église San Francesco della Vigna.

Plus tard, après ses funérailles, une poésie circula qui ironisait sur les noms des médecins qui le soignaient, « Thon et Dauphin » (Tonno et Delfino), en disant qu'il avait été tué par deux poissons pas très bons.

Sources[modifier | modifier le code]