Pasqual Cicogna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cicogna.
Pasqual Cicogna
Pasqual Cicogna
Pasqual Cicogna
Fonctions
88e doge de Venise
18 août 15852 avril 1595
&&&&&&&&&&&035149 ans, 7 mois et 14 jours
Prédécesseur Nicolò da Ponte
Successeur Marino Grimani
Biographie
Date de naissance 27 mai 1509
Lieu de naissance Venise
Date de décès 2 avril 1595 (à 85 ans)
Lieu de décès Venise
Nationalité Italien
Conjoint Laura Morosini

Pasqual Cicogna

Pasqual Cicogna (27 mai 1509, Venise – 2 avril 1595, Venise) est le 88e doge de Venise élu en 1585, son dogat dure jusqu'en 1595.

Homme de grande expérience et d'une famille prestigieuse même si elle n'appartient pas à l'antique noblesse, le dogat de Pasqual Cicogna se déroule tranquillement et n'est pas noirci par de graves incidents internes ou internationaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pasqual Cicogna est le fils de Gabriele et de Marina Manomesso. Il n'est pas très riche bien qu'issu d'une famille noble, aussi, tout jeune, il doit se démarquer dans ses fonctions et il devient rapidement un habile expert dans les charges publiques qu'il obtient. Plusieurs fois podestat, il devient commandant de Candie (la Crète) qui se trouve hors de vue de l'empire vénitien, il est très apprécié et admiré pour ses qualités politiques et humaines.

Homme très religieux, il est très lié à l'église des Crociferi (Porte-Croix).

Il appuie la demande d'Henri de Navarre au trône de France, et convainc le pape Sixte V de soutenir Henri en échange de sa conversion au catholicisme.

On dit qu'il est destiné à devenir doge : En Crète, une colombe s’est posé sur son épaule pendant une procession religieuse et à Venise, lors de la fin du dogat de son prédécesseur Nicolò da Ponte, le couvre-chef dogal qui est tombé de la tête du doge roule à ses pieds.

Il épouse Laura Morosini, il est déjà veuf lors de son élection.

Le dogat[modifier | modifier le code]

À la mort de Nicolò da Ponte, le conclave qui se réunit pour le choix de son successeur devient presque chaotique et les nobles en arrivent aux mains. Après 53 tours de scrutin, les électeurs se décident à élire Cicogna qui ne s'était pas présenté et en est très surpris. Lors de la procession pour son couronnement, il rompt avec la tradition et distribue des pièces en argent plutôt que des ducats d'or, ces pièces sont connues depuis sous le nom de cicognini.

Son dogat se passe sereinement hormis les relances continuelles de la papauté qui trouve excessivement libérale la politique de la république de Venise envers les non catholiques. Cicogna, bien qu'étant très croyant, défend avec fermeté la liberté dont peuvent bénéficier les citoyens de la république et les étrangers qui y résident.

Au cours de ces années, Venise continue sa politique d'embellissement architectural qui dure tout le XVIe siècle ; parmi les œuvres les plus importantes, le pont du Rialto (15881591), la construction des prisons des Piombi (15911605), le pont des Soupirs (15901600).

Pasquale Cicogna meurt de fièvre le 2 avril 1595. Il fut enterré dans l'église Santa Maria Assunta.

Sources[modifier | modifier le code]