Alvise Pisani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pisani.
Alvise Pisani
Alvise Pisani
Alvise Pisani
Fonctions
114e doge de Venise

&&&&&&&&&&&023436 ans, 5 mois et 0 jour
Prédécesseur Carlo Ruzzini
Successeur Pietro Grimani
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Venise
Date de décès (à 77 ans)
Lieu de décès Venise
Nationalité Italien
Conjoint Elena Badoer

Alvise Pisani

Alvise Pisani (Venise, 1er janvier 1664 – Venise, 17 juin 1741) est le 114e doge de Venise élu en 1735.

Comme tous les doges du XVIIIe siècle, Pisani ne songe qu'à la préparation des fêtes et à gérer les affaires courantes sans trop se mêler des problèmes internationaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alvise Pisani est le fils de Gianfrancesco et de Paolina Contarini. C'est un homme très riche et jugé avare[Par qui ?] malgré les dépenses considérables qu'il engage sur ses propres fonds pendant son dogat, il cherche à imiter le style de vie des rois sans jamais l'atteindre, il est appelé le « pauvre prince ».
Ambassadeur en France, en Autriche et en Espagne, il est plusieurs fois sage et conseiller dogal.
Il est candidat au poste suprême en 1722 et en 1732. En 1735, il est l'unique candidat mais dépense beaucoup d'argent pour corrompre les 41 électeurs afin d'être élu à l'unanimité.

Il est marié à Elena Badoer.

Le dogat[modifier | modifier le code]

Élu le 17 janvier 1735, il va immédiatement habiter le palais des Doges emmenant avec lui toute sa famille. Les fêtes pour son élection sont fastueuses et de nombreux sonnets sont composés en son honneur. L'unique événement important au cours de cette période est, selon certains chroniqueurs[Lesquels ?], le carnaval ; par ailleurs la liberté d'expression se développe, comparativement aux pratiques de l'époque.

À partir de 1736, grâce à l'introduction d'un nouveau type de navires dit navires « atte », avec un équipage réduit et de nombreux canons[1], l'économie s'améliore après les crises de 1733 et 1734. En mai 1741 on lui octroie quelques mois de repos dans une villa de la terre ferme et alors qu'il monte sur la gondole, il se sent mal et doit être porté au palais. Il meurt le 17 juin 1741. L'église Saint-André du Lido où il fut inhumé n'existe plus de nos jours, démolie au cours du XIXe siècle.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Daru: Histoire de la république de Venise, 7e tome, page 182, édition Frimin Didot « Par cette dernière dénomination ou entend les bâtiments de commerce dont le gouvernement se réserve l'emploi en temps de guerre. Ils doivent avoir au moins soixante-douze pieds de quille. Lorsqu'on éprouva des insultes des Barbaresques, on rendit un décret en faveur des négociants qui feraient construire des vaisseaux assez forts pour se défendre. On leur promit de leur prêter gratuitement des canons et des soldats. Le gouvernement s'engagea à leur fournir à un prix modique des munitions de guerre, à modérer en leur faveur les droits d'entrée et de sortie, et à contribuer aux frais de construction. Les vaisseaux de guerre qui se construisent à Venise ne passent jamais quatre-vingt-dix canons. La communication des bassins avec la mer est trop difficile pour en construire de plus gros. »
Précédé par Alvise Pisani Suivi par
Carlo Ruzzini
Doge de Venise
Pietro Grimani

Sources[modifier | modifier le code]