Marino Faliero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Faliero.
Marino Faliero
Marino Faliero par Francisco Pradilla
Marino Faliero par Francisco Pradilla
Fonctions
55e doge de Venise

&&&&&&&&&&&&06971 an, 10 mois et 27 jours
Prédécesseur Andrea Dandolo
Successeur Giovanni Gradenigo
Biographie
Date de naissance 1285
Lieu de naissance Venise
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Venise
Nationalité Italien

Marino Faliero

Marino Faliero[1], né vers 1285 et mort décapité le , est le 55e doge de Venise, élu le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Marino Faliero est né vers 1285. On sait peu de choses sur sa jeunesse, si ce n’est qu’à l’âge de trente ans il devient membre du Conseil des Dix qui venait d'être constitué après la conjuration de Bajamonte Tiepolo. De noblesse ancienne, issu d'une famille probablement originaire de Fano qui avait déjà donné deux doges à la République de Venise[2], fort riche et propriétaire de vastes terres, Faliero était un homme d’action, hautain mais courageux, capable aussi de gestes violents comme lorsqu'il gifla un évêque qui s’était présenté en retard à une cérémonie présidée par lui[réf. nécessaire].

Dogat[modifier | modifier le code]

Après la mort d'Andrea Dandolo, Marino Faliero fut élu doge de Venise le , au premier tour de scrutin. Il se trouvait alors à Avignon, comme ambassadeur de Venise auprès du pape Innocent VI.

Il arrive à Venise le 5 octobre suivant, sur le Bucentaure. Son arrivée fut cependant marquée par un incident qui fut qualifié de mauvais augure : perdu dans le brouillard, le navire accosta non pas devant la porte du palais des Doges mais devant les deux colonnes de Saint Marc et de Saint Théodore, entre lesquelles avaient traditionnellement lieu les exécutions capitales.

Son ambition de grandeur, son caractère violent lui firent considérer la fonction ducale comme insuffisante pour un homme de son tempérament.

L'époque de son dogat était en outre marquée par une récession économique dont le peuple pâtissait. Dans de telles conditions, la concurrence avec Gênes était économiquement insupportable : la guerre contre Gênes avait fortement perturbé le commerce et aggravé les difficultés économiques (ainsi, les taux d’intérêt avaient été relevés de 40 %). De 1350 à 1355, Venise connut une situation économique particulièrement délicate, dans une Europe qui peinait à se remettre des conséquences désastreuses de la Peste Noire de 1347-1351.

Faliero tenta alors de négocier un accord secret avec le gouvernement de Gênes, destiné à assouplir la concurrence entre les deux cités rivales.

Conspiration[modifier | modifier le code]

Francesco Hayez, La dernière heure du Doge Marino Faliero, Milan, Academia di Belle Arti di Brera

Faliero eut alors l’idée d’une conjuration permettant d’asseoir la domination de sa famille contre l’aristocratie qui dominait la cité ; il parvint à rallier à son projet quelques grands bourgeois de Venise : Bertuccio Israello, propriétaire de navires, Filippo Calendario, tailleur de pierres et riche propriétaire de chalands, ainsi que Bertrando Bergamoso, riche tanneur.

La date de l’insurrection fut fixée au  : les insurgés, armés, devaient envahir le palais ducal, assassiner les membres des divers Conseils ainsi que les membres de la noblesse présents, supprimer le Grand Conseil et de proclamer le doge « Seigneur de Venise ».

La conjuration échoua à cause des confidences de Bergamose à un de ses amis, le praticien Nicolo Lion : les conjurés furent rapidement arrêtés et soumis à la torture et on put ainsi apprendre le nom de leur chef, le doge en personne. La ville fut alors mise en état d’alarme. Le 16 avril, Bertucio Israello et Filippo Calendario furent jugés et exécutés, en compagnie de neuf autres conjurés.

Exécution[modifier | modifier le code]

L'exécution de Marino Faliero par Delacroix, 1827.

Le 17 avril, ce fut le tour de Marino Faliero d’être jugé pour haute trahison : outre la tentative de coup d'État contre les institutions vénitiennes, il lui fut reproché d'avoir tenté de négocier l'accord économique avec Gênes, alors grande rivale de Venise.

Il fut condamné à être décapité. L’exécution eut lieu dans la cour du Palais des Doges, au pied du perron sur lequel, avant de ceindre la couronne ducale, Faliero avait prêté serment d’observer la « promissione ». Le bourreau, son épée sanglante dans la main, cria aux spectateurs : « constatez tous qu’il a été fait justice du traître ».

Le cadavre du doge resta exposé toute une journée, la tête tranchée.

Au soir du 18 avril, il fut déposé dans une gondole et inhumé sans aucune cérémonie, dans un caveau creusé dans une chapelle de la basilique de San Zanipolo, nécropole des doges de Venise.

Divers[modifier | modifier le code]

Marino Faliero est le seul des 76 premiers doges à ne pas être dépeint dans la salle du Grand-Conseil du Palais des Doges, pour cause de haute trahison. L'emplacement où devrait se trouver son portrait montre une tenture noire sur laquelle est inscrite la phrase suivante : « Hic est locus Marini Falieri decapitati pro criminibus » (Ici se trouve l'emplacement de Marino Falier, décapité pour ses crimes). Cette mise en scène était destinée à impressionner les ennemis de la République et à montrer qu'aucun, fût-il revêtu de la plus haute dignité, n'était à l'abri du châtiment.

Postérité littéraire et artistique[modifier | modifier le code]

L'épisode de la conjuration de Marino Faliero a été porté à la scène à plusieurs reprises :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On dit aussi simplement Marin Falier.
  2. Vital Faliero de' Doni (1084-1095) et Ordelafo Faliero, son fils (1102-1118)


Précédé par Marino Faliero Suivi par
Andrea Dandolo
Doge de Venise
Giovanni Gradenigo