Élections législatives françaises de 1848

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1846 Drapeau de la France 1849 Suivant
Élections législatives françaises de 1848
Démographie électorale
Inscrits  9 395 035
Votants 7 835 327
  
83,30 %

Les élections législatives ont lieu les 23 et 24 avril 1848.

Suite aux journées de février 1848, le gouvernement provisoire a fixé au 9 avril l'élection de l’Assemblée nationale constituante chargée de rédiger la nouvelle Constitution. Les éléments les plus radicaux craignent que la Révolution soit confisquée par une majorité rurale guidée par les notables et souhaitent retarder les élections. Auguste Blanqui profite de la manifestation de masse du 17 mars et obtient du gouvernement un report au 23 avril[1]. Ce sont les premières élections depuis 1792 à se dérouler au suffrage universel masculin. Par rapport au système censitaire, le nombre d'électeurs est multiplié par 40[2]. Elles ont lieu au scrutin majoritaire plurinominal dans le cadre du département. Le vote a lieu au chef-lieu de canton.

Les résultats sont difficiles à interpréter car il n'y a pas de véritable organisation en partis. Les membres du gouvernement provisoire sont tous élus dans le département de la Seine, Lamartine recueillant le plus de suffrage[3]. La majorité est composée de républicains modérés dans le ligne du journal Le National.

L'Assemblée se réunit le 4 mai 1848 et installe une Commission exécutive de cinq membres.

Du fait de la possibilité de candidatures multiples (Lamartine est élu dans 17 départements), des élections partielles ont lieu le 4 juin. À cette occasion sont élus Adolphe Thiers, Victor Hugo, mais surtout Louis-Napoléon Bonaparte (élu dans quatre département), dont la qualité de prétendant divise l'Assemblée chargée de valider elle-même les élections. Ce dernier prend l'initiative de démissionner le 16 juin, ce qui le mit hors-jeu dans la répression des journées de juin. Il se représente aux élections partielles des 17 et 18 septembre et il est de nouveau réélu dans cinq départements. Son élection est cette fois validée à l'unanimité[4].

L'Assemblée se sépare début mai 1849, après avoir voté la Constitution et cède la place à la nouvelle Assemblée législative.

Résultats[5][modifier | modifier le code]

Électeurs Nombre
Inscrits 9 395 035 100,00 %
Abstentions 1 559 708 16,60 %
Votants 7 835 327 83,40 %
Parti Sièges
Républicains modérés 600
Légitimistes 200
Socialistes 80

Sylvie Aprile donne la décomposition en sièges suivante[6] :

  • 450 républicains modérés
  • 200 orléanistes
  • 50 légitimistes
  • 200 républicains avancés.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Blanqui proposait un report d'un an
  2. Sylvie Aprile, La IIe République et le Second Empire, Pygmalion, 2000, p.79
  3. Maurice Agulhon, 1848 ou l'apprentissage de la république, Le Seuil, 1973, p.55
  4. Pierre Milza, Napoléon III, Perrin, 2004, p.148
  5. Source : Roi et Président
  6. Sylvie Aprile, p. 80