Église San Francesco della Vigna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église San Francesco della Vigna
Image illustrative de l'article Église San Francesco della Vigna
Église de San Francesco della vigna - Castello
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Début de la construction 1534
Fin des travaux 1554
Architecte Jacopo Sansovino
Style dominant style Renaissance
Géographie
Pays Italie
Région Vénétie
Commune Venise
Coordonnées 45° 26′ 17″ N 12° 20′ 55″ E / 45.438153, 12.34863845° 26′ 17″ Nord 12° 20′ 55″ Est / 45.438153, 12.348638  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Église San Francesco della Vigna

L’église San Francesco della Vigna (Saint-François de la Vigne) est la deuxième grande église franciscaine de Venise après l'église Santa Maria Gloriosa dei Frari.

Située dans le sestiere de Castello, non loin de l'Arsenal, elle se dresse sur le Campo San Francesco della Vigna.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu doit son nom aux vignes qui y étaient cultivées. Le terrain fut donné par Marco Ziani en 1253 pour la construction d'un monastère. Une petite chapelle rappelle le lieu où, selon la légende, l'évangéliste Marc trouva refuge et fut salué par un ange avec les paroles suivantes « Pax tibi Marce Evangelista meum », qui devinrent la devise de la Sérénissime.

La première église était de style gothique à trois nefs construite par Marino da Pisa. Un couvent hébergeait les frères mineurs de l'Observance alors que les Frères mineurs conventuels occupaient les Frari de l'autre côté de la ville. Au début du XVIe siècle, il devint nécessaire de restaurer le bâtiment.

Deux raisons principales conduisirent à la reconstruction de l'église : la première fut la réforme de l'ordre franciscain des Observants et la seconde le souhait du doge Andrea Gritti, dont le palais familial voisinait l'église. En 1534 il posa la première pierre du couvent et de l'église qui répondraient aux exigences des habitants qui s'étaient installés dans la zone de l'Arsenal et qui manquaient d'un centre religieux pour pouvoir prier.


L'extérieur[modifier | modifier le code]

L'église actuelle fut dessinée dans le style Renaissance par Jacopo Sansovino conseillé par le moine franciscain Francesco Zorzi (Francesco Giorgio). Les statues de bronze dans les niches de la façade représente Moïse et Saint Paul. Elles sont inspirée du Titien, et ont été financées par un legue testamentaire de la famille Grimani. L'architecture de l'église est basée sur le chiffre de la Trinité. La nef devait être large de neuf pas et longue de vingt-sept et les chapelles collatérales larges de trois pas. Sa construction fut commencée en 1534. Son plan sobre en croix latine consiste en une nef unique, obtenue en transformant les deux collatéraux en chapelles, et un chœur profond.

Pour se procurer les fonds bien nécessaires à la construction, les chapelles furent vendues pour 200-350 ducats aux nobles donateurs qui purent y placer leur blason et s'y faire enterrer avec leur famille. Pour obtenir le droit d'être enterré devant le grand autel, le doge Gritti versa mille ducats.

L'église fut achevée en 1554. En 1542 Vettor Grimani et son frère le cardinal Marino avaient obtenu le droit de construire la façade qui finalement fut confiée par Giovanni Grimani à Andrea Palladio en 1562.

Le monastère est composé de deux cloîtres, le plus important ayant été utilisé comme cimetière. Ici furent enterrés de nombreux nobles vénitiens. Les deux cloîtres offrent aujourd'hui des expositions provisoires et des concerts.

Le campanile, très semblable à celui de Saint-Marc, est un des plus élevés de la ville.

L'intérieur[modifier | modifier le code]

L'intérieur possède la simplicité et la sévérité des églises franciscaines, avec des piliers doriques en pierre d'Istrie[1]. Le chœur qui, autrefois pendant les messes, était occupé par les moines, se trouve derrière l'autel.

L'intérieur permet d'admirer une sculpture en albâtre de saint Louis de Toulouse et La Vierge en majesté et les saints de Palma le Jeune (1628) dans la troisième chapelle de droite. Dans cette même chapelle, on trouve des peintures de Francesco Fontebasso représentant la Gloire de Saint Pierre d'Alcantara au plafond et sur les murs Saint Pierre d'Alcantara et sainte Thérèse d'Avila, Saint Pierre d'Alcantara et la reine Isabelle d'Espagne, la Mort de saint Pierre d'Alcantara et l'Assomption de saint Pierre d'Alcantara au ciel. Sur les murs, on trouve également deux ovales avec, sur la droite les vertus cardinales, la Foi, l'Espérance et la Charité de Jacopo Marieschi et, sur la gauche, la Religion et la Méditation de Francesco Maggiotto. La décoration de la chapelle fut achevée en 1789.

La Chapelle Sagredo[modifier | modifier le code]

La troisième chapelle de gauche avec un dôme est la chapelle Sagredo, consacrée à saint Gherardo Sagredo, mort en 1046 et canonisé en 1076. Elle est l'oeuvre de Tommaso Temanza. Au quatre coins soutenant le dôme, des fresques de Tiepolo les Quatre Évangélistes. Il est également l'auteur des médaillons, en grisaille, au dessus des bustes des murs latéraux, qui représentantes les vertus. Sur le panneau central en haut, trois sculptures d'Andrea Cominelli représentant la vierge à l’enfant et deux anges. Au dessous, du même auteur, la statut de Gherardo Sagredo. Sur le panneau de gauche le buste du patriarche Alvise Sagredo et en face celui du doge Nicolò Sagredo (1675-1676) tous deux par Giovanni Gai. Le plafond du dôme est de Girolamo Pellegrini;elle représente l’apothéose de San Gherardo et date de 1741.

La Chapelle Grimani[modifier | modifier le code]

La chapelle Grimani est ornée, sur le plafond, de peintures de Battista Franco et, sur les murs et l'autel, de Federico Zuccaro.

Dans la cinquième chapelle de gauche, se trouvent deux tableaux de Véronèse la Conversation sacrée et la Résurrection du Christ (vers 1560, consitutant la première commande vénitienne du peintre[2]), sur l'autel du bras droit du transept la Madone sur le trône adorant l'Enfant Jésus d'Antonio da Negroponte (vers 1470), dans la chapelle Giustiniani à gauche du chœur le monument funéraire du doge Gritti, et enfin dans la Sainte-Chapelle accessible à partir du bras gauche du transept, la Madone à l'Enfant et les saints de Giovanni Bellini (1507).


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre résistante à l'usure de l'eau de mer (utilisée en blocage dans la lagune de Venise)
  2. Brouard C, Véronèse dans la Venise de Titien, Dossier de l'Art n° 217, avril 2014, p24-31