Torcello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Torcello
Torcello, vue du nord de la lagune
Torcello, vue du nord de la lagune
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Localisation Lagune de Venise (mer Méditerranée)
Coordonnées 45° 30′ 00″ N 12° 25′ 00″ E / 45.5, 12.416667 ()45° 30′ 00″ N 12° 25′ 00″ E / 45.5, 12.416667 ()  
Superficie 0,4417 km2
Point culminant 2 m
Géologie Banc de sable artificialisé
Administration
Région Vénétie
Province Venise
Démographie
Population 14 hab. (2009)
Densité 31,7 hab./km2
Plus grande ville Torcello
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+1

Géolocalisation sur la carte : Lagune de Venise

(Voir situation sur carte : Lagune de Venise)
Torcello
Torcello

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Torcello
Torcello
Îles d'Italie

Torcello est une île située au nord de la lagune de Venise, en Italie.

Première zone de peuplement de la lagune à partir du VIe siècle, Torcello en devient l'île la plus peuplée et compte 10 000 habitants au Xe siècle. L'envasement de ses canaux et la propagation de la malaria conduisent l'île à être peu à peu désertée. En 2009, Torcello ne compte plus qu'une soixantaine d'habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Torcello est située dans le nord de la lagune de Venise, à proximité du continent et des îles de Burano et Mazzorbo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, Torcello est probablement un lieu de villégiature de la noblesse d'Altinum, dont l'île emprunta le nom de Turricellum à une de ses portes. Lors de la chute de l'Empire romain d'Occident, l'île devient un refuge pour les Vénètes fuyant la terre ferme et est l'une des premières îles de la lagune à être habitée, tout particulièrement après la destruction d'Altinum par les Huns en 452.

Après la guerre des Goths au Ve siècle, la Vénétie est sous la domination théorique de l'exarchat de Ravenne. Cependant, les invasions lombardes et franques provoquent un afflux permanent de réfugiés urbains, attirés par la protection relative de l'île, y compris l'évêque d'Altinum lui-même. En 638, Torcello devient le siège épiscopal officiel ; les habitants d'Altinum y apportent les reliques d'Héliodore.

Développement[modifier | modifier le code]

Torcello se développe principalement entre les VIIe et Xe siècles, après la reconquête de l'Italie par le général romain Bélisaire. Elle maintient d'étroits liens culturels et commerciaux avec Constantinople ; cependant, en tant que poste avancé de l'Empire byzantin, elle s'assure peu à peu d'une autonomie politique croissante vis-à-vis de l'Empire et prospère à l'intérieur de la confédération d'îles qui donnera naissance à l'État vénitien.

Au Xe siècle, Torcello compte 10 000 habitants, pas moins de 10 églises et plusieurs couvents. Important comptoir commercial, Torcello est l'île la plus puissante et la plus riche de la lagune. Les salines des marais du lagon forment la base de l'économie de Torcello et son port se développe rapidement pour devenir un important marché au cœur des routes commerciales entre l'est et l'ouest de l'Europe.

Torcello, avec les îles voisines de Mazzorbo, Burano, Ammiana et Costanziaco, forme la tête de pont commerciale de Venise sur la mer Adriatique. La cathédrale est reconstruite au XIe siècle. Au XIVe siècle, Torcello est le principal centre d'exploitation de la laine du duché de Venise. La ville possède sa noblesse propre et est dirigée par deux conseils, régis par un gastaldo et un podestat.

Déclin[modifier | modifier le code]

À partir du XIIe siècle, la lagune entourant Torcello s'envase. La navigation y devient progressivement impossible et la malaria s'y propage. Les habitants quittent alors l'île pour aller s'installer à Burano, Murano ou sur l'île de rivus altus, la zone du futur Rialto où le pouvoir politique se déplace peu à peu. Torcello est désertée. Le siège épiscopal déménage à Murano au XIVe siècle et Torcello devient une simple paroisse. Les matériaux de ses bâtiments sont réutilisées en masse pour permettre le développement de Venise, à tel point qu'en 1429, le doge Francesco Foscari ordonne au podestat de Torcello de mettre fin au pillage de marbre et de pierre sur l'île.

Au XIXe siècle, Torcello compte encore plus de 300 habitants, mais la population diminue au cours du XXe siècle. La paroisse de Torcello est supprimée en 1986[1]. Aujourd'hui, Torcello n'a plus que 60 habitants permanents. Quelques-uns de ses canaux subsistent encore, le principal reliant la lagune à la basilique, où de nombreux Vénitiens viennent se marier. Les dernières constructions de l'île sont la basilique Santa Maria Assunta, l'église Santa Fosca, la maison du conseil et quelques cafés et restaurants.

Monuments[modifier | modifier le code]

Cathédrale Santa Maria Assunta[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cathédrale Santa Maria Assunta.
Cathédrale de Santa Maria Assunta (ND de l'Assomption)
Cathédrale Santa Maria Assunta et église Santa Fosca

L'édifice le plus remarquable de l'île de Torcello est la cathédrale Santa Maria Assunta (Notre-Dame de l'Assomption), bâtie en 639. Selon une inscription en latin gravée à gauche du chœur, elle aurait été fondée par l'exarque de Ravenne Isaac. Il s'agit du document le plus ancien de l'histoire de Venise :

« In n(omine) d(omini) D(e)i n(ostri) Ih(es)u Xr(isti), imp(erante) d(omi)n(o) n(ostro) Heraclio p(er)p(etuo) Augus(to), an(no) XXVIIII ind(ictione) XIII, facta est eccl(esia) S(anc)t(e) Marie D(e)i Genet(ricis) ex iuss(ione) pio et devoto d(omi)n(o) n(ostro) Isaacio excell(entissimo) ex(ar)c(ho) patricio et D(e)o vol(ente) dedicata pro eius merit(is) et eius exerc(itu). Hec fabr(ica)t(a) est a fundam(entis) per b(ene) meritum Mauricium gloriosum magistro mil(itum) prov(incie) Venetiarum, residentem in hunc locum suum, consecrante s(anc)t(o) et rev(erendissimo) Mauro episc(opo) huius eccl(esie) f(e)l(ici)t(er). »

La façade, très sobre, est précédée d'un narthex dont la galerie rejoint et entoure l'église voisine de Santa Fosca.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Torcello - Bas reliefs du chœur

L'intérieur, à trois nefs, repose sur des colonnes en marbre grec à chapiteaux.

Le pavement de mosaïques a été réalisé au XIe siècle, les bas-reliefs datent du XIe siècle et les peintures du XVe siècle. L'iconostase est un exemple de la toute fin de l'art byzantin pictural (XVè siècle). L'autel de la cathédrale abrite un sarcophage romain renfermant les reliques de Saint Héliodore. Hemingway, parlant de la cathédrale Notre-Dame (Santa Maria Assunta), prétendait que les Vénitiens n'avaient jamais rien fait de mieux.

De somptueuses mosaïques, réalisées entre le XIIe siècle et le XIVe siècle, couvrent les murs de l'abside et des deux chapelles encadrant le chœur. Au revers de la façade s'étire une immense et majestueuse mosaïque représentant le Jugement dernier. Les mosaïstes des XIIè et XIIIè siècles, s'inspirèrent des canons esthétiques byzantins en symbiose avec l'esprit de l'art roman.

Mosaïques des absides[modifier | modifier le code]

Mosaïques de l'abside droite
Mosaïques de l'abside centrale (XIIIe s.)

1/ Dans l'arc de l'abside est représentée l'Annonciation. La Vierge y est représentée un fuseau à la main. Le long de l'arc, une inscription figure des propos à la première personne du singulier, comme cela était fréquent à cette période charnière entre le paléochristianisme finissant et le Christianisme médiéval plus tardif : "Je suis Dieu et Homme, l'image du Père et de la Mère ; je suis proche du coupable, mais le repentant est mon voisin".

2/ Dans le cul de four figure la Vierge à l'Enfant (XIIIè siècle), la fenêtre centrale inférieure représentant le Christ. Comme il était d'usage dans la symbolique religieuse byzantine, la Vierge amorce une génuflexion. Elle tient le Suaire du Christ, alors que l'enfant tient le rouleau de la loi, qui figure une triple ascendance temporelle, traditionnelle et spirituelle. Une abréviation grecque au-dessus de la Vierge signifie "Mère de Dieu". En dessous, les Apôtres avancent dans une prairie de coquelicots (XIIè siècle).

3/ Dans l'abside de droite apparaissent le Christ trônant entourés des archanges Saint Michel et Saint Gabriel. Sur la voûte d'arêtes quatre anges portent l'agneau mystique. Les quatre fleuves du Paradis sont représentés par des bandes où alternent fleurs et grappes de fruits, et dans lesquelles apparait tout un bestiaire miniature symbolique (lion, paon, taureau, aigle, et oiseaux au plumage blanc).


Mosaïque du Jugement dernier[modifier | modifier le code]

Cette mosaïque en six bandes couvre toute la hauteur du mur de revers de façade, à l'exception des deux premiers mètres du sol, et se lit de haut en bas. Elle se décompose en deux parties : en haut sont représentées la Mort et la Résurrection du Christ (registres 1, 2 et 3). En bas, figure le Jugement lui-même (registres 4, 5 et 6).


Registres 1 & 2

Registre 1/ La Crucifixion.


Registre 2/ La descente aux enfers.

Le Christ foule les chaînes de l'enfer et un diable minuscule. Il tient Adam par la main, tandis que Eve est en prière. Derrière elle s'avancent les rois David et Salomon. De l'autre côté, Saint Jean-Baptiste est suivi du groupe des prophètes. Deux immenses archanges (Gabriel et Michel) portant des globes et vêtus à la mode byzantine encadrent ce registre.


Registre 3 - Le Christ sous sa forme divine et charnelle

Registre 3/ Le Christ est représenté sous sa forme à la fois divine et charnelle en étant assis dans une mandorle.

La Vierge, Saint Jean-Baptiste et les douze Apôtres les encadrent. Deux anges portant d'innombrables yeux sur leurs ailes soutiennent la mandorle d'où coulent des fleuves de feu en direction de l'enfer (registres 5 et 6 dans leur partie droite).


Registre 4/ Le triomphe de la Croix (centre) et l'appel des morts (parties gauche et droite).

Au centre, les instruments de la Passion sont représentés : la sainte lance, l'éponge et la couronne d'épines. Quatre anges, dont deux sans corps à la manière orientale (séraphins) les encadrent. Au pied de la Croix, Adam et Eve sont agenouillés devant le livre de la vie. À gauche et à droite, des anges soufflent dans leur trompette pour appeler les morts au Jugement. Ceux de gauche sortent de la symbolique terrestre : rochers et gueules d'animaux réels ou imaginaires, sous la forme de momies embaumées. Ceux de droite, de la symbolique de la mer : flots, poissons et monstres marins. Un ange tient un rouleau à la main et déroule le ciel pour en faire tomber les étoiles (scène de l'Apocalypse).



Registres 5 & 6 (parties de droite sur les damnés)

Registre 5/ La séparation des élus et des damnés.

Au centre, l'archange Saint Michel pèse les âmes avec sa balance tandis que deux diables cornus cherchent à la faire pencher de leur côté en la chargeant avec les sacs de péchés.

À gauche figurent les élus répartis en quatre groupes : évêques, martyrs, moines et femmes pieuses.

À droite apparaît l'image la plus célèbre de Torcello : les damnés plongés dans les flammes et tenus en respect par deux anges. Lucifer, tout noir avec ses cheveux ébouriffés et un regard de dément est assis sur le Léviathan à deux têtes (serpent aquatique de l'Apocalypse annoncé par Isaïe). Il tient sur ses genoux l'Antéchrist. Autour de lui virevoltent sept diablotins personnifiant les sept péchés capitaux : l'orgueil, l'avarice, la luxure, la colère, la gourmandise, la paresse et l'envie. Ils évoluent au milieu de têtes humaines représentant des dignitaires et des gens du peuple soumis au même jugement quelle que soit leur condition.


Registres 5 & 6 (partie de gauche sur les élus)

Registre 6/ Le traitement des élus et des damnés.

À gauche, les élus se trouvent dans le Paradis où pousse du pavot. Ce qui est amusant quand on connait l'usage qui en est fait aujourd'hui. Saint Pierre avec ses clefs, Saint Michel, un ange aux ailes ornées d'yeux, le Bon Larron, la Vierge et les élus se tournent vers Abraham qui tient le Christ sur ses genoux.

À droite, la célèbre mosaïque des damnés recevant leurs peines en fonction de leurs péchés :

- les luxurieux et les orgueilleux : sont jetés dans les flammes.

- les gourmands : sont nus et se rongent les mains.

- les coléreux : sont jetés dans l'eau froide.

- les envieux : ont les yeux des orbites dévorés par les vers.

- les avares : ont la tête tranchée.

- les paresseux : ont les crânes, les mains et les pieds arrachés.


Campanile[modifier | modifier le code]

Séparé de la cathédrale, le campanile fut commencé au XIe et servait à contrôler la navigation dans la lagune. Il perdit son sommet en 1640, après avoir été touché par la foudre. En grimpant au sommet, on peut admirer l'île.


Église Santa Fosca[modifier | modifier le code]

Église Santa Fosca (Sainte-Foy)
Article détaillé : Église Santa Fosca.

Cette église, en croix grecque, fut érigée entre le XI° siècle et le XIIe siècle. À l’origine, il s’agissait probablement d’un martyrium, sanctuaire abritant les restes des martyrs. Elle se présente comme un octogone cerné d’un portique, dont les arcs surhaussés reposent sur des colonnes à chapiteaux vénéto-byzantins. Par sa double rangée d’arcades aveugles et sa frise à motif en dents de scie, l’abside rappelle celle de San Donato. Ce sanctuaire est, par son extrême simplicité, le résumé de la conception byzantine de l’espace comme unité et cohérence structurelle. L’équilibre de forme est mis en valeur par une lumière pure et nette.


Trône d'Attila[modifier | modifier le code]

Devant la cathédrale, face au musée, se trouve un siège de marbre qui, selon la légende, aurait servi de siège à Attila lorsque celui-ci avait traversé l'Italie. Au Moyen Âge, il fut utilisé par l'évêque et pour l'exercice de la justice.

Pont du Diable[modifier | modifier le code]

Pont du Diable (après sa restauration de 2009)

Ce pont en pierre, jadis endommagé, enjambe le principal canal de Torcello. Il a été restauré en 2009. À cette occasion, il a retrouvé son apparence d'origine en perdant les parapets qui avaient été ajoutés au XIXè siècle pour éviter les chutes... ...à l'époque où Torcello comptait encore une population "substantielle".

Transports[modifier | modifier le code]

Torcello est desservie par la ligne de vaporetto 9 de l'ACTV, qui fait la navette entre Burano et Torcello et permet de relier les deux îles en cinq minutes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]