Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari
Image illustrative de l'article Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari
Présentation
Nom local I Frari
Culte Catholique
Type Basilique
Début de la construction XIIIe siècle
Architecte Jacopo Celega
Style dominant Gothique
Site web www.basilicadeifrari.it/
Géographie
Pays Italie
Région Vénétie
Commune Venise
Coordonnées 45° 26′ 12″ N 12° 19′ 35″ E / 45.436805, 12.326446 ()45° 26′ 12″ Nord 12° 19′ 35″ Est / 45.436805, 12.326446 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari

Géolocalisation sur la carte : Venise

(Voir situation sur carte : Venise)
Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari

La basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari, appelée communément I Frari, est une des principales églises de Venise. Elle est située sur le Campo dei Frari, dans le sestiere de San Polo. Dédiée à l'Assomption de Marie, elle a reçu le titre de basilique mineure.

Le sanctuaire renferme de très nombreuses œuvres d'art, notamment du Titien, et de nombreux monuments funéraires de grands hommes vénitiens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous les doges Jacopo Tiepolo (1229-1249) et Reniero Zeno (1253-1268), les frères franciscains avaient entrepris de bonifier le lac Badoer, un terrain marécageux dans le quartier de San Stefano Confessor (San Stin), et ils y construisirent la première église de Santa Maria Gloriosa ainsi que le monastère voisin.

Mais cette première église devint rapidement trop petite pour tous les fidèles qui accouraient pour entendre la messe. Aussi, à partir du , elle fut agrandie sur tout le campo jusqu'au canal qui le bordait.

Après quatre-vingts ans, la situation se répéta et l'on songea à modifier la structure architecturale en abattant la partie voisine du rio et en formant le campo des Frari. On creusa également un puits d'eau douce. Surtout, on fit pivoter l'axe de l'église en l'orientant vers le rio dei Frari, dans la direction du nord-nord-est.

Vers 1330, les travaux commencèrent sous la direction de Jacopo Celega, et furent poursuivis en 1396 par son fils Pier Paolo. La nouvelle église, la troisième érigée par les Franciscains, avait trois nefs, un transept et sept absides, mais grâce à la générosité de Giovanni Corner la chapelle de Saint Marc fut érigée en 1420, formant la huitième abside.

Le campanile, le plus élevé de la ville après celui de Saint Marc (80 mètres), fut achevé en 1396.

En 1478, la sacristie fut concédée à la famille Pesaro comme chapelle et lieu de sépulture. La neuvième abside de forme pentagonale fut alors construite.

Dans les années 1432-1434, l'évêque de Vicence Pietro Miani fit construire, pour sa sépulture personnelle, la chapelle de Saint Pierre au pied du campanile. La construction de l'église se poursuivit au ralenti de telle sorte que la façade ne fut achevée qu'en 1440 et l'autel en 1516 seulement. L'église fut consacrée le sous le nom de Santa Maria Gloriosa dei Frari.

Sous Napoléon Ier, la communauté religieuse des Frari, c'est-à-dire les Frères Mineurs Conventuels ou Cordeliers, fut dissoute et, comme les autres églises monastiques (San Stin, San Toma', San Polo, San Agostin), elle fut confiée à un prêtre diocésain.

En 1922, le patriarche Pietro La Fontaine accueillit à nouveau les Cordeliers de retour dans leur église que le Pape Pie XI éleva au rang de basilique mineure en 1926.

L'extérieur[modifier | modifier le code]

L'église est de style gothique italien, elle est construite en brique de couleur claire et fait près de 85 mètres de long sur près de 30 mètres de large. Elle est orientée nord-nord-est/sud-sud-ouest.

La façade, de style gothique tardif, est composée de trois parties. Quatre ouvertures éclairent cette façade, un oculus sur chacun des bas côtés et, sur la partie centrale, une très large rosace surmontée d'un autre oculus, les cercles de pierre blanche d'Istrie[1] étant comme enchassés dans la brique claire.

Au sommet du tympan du portail, un Christ ressuscité d'Alessandro Vittoria (1581) et sur les deux piliers finement travaillés qui l'encadrent, une Vierge à l'Enfant et Saint François de Bartolomeo Bon (vers 1450).

Sur l'arrière de l'église, depuis l'entrée de la Scuola Grande de San Rocco, on aperçoit les neuf arrondis de la chapelle Saint Marc, des six absidioles qui encadrent le chœur et de la sacristie.

L'intérieur[modifier | modifier le code]

Le plan est en forme de croix latine et comporte trois nefs séparées entre elles par deux rangées de six grosses colonnes.

La nef principale comporte un chœur, situé avant la croisé du transept, délimité par deux orgues du XVIIIe siècleet constitué de cent vingt-quatre stalles de bois du sculpteur Marco Cozzi, datant de 1468. L'église est la seule à Venise à avoir conservé son jubé.

Le transept franchi et dans l'axe, s'ouvre la Chapelle Majeure de l'abside centrale, flanquée de trois absidioles de chaque côté. À l'extrémité gauche du transept se trouvent la chapelle Corner ou San Marco et, à l'extrémité droite, la sacristie.

Les œuvres d'art[modifier | modifier le code]

  • Giovanni Bellini (La Vierge et l'Enfant Jésus avec les saints Nicolas de Bari, Pierre, Marc et Benoît - dans la sacristie)
  • Jubé (1475) de Bartolomeo Bon et Pietro Lombardi
  • Antonio e Paolo Bregno (tombe du Doge Francesco Foscari, attribution ; peut-être une œuvre de Niccolò di Giovanni Fiorentino)
  • Lorenzo Bregno (tombe de Benedetto Pesaro près de l'entrée de la sacristie ; tombe d'Alvise Pasqualino dans la paroi ouest)
  • Girolamo Campagna (statues de saint Antoine de Padoue et de sainte Agnès dans la nef)
  • Marco Cozzi (stalles du chœur)
  • Donatello (statue de saint Jean-Baptiste dans la Chapelle des Florentins, la première à droite ; il s'agit de la première œuvre vénitienne attestée de Donatello)
  • Tullio Lombardo (tombe de Pietro Bernardo dans la paroi ouest (attribution ; peut-être une œuvre de Giovanni Buora)
  • Antonio Rizzo (tombe du Doge Niccolò Tron dans le chœur)
  • Jacopo Sansovino (statue abîmée de saint Jean-Baptiste sur les fonts baptismaux dans la chapelle Corner)
  • Titien (L'Assomption 1516, le retable de l'autel principal, le plus important de Venise ; Madone de Ca' Pesaro sur la paroi nord de la nef)
  • Paolo Veneziano (Le Doge Francesco Dandolo et son épouse présentés à la Vierge par les saints François et Elisabeth de Hongrie dans la sacristie) et La Vierge et l'Enfant, 1339
  • Alessandro Vittoria (statue de saint Jérôme sur le mur méridional de la nef)
  • Alvise Vivarini (Le Retable de saint Amboise dans la troisième chapelle à gauche du maître autel, la chapelle des Milanais ; il s'agit de l'œuvre ultime de l'artiste)
  • Bartolomeo Vivarini (Le Triptyque de saint Marc (1474) dans la chapelle Corner ; Vierge et Enfant avec des saints, polyptyque de 1482 dans la troisième chapelle du chœur sud)
  • Giuseppe Nogari (Saint Joseph de Copertino en extase - dans la nef)
  • Giuseppe Porta (Présentation de Jésus au temple - dans la nef)
  • Niccolò Bambini (Le Massacre des Innocents - bras gauche du transept)

Monuments funéraires[modifier | modifier le code]

  • Le sénateur Pietro Bernardo († 1538)
  • Le sculpteur Antonio Canova († 1822 - seul son cœur repose ici, dans une tombe en forme de pyramide réalisée par les élèves de Canova, d'après un dessin du maître pour la tombe de Titien jamais réalisée)
  • Le Doge Francesco Dandolo (dans la salle capitulaire)
  • Le Doge Francesco Foscari († 1457)
  • Le capitaine de vaisseau Jacopo Marcello, commandant de la flotte vénitienne, mort à Gallipoli le 31 mars 1488, œuvre de Pietro Lombardo.
  • Le compositeur Claudio Monteverdi († 1643)
  • Le Bienheureux Pacifico dei Frari (fondateur de l'église actuelle) de 1437.
  • Alvise Pasqualino († 1528), Procurateur de Venise
  • Le capitaine Benedetto Pesaro († 1503), capitaine général de la flotte vénitienne, mort à Corfou en 1503, monument de Lorenzo et Giambattista Bregno.
  • Le Doge Giovanni Pesaro
  • L'évêque Jacopo Pesaro († 1547)
  • Le condottière Paolo Savelli (le premier monument équestre à Venise)
  • Le général Melchiorre Trevisan († 1500)
  • Le Doge Niccolò Tron
  • Le peintre Titien († 1576)

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre résistante à l'usure de l'eau de mer (utilisée en blocage dans la lagune de Venise)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]