Pont des Soupirs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont des Soupirs (homonymie).
Pont des Soupirs
Le Pont des Soupirs
Le Pont des Soupirs
Géographie
Pays Italie
Localité Venise
Coordonnées géographiques 45° 26′ 03″ N 12° 20′ 28″ E / 45.434167, 12.3411145° 26′ 03″ N 12° 20′ 28″ E / 45.434167, 12.34111  
Fonction
Franchit Rio de Palazzo o de Canonica
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc fermé
Longueur 11 m
Matériau(x) marbre et pierre d'Istrie
Construction
Construction 1602
Architecte(s) Antonio da Ponte et A. Contino

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Pont des Soupirs

Géolocalisation sur la carte : Venise

(Voir situation sur carte : Venise)
Pont des Soupirs

Le Pont des Soupirs ou Ponte dei sospiri est l'un des nombreux ponts de Venise en Italie. Il passe au-dessus du Rio de Palazzo o de Canonica et relie les anciennes prisons aux cellules d'interrogatoires du Palais des Doges. C'est l'un des lieux touristiques les plus célèbres de la ville.

Le nom Pont des Soupirs suggère le soupir exprimé par les prisonniers conduits devant les juges, lors de leur dernier regard porté sur Venise. C'était donc la dernière image de la liberté pour ceux qui allaient finir leurs jours en prison.

Il existe plusieurs ponts portant le même nom, notamment à Cambridge et à Oxford.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Pont des Soupirs a été bâti en 1602 pour relier le Palais des Doges avec la Nouvelle Prison (achevée en 1614) par Antonio da Ponte, alors chef de service au Bureau du Sel de Venise. Ce dernier reconstruisit également le Pont du Rialto. Aidé par son neveu l'architecte Antonio Contino di Bernardino, Antonio da Ponte dessina un pont de style baroque qui fut édifié en marbre et pierre d'Istrie blanche. Deux fenêtres « grillagées » en pierre sont présentes sur chacune des deux faces de l'ouvrage.

Un sarcophage volant[modifier | modifier le code]

Ce « sarcophage volant », comme l'ont appelé certains écrivains, avait en effet la particularité d'être un pont totalement fermé et ce afin non seulement d'empêcher que l'on puisse entendre les cris et lamentations des condamnés mais aussi pour que l'on ne puisse pas les voir.

Le fait que le pont soit totalement fermé était également une assurance pour la sérénissime que ses prisonniers ne pourraient essayer de s'échapper en le franchissant. Sinon la tentation de se jeter dans le canal aurait évidemment été trop grande.

Des fonctions très précises[modifier | modifier le code]

Ce pont-passage avait été élaboré pour servir très précisément à ces fins et il est de ce fait constitué comme un double couloir.

Ainsi, selon qu'on l'empruntait dans un sens ou dans un autre, utilisait-on le couloir gauche ou droit, ce qui fait que les condamnés ne pouvaient jamais ni se voir ni se parler.

C'est en effet ce même passage qui les emmenait aussi de la prison aux salles de torture. En le prenant, on allait soit aux puits, des cachots sombres et humides, situés au sous-sol, soit aux plombs où les prisonniers étouffaient dans la chaleur de cellules situées sous des toits recouverts de grosses plaques de plomb.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Michel Zévaco, Le Pont des Soupirs (1901) roman d'aventures en deux parties :
    • Le Pont des Soupirs
    • Les Amants de Venise
Inspiré par Le comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas, l'intrigue se déroule en fait entre 1509 et 1518, un siècle avant la création historique du pont par lequel le héros s'évade pour se venger de ses persécuteurs.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]